Mémoire de master 1 sur l’occupation de l’espace et le droit à la ville à Antananarivo

Martin Lozivit, étudiant du master 1 Géographie et Science du Territoire à l’Université Paris 7, a réalisé un mémoire en partenariat avec le programme de recherche DALVAA et l’Institut des Métiers de la Ville d’Antananarivo. Il nous présente ses résultats de recherche.

Occuper l’espace à Antananarivo, un moyen d’affirmer une citadinité et de revendiquer un Droit à la Ville ? Cas des familles vulnérables du secteur 4 d’Andravoahangy-Tsena.

Mémoire de Master 1 réalisé par Martin Lozivit

sous la direction d’Amandine SPIRE et de Catherine FOURNET-GUERIN

A Antananarivo, capitale de Madagascar, plusieurs semaines d’inondations et de glissements de terrain au début de l’année 2015 ont entraîné d’importants dégâts humains et matériels, montrant au grand jour les clivages de la société tananarivienne. L’Express Madagascar affirme dans son éditorial du 2 mars 2015 que pour « sauver Antananarivo, noyée dans son anarchie, submergée dans son indiscipline et piégée par une démographie incontrôlable et incontrôlée », il faudrait « raser des quartiers entiers de la plaine et déplacer des populations ramenées par la pauvreté ». Ces bas-quartiers seraient malfamés, sales et dangereux. Les discours des médias tananariviens et d’une partie de la population font ainsi porter aux habitants pauvres des bas-quartiers la responsabilité de tout ce qui leur apparaît comme des dysfonctionnements urbains : urbanisation anarchique, spontanée, ruralisation de la ville, économie informelle, insécurité etc. Ils rejettent leur citadinité et leur droit à être et à vivre en ville, eux qui n’auraient « aucune notion de la vie urbaine excepté le commerce en tout genre ».

Dans le cadre du programme de recherche sur le droit à la ville de l’Université Paris Diderot (DALVAA) en lien avec l’Institut des Métiers de la Ville d’Antananarivo (IMV) et à la suite du travail de C. Fournet-Guérin sur la citadinité tananarivienne1, je questionne dans cette étude ces propos, en affirmant l’existence dans les bas-quartiers pauvres d’une citadinité2 particulière et d’une volonté d’habitants marginalisés de revendiquer collectivement un droit à la ville3. Seulement, leurs actions ne font pas évoluer une réputation négative/discriminante ?, illustrant  la persistance d’une hiérarchie statutaire ancienne.

Cette recherche se déroule à Andravoahangy-Tsena, un quartier central construit à partir de 1930 dans un vallon agricole autour d’un grand marché urbain. Il accueille également une gare routière desservant tout le Nord du pays, la porte d’entrée en ville pour les migrants attirés par une vie meilleure. C’est aujourd’hui un bas-quartier dynamique mais dégradé, symbole des maux urbains dénoncés avec virulence. Le quartier est délimité en quatre secteurs administratifs. Je me suis concentré sur le secteur 4, le « secteur des pauvres » selon le chef du Fokontany. C’est un espace enclavé entre le mur du marché et le vallon agricole, invisible de la rue et difficile d’accès. Sur 200 mètres de long et 20 mètres de large, une cinquantaine de familles vulnérables habitent dans des maisons en bois de 15m². Devant elles, chaque famille cultive une parcelle de jardin.

Cette recherche se déroule à Andravoahangy-Tsena, un quartier central construit à partir de 1930 dans un vallon agricole autour d’un grand marché urbain. Il accueille également une gare routière desservant tout le Nord du pays, la porte d’entrée en ville pour les migrants attirés par une vie meilleure. C’est aujourd’hui un bas-quartier dynamique mais dégradé, symbole des maux urbains dénoncés avec virulence. Le quartier est délimité en quatre secteurs administratifs. Je me suis concentré sur le secteur 4, le « secteur des pauvres » selon le chef du Fokontany. C’est un espace enclavé entre le mur du marché et le vallon agricole, invisible de la rue et difficile d’accès. Sur 200 mètres de long et 20 mètres de large, une cinquantaine de familles vulnérables habitent dans des maisons en bois de 15m². Devant elles, chaque famille cultive une parcelle de jardin.

Photo 1 : Un secteur enclavé entre le marché et le vallon agricole.

DSCN9307 (2)

(C) 2015 Lozivit

Photo 2 : L’allée du secteur 4.

DSCN9924(C) 2015 Lozivit

Les conditions de vie sont précaires. Les habitants du secteur 4 sont exposés à des conditions sanitaires critiques marquées par la maladie, la boue, les rats, et une promiscuité importante. Certains ménages se composent de neuf personnes, regroupant femmes, enfants et grands-parents.

Avec une approche ethno-géographique, j’ai réalisé une trentaine d’entretiens semi-directifs auprès de résidents, jeunes ou plus âgés, en les questionnant sur leurs histoires de vie, leurs pratiques et représentations citadines, leurs aspirations, ou leur organisation collective. J’ai également observé l’occupation de l’espace marquant un ancrage important, et suis allé m’entretenir avec des acteurs hors du quartier afin d’étudier la représentation du secteur 4 projetée de l’extérieur.

D’une part, le secteur 4 n’est pas un quartier informel mais officiel, créé par le Fokontany4 en 2000 sur un 4 ancien dépotoir pour accueillir certaines familles déguerpies du Centre de Soin et de Protection de l’Enfance. « Ils nous ont dit de partir en 48h. Ça a été très difficile à vivre car je me retrouvais à la rue avec 3 enfants à charge, et je venais de perdre mon mari. Comme je travaillais à l’époque au Fokontany, ils me connaissaient bien , a lors ils m’ont dit de m’installer dans le secteur 4. Ils m’ont aidé à traverser cette épreuve » m’explique Mme Edwige, 65 ans. Elle est arrivée à Antananarivo dans les années 1970, comme la plupart des familles du quartier. Les enfants devenus parents et les jeunes actuels sont donc nés en ville. Ce sont des citadins à part entière ayant une stratégie résidentielle définie autour du marché et de la gare routière, des lieux de passage leur assurant des revenus faibles mais quotidiens. Les femmes sont ainsi lavandières, marchandes de fruits et légumes, de vêtements ou balayeuses au F okontany . Les hommes sont démarcheurs de places de taxi-brousses, livreurs de pain, porteurs d’eau ou portefaix au marché. Tous restent également habiter près de leurs familles et bénéficier de la solidarité de voisinage.

Photo 3 : Mme Edwige et une partie de sa famille sur la terrasse de sa maison en bois.

DSCN9589

(C) 2015 Lozivit

Photo 4 : Mme Lala et sa famille. La TV est allumée et passe des musiques malgaches.

DSCN9826 (2)

(C) 2015 Lozivit

Cette étude a également montré l’existence d’une citadinité des bas-quartiers de la ville, se pratiquant à échelle locale. Ainsi, le style vestimentaire des jeunes, leur rapport au matériel et à la consommation confirme la présence d’une culture urbaine retrouvée dans les grandes villes mondiales. De plus, les hommes pratiquent beaucoup le rugby, la boxe, les jeux de cartes ou les dames malgaches, en pariant souvent de l’argent. La religion a également une grande importance dans les pratiques quotidiennes, que l’on soit catholique ou protestant. Dans le même temps, les habitants ont aussi des habitudes dont l’influence rurale est indéniable comme la pratique du kabary, un art oral ancestral, de la danse ou de la musique traditionnelle des hauts-plateaux de l’Imerina. Par ailleurs, les femmes s’occupent davantage de l’espace domestique, notamment en entretenant et en embellissant les jardins familiaux présents devant chacune des maisons. Ainsi, même s’ils reconnaissent être cœur de la ville, leur quartier est vu comme plus calme et plus agréable à vivre grâce à la proximité de la nature. « Ça nous permet d’oublier nos problèmes du quotidien » me dit Mme Lala, ancienne sans-abri de 37 ans.

Les relations de voisinage sont également fortes dans l’allée, surtout entre les femmes et les enfants qui vivent et grandissent ensemble dans un espace restreint. Cependant, loin d’être u n quartier paisible où tout le monde cohabiterait harmonieusement (Fournet-Guérin, 2007), les tensions sociales et la méfiance entre les individus y sont palpables, signes d’une individuation des comportements et d’un rejet du contrôle social qu’implique la promiscuité des rapports sociaux et des logements. Toutefois, même si des relations conflictuelles existent, les habitants sont toutefois liés par des histoires, des liens familiaux, des conditions de vie similaires. Ils partagent une identité citadine, celle d’habiter dans le secteur 4, mais aussi des aspirations communes : bénéficier des droits fondamentaux des citadins et avoir « u ne vie normale ». Ils se considèrent en tant que communauté, un groupement de familles regroupées autour d’objectifs communs. Face au manque de moyens de la Commune Urbaine d’Antananarivo, ils se sont organisés eux-mêmes pour améliorer leurs conditions de vie, affirmer leur citadinité et revendiquer un droit à la ville.

J’analyse ces pratiques au prisme de l’idée d’une stratégie d’empiètement tranquille de l’ordinaire (Bayat, 1997), fondée sur un ancrage collectif progressif dans l’espace par le biais des jardins familiaux, des latrines communautaires ou globalement de l’embellissement et de l’entretien quotidien de l’allée. On retrouve ici le signe d’une matérialité de la reconnaissance (Körling, 2013) puisque pour M. Robin, 22 ans : « Embellir le quartier peut nous apporter de la considération même si on habite dans des maisons en bois… ». Cette stratégie nécessite l’adoption d’une attitude de « bons citoyens » respectant les normes urbaines, la discipline et les règles établies par les autorités publiques. Les habitants espèrent ainsi être plus reconnus, visibles, et accéder à la propriété d’un terrain qu’ils ont mis en valeur en suivant les critères de l’administration. Cependant, au regard des quelques entretiens extérieurs, ces initiatives ne sont ni connues ni valorisées. Le secteur 4 reste caché, hors de la ville, sale. Il reste l’espace des démunis alloué à ceux qui ne pouvaient pas aller ailleurs, « un bas-quartier où vivent les pauvres ». A l’échelle du quartier, ils sont toujours stigmatisés, dévalorisés et mis en marge par les autorités et les habitants plus aisés qui leur refusent le statut de citadin. Cela illustre la persistance d’une hiérarchie opposant les Fotsy, les castes supérieures, aux Mainty, les descendants d’esclaves. Ces divisions statutaires sont toujours très présentes, à tel point que les premiers « jouissent toujours de positions dominantes dans tous les domaines, forment les discours de la ville, tandis que les seconds sont méprisés et ostracisés » (Fournet-Guérin, 2007) même s’ils sont dépositaires de la culture, de l’Histoire et de l’identité Merina.

Les M ainty du secteur 4 d’Andravoahangy-Tsena sont ainsi constamment soumis aux décisions et au pouvoir des décideurs Fotsy , une hiérarchie qu’ils légitiment par leur attitude de « bons citoyens ». Obéissants, ils suivent les règles établies par le F okontany et sont contrôlés quotidiennement pour cela. Ils sont pointés lors des nettoyages collectifs ou sensibilisés à l’entretien des jardins. En tant que chef secteur, M. Nitrina travaille tous les jours à « changer les mentalités, à développer l’esprit de solidarité, à faire respecter la discipline. Je leur dis : vous avez la chance qu’on vous donne une place, une maison, un terrain pour y habiter, mais il faut que vous donniez aussi en retour pour mériter cette vie !». Même si leurs actions montrent effectivement une revendication d’un droit à la ville et entraîne une évolution notable des conditions de vie depuis 2012, celles-ci ne contestent pas les rapports de force asymétriques. Leurs actions n’améliorent au final la considération qu’entre les habitants eux-mêmes. Ils renforcent surtout leur sentiment d’unité et leur motivation pour continuer à entreprendre afin d’améliorer l’avenir. On ne peut donc que « s’interroger sur les difficultés qu’ont les plus marginaux à prendre la parole, contester et plus encore se faire entendre » (Choplin, 2014).

Contact: martin.lozivit@gmail.com

Le reportage photo complet de la mission est disponible ici. ​

Bibliographie indicative :

Bayat, A., 1997, « Un-civil Society: the Politics of the Informal People », Third World Quarterly , vol. 18, n° 1.

Berry-Chikhaoui I, 2009, « Les notions de citadinité et d’urbanité dans l’analyse des villes du Monde arabe ». Les Cahiers d’EMAM. Études sur le Monde Arabe et la Méditerranée , n o 18, 9-20

Choplin A., 2014, « Les « Sans fiche sans photo » : Déplacements forcés et (non) mobilisation citoyenne à Nouakchott (Mauritanie) », L ‘Espace Politique [En ligne], 22 | 2014-1, URL : http://espacepolitique.revues.org/2926 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.2926

Dorier-Appril E., Gervais-Lambony P. (dir.), 2007, Vies citadines , Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 266 p.

Duchemin E., F. Wegmuller, et A.M Legault, 2010, « Agriculture urbaine : un outil multidimensionnel pour le développement des quartiers ». VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement , n o Volume 10, numéro 2, doi:10.4000/vertigo.10436.

Fournet-Guérin C., 2007, V ivre à Tananarive: géographie du changement dans la capitale malgache . Paris, France: Éd. Karthala.

Gervais-Lambony P., 2001, « La citadinité, ou comment un mot peut en cacher d’autres… », pp. 92-108, in Dorier-Apprill E. (dir.), Vocabulaire de la ville. Notions et références , Paris, Éd. du Temps, 191 p.

Körling G. et E. Escusa, 2013, « La matérialité de la reconnaissance : les mobilisations locales pour la fourniture de services publics à Niamey ». Politique africaine N° 132, n o 4 : 27-47.

Marguerat Y., 2003, Antananarivo et ses marginalités sociales, forces et faiblesses d’une société urbaine originale, in Marguerat Yves (dir.). Garçons et filles des rues dans la ville africaine : diversité et dynamique des marginalités juvéniles à Abidjan, Nairobi, Antananarivo : rapport de l’équipe de recherche Dynamique du Monde des Jeunes de la Rue : recherches comparatives sur l’évolution de la marginalité juvénile en Afrique et à Madagascar, Paris, IRD, p. 181-196.

Rajaonah Faranirina V. et D. Bois, 2007, M archés urbains de Madagascar XIXe, XXe siècles: Antananarivo, Antsirabe, Antsiranana . Paris, France : l’Harmattan.

Wachsberger J.M, 2009, « Les quartiers pauvres à Antananarivo ». Autrepart 51, n o 3 : 117-37. doi:10.3917/autr.051.0117.

  1. « Vivre à Tananarive, géographie du changement dans la capitale malgache » (Fournet-Guérin, 2007 []
  2. Manières d’être et de vivre en ville, participant à la construction des identités (Berry-Chikhaoui, 2012 []
  3. Volonté de vivre de manière pérenne dans un quartier urbanisé, de s’approprier l’espace, d’accéder aux équipements urbains et à leur usage, de participer à la vie urbaine et d’être reconnu en tant que citadin (Navez-Bouchanine, 1991 ; Gervais-Lambony, 2004 ; Harvey, 2003, 2011 ; Purcell, 2009 []
  4. Le Fokontany est l’administration locale gérant les affaires du quartier. Il en existe 192 à Antananarivo []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *