Atelier : « Repenser le Droit à la Ville depuis les villes africaines »

Dans le cadre de la 3ème rencontre des études africaines en France (1-3 juillet 2014), Amandine Spire et Marianne Morange ont organisé un atelier visant à discuter plus précisément de la pertinence de la notion de droit à la ville sur les terrains africains retenus dans le programme et de l’apport des études africaines à la compréhension de cette notion.

La notion de droit à la ville bénéficie d’un immense engouement dans le monde académique, les milieux militants et les agences internationales. Venue du Nord (voir les travaux sur Henri Lefebvre – Jouve, 2009 ; Costes, 2010 et surtout discutée en Amérique du Nord -Purcell, 2003 ; Mitchell 2003), elle s’est diffusée au Sud en Amérique latine et en Inde essentiellement (Pereira, Perrin, 2011 ; Zerah, Dupont, Tawa-Lama, 2011 ; Samara et al. 2012). Dans les métropoles africaines, ces débats sont émergents (sauf en Afrique du Sud – Parnell et Pieterse, 2010). Or la globalisation des référents de l’action publique et le mouvement de démocratisation (notamment à l’échelle locale) rendent désormais pertinente des travaux sur l’appropriation de cette notion en Afrique. Notre équipe retrace les processus de coproduction de normes spatiales et territoriales du juste et la construction de catégories de l’action publique, au regard de la diversité des contextes nationaux (voire métropolitains) et du rapport contrasté à l’autoritarisme et à la démocratisation dans 5 villes (Lomé, Addis-Abeba, Le Cap, Maputo et Accra). Nous bénéficions d’un financement de la Ville de Paris (appel Emergence) qui nous a permis d’engager un travail comparatif approfondi, sur 4 ans (2014-2018). Cet atelier se propose de discuter plus précisément de la pertinence de la notion de droit à la ville sur nos terrains respectifs et de l’apport des études africaines à la compréhension de cette notion.

Résumé des communications

 

  1. Marie Bridonneau, PRAG Université Paris Ouest Nanterre, UMR LAVUE, équipe Mosaïques, géographe

Le Droit à la ville en contexte autoritaire : repenser le droit à la ville depuis Addis Abeba

La notion de droit à la ville peine à trouver une place dans les débats éthiopiens. La restructuration urbaine, qui redessine en profondeur la capitale et les villes secondaires, est fermement portée par un État autoritaire. Les citadins subissent délocalisations et réinstallations, craignent les démolitions à venir, s’établissent dans de nouveaux immeubles bâtis à la hâte en périphérie. Dans ce contexte émergent cependant des stratégies résidentielles parmi des populations résistant et négociant leur départ comme parmi celles qui sont en mesure de tirer profit de la rénovation urbaine pour accéder à la propriété en centre-ville. Le temps de la restructuration urbaine peut ainsi être un moment opportun pour interroger, en contexte autoritaire, l’existence de processus de construction des normes spatiales et sociales qui sous-tendent la revendication d’un droit à rester en ville, mais aussi le désir d’accéder au centre ou l’acceptation du départ.

 

  1. Armelle Choplin, Maître de conférences, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, EA Analyses comparées des pouvoirs

Notre communication propose de réfléchir aux formes de résistance qui prennent place dans les villes ouest-africaines sans pour autant reprendre la notion de droit à la ville, encore peu mobilisée. En nous focalisant sur les politiques urbaines de résorption de l’habitat précaire, il s’agira de voir comment réagissent les populations victimes d’éviction. Face à des déplacements forcés jugés injustes, les mobilisations habitantes apparaissent faibles, voire absentes. Cette présentation sera l’occasion de réfléchir à la façon dont les habitants des quartiers périphériques, parmi les plus marginaux et sans voix, parviennent ou non à se faire entendre dans un contexte de gouvernance urbaine complexe.

  1. Sophie Didier, Maître de conférences Université Paris 13-Nord, UMR LAVUE/Mosaïques 7218, géographe, actuellement détachée au CNRS.

Cette communication se propose de réfléchir au rôle de la mémoire dans les processus de légitimation territoriale en ville. Au-delà de la thématique de l’autochtonie, cette entrée peut renvoyer aux temps moyens et longs de la construction d’identités de quartier. L’insertion des villes africaines, variable, dans des processus de compétition urbaine rend de nos jours la pression sur les espaces centraux et péricentraux très forte: pour certaines villes (mais pas pour d’autres) la fonction mémorielle peut être activée pour engager des processus de légitimation territoriale (droit à demeurer au centre, droit d’usage de certains équipements ou service notamment). Le rôle des activateurs de mémoire dans la construction de ces identités collectives territorialisée nécessite de fait un examen approfondi, et se situe entre injonctions internationales à la préservation du patrimoine culturel, activisme local vers une mobilisation collective, et référence obligée dans des contextes fraîchements démocratiques au « plus jamais ça » des villes africaines.

  1. Catherine Fournet-Guérin, Maître de conférences HDR, Université de Reims / Champagne-Ardenne, EA 2976 Habiter

Dans les grandes villes d’Afrique, nombreux sont les citadins originaires du dehors de la ville, qu’ils soient ruraux, citadins d’autres pays, ou encore résidents d’originaire étrangère depuis plusieurs générations (Indiens, Libanais) mais toujours considérés comme étrangers comme la société locale. Tous résident en ville durant une durée assez longue. Ces « étrangers » constituent un objet d’étude qui peut nous aider à mieux penser le droit à la ville, entendu comme suit : « Le droit à la ville, (…) c’est le droit d’y habiter au sens fort du mot, c’est-à-dire de l’habiter, d’y avoir sa place dans l’espace public et d’y être reconnu par tous comme citadin. » (Bernard Bret, in De Recife à Reims : récits géographiques, 2013, p. 111-112). Cette conception du droit à la ville comme droit à être reconnu en tant que citadin est-elle ce valable pour ceux qui n’en sont pas originaires ? Catherine Fournet-Guérin proposera une réflexion sur les manières d’être en ville de ces citadins souvent non considérés en tant que tels : ces résidents en ville originaires d’ailleurs, notamment étrangers, ont-ils les mêmes droits ? Pour la société urbaine majoritaire, sont-ils considérés comme des citadins à part entière ? comme des citoyens, au moins municipaux ? Elle part du point de vue de ces habitants, de leurs pratiques et de leurs représentations, et le confronte aux ressentis des habitants de la société locale majoritaire. Ainsi, le droit à la ville au Sud peut être envisagé comme une aspiration.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *