Retour de terrain à Addis-Abeba par Marie Bridonneau et Sabine Planel (juin 2015)

Marie Bridonneau et Sabine Planel ont réalisé un premier terrain à Addis-Abeba en juin 2015.

« Le droit à la ville au concret »

Reconstruire et réinventer la ville depuis les condominiums à Addis-Abeba

Marie Bridonneau, Sabine Planel

Introduction:

L’analyse du droit à la ville à Addis-Abeba soulève un premier enjeu théorique sur les formes du politique dans des contextes peu démocratiques. Alors que la littérature sur le droit à la ville se distingue principalement en ce qu’elle reconnait la dimension politique de la construction de l’espace urbain, par l’articulation entre production spatiale et production politique, qu’en est-il du droit à la ville dans un contexte autoritaire ? Comment se pense, se matérialise voire s’exprime le politique dans une situation marquée par un contrôle étatique fort cherchant à limiter le pluralisme et l’expression politique ?

Notre recherche interroge l’exercice du politique dans des contextes marqués par la contrainte politique qu’elle soit ou non imposée par l’appareil d’Etat, via l’appareil d’Etat ou plus généralement reproduite dans le corps social. Ce souci de cerner au mieux les véhicules sociaux et politiques de la domination s’inscrit dans l’approche matérielle du politique que nous offre le questionnement sur le droit à la ville. Loin d’envisager la dimension politique du droit à la ville dans ses formes les plus évidentes, voire les plus visibles, telles les mobilisations politiques, les revendications collectives, l’émergence de contre-pouvoirs, nous souhaitons interroger une dimension très quotidienne très routinière du droit à la ville, mieux à même selon nous de révéler les dimensions profondes des jeux politiques en situation de contrainte. Nous considérons ainsi le droit à la ville, comme l’accès à l’espace urbain. Dans le contexte éthiopien, la question de l’accès à l’espace urbain possède un intérêt conjoncturel évident. D’abord et avant tout parce que l’urbanisation est un phénomène relativement récent, que les taux d’urbanisation sont encore faibles dans un pays très fortement marqué par la ruralité. Ensuite, parce que l’accès à la ville, notamment par l’exode rural ou par l’attribution du sol a longtemps été très contrôlé par les pouvoirs publics. Enfin parce que l’accès au sol constitue en Ethiopie le nœud du contrôle politique, parce que les réformes foncières, notamment la mise sous tutelle publique du foncier, est instituée depuis 2011. Et pour finir, parce que le sol appartient à l’Etat.

Dans le programme DALVAA, nous ne comprenons donc pas l’accès à l’espace urbain comme l’accès au foncier urbain, mais comme l’accès au logement urbain, acquis en propriété privée à travers les grands programmes d’accès au logement mis en œuvre depuis le début des années 2000. Ceux-ci s’inscrivent dans une politique de la ville dont l’ensemble des résultats se font encore attendre, mais dont les politiques d’accès au logement constituent un succès réel qui tend à transformer les espaces et les pratiques de la ville. Cet accès à la petite propriété privée en logement collectif était initialement destiné aux urbains les plus pauvres, s’il concerne aujourd’hui plutôt les classes moyennes, sa mise en œuvre fut l’occasion de profonds réaménagements de l’espace urbain du fait de l’éradication des ‘bidonvilles’ du centre-ville. Pour tous les habitants d’Addis-Abeba vivre dans un condominium suppose ainsi un déplacement. Un déplacement forcé pour les plus pauvres, un déplacement souhaité pour les plus aisés pouvant ainsi accéder à la propriété. Un déplacement lourd de conséquence dans les pratiques de la ville, et dans la reproduction potentielle d’un système de contrôle, d’encadrement de la vie en collectivité. Il s’agit pour nous de questionner la question du déplacement (displacement), bien analysée par la littérature et notamment dans un contexte éthiopien (Pankhurst A. et Piguet F., 2009), à travers une plus grande plasticité de pratiques incluant les mobilités et les stratégies résidentielles, qu’elles soient ou non sous contrainte. Il s’agit tout à la fois d’interroger la capacité de résistance des habitants des condominiums à travers les thématiques de l’appropriation de leur nouvel espace, du contournement ou du détournement des normes qui leur étaient imposées jusqu’alors. Mais également d’interroger les modalités de reproduction d’un exercice local et renouvelé de la domination, aux limites de l’appareil d’Etat. Ce projet ambitionne donc de détailler et de comprendre les formes locales de cette « réinvention » de l’espace urbain, entre résistance et reproduction d’un ordre politico-social ancien.

1. Les politiques de logement : favoriser l’accès à la propriété, éliminer les « slums »

 Depuis le milieu des années 2000, un mouvement de construction massif de condominiums s’est opéré, d’abord à Addis-Abeba puis dans les villes secondaires d’Éthiopie. Ce mouvement correspond à l’Integrated Housing Development Programme qui prévoit, outre la création d’emplois via le soutien aux petites et moyennes entreprises, la construction de plusieurs centaines de milliers de logements dans le pays. Il s’agit ainsi de favoriser l’accès à la propriété en construisant de l’habitat collectif sur financement public. Entre 2006 et 2010, à l’échelle de l’Ethiopie, 171 000 logements ont été construits, dont plus de 80 000 à Addis-Abeba (l’objectif initial était de construire 400 000 logements en Éthiopie, donc près de 200 000 à Addis-Abeba). Dans un contexte particulier où l’accès à la propriété privée est très difficile pour les classes moyennes étant donnée la très grande rareté de l’offre dans la capitale éthiopienne, cette politique de logement, d’abord officiellement destinée aux ménage à faibles revenus (UN Habitat, 2011), va surtout bénéficier aux classes moyennes à supérieures

  • Favoriser l’accès à la propriété et en finir avec le logement social public

 Le concept promu par l’État est donc d’assurer la construction de ces logements et de les attribuer à des acquéreurs pouvant attester de leur domiciliation à Addis-Abeba et en mesure de verser un acompte dont le pourcentage varie selon les phases et évolutions de la politique de logement : 20 %, 10 % et maintenant 40 % (voire plus) du capital immobilier. L’attribution se fait selon un système de « loterie » avec des tours de distribution s’échelonnant plus ou moins régulièrement depuis le lancement du programme. Les résultats des loteries sont annoncés dans les journaux, sur internet et affichés dans les bureaux des kebele (communes). Notons que pendant les premières années de la politique, 30 % des logements étaient strictement réservés aux femmes. 10% des appartements sont également réservés aux habitants évacués des quartiers centraux régénérés. La Commercial Bank of Ethiopia accorde des prêts aux bénéficiaires des logements. À la fin des années 2000, les taux d’intérêt étaient fixés à 8,5%. L’agence publique de microcrédit AdCSI (Addis Ababa Credit Savings Institution) accorde des prêts pour le paiement des acomptes.

De 2005 à 2010, les logements étaient essentiellement attribués selon le rapport 20% d’acompte à verser, 80 % à rembourser à la banque sur 15 ans. En 2013, l’enregistrement a été rouvert pour postuler à des appartements selon le rapport 40/60. Quelques temps après l’effervescence liée à la réouverture de l’enregistrement (rappelons qu’en 2005, près d’un demi-million de citadins s’étaient enregistrés), des annonces sont faites dans le sens d’une sélection par le montant épargné (les logements seront ainsi d’abord attribués à ceux qui auront épargné 100% du capital immobilier). Si la distribution débute à peine, on observe bien un phénomène d’ « épargne forcée » (Nallet, 2015) censé consolider le développement du système bancaire éthiopien: pour conserver une chance d’accéder à la loterie, les candidats doivent ainsi épargner une certaine somme par mois (environ 2000 birr).

Les sites de construction de condominium ont d’abord été des espaces vacants en ville puis davantage en périphérie. À partir de la fin des années 2000, les pouvoirs publics ont commencé à démolir des quartiers centraux dits de « slums », c’est-à-dire des quartiers bas de logements individuels en torchis, pour grande partie des logements sociaux, les kebele bet, hérités de la période du Derg. Le processus d’accès aux condominiums s’est donc doublé d’une gestion des citadins contraints au déplacement.

  • Eliminer les « slums » et gérer la réinstallation

 La destruction de quartiers centraux emblématiques tels qu’Arat Kilo ou Lideta ces dernières années a radicalement transformé le paysage urbain d’Addis-Abeba. Outre les formes nouvelles et/ou temporaires des nouveaux condominiums de Lideta et des terrains vagues d’Arat Kilo, ces transformations radicales ont conduit à des opérations de réinstallation de grande envergure. Il n’y a pas eu de réinstallation collective, mais des solutions proposées par les autorités locales, selon le statut de l’occupant (propriété ou locataire dans le parc immobilier privé ou public). De fait, si l’accès au condominium est réservé à ceux qui ont des moyens suffisants pour le paiement de l’apport, le maintien en condominium est réservé à ceux qui peuvent rembourser le crédit.

 

2. Objet et terrain d’enquête

L’enquête exploratoire réalisée du 8 au 12 juin 2015 a été menée à Jemo, au sud-ouest d’Addis-Abeba et plus particulièrement à un peu plus de 13 kilomètres du quartier central d’Arat Kilo. Jemo est un site de condominiums réunissant 10 000 logements livrés à partir de 2010. Le site est subdivisé en Jemo 1 (achevé), Jemo 2 (en cours de construction) et Jemo 3 (achevé mais tous les logements ne sont pas encore habités). Au début des années 2010, Jemo est considéré comme un site de grande périphérie, « une zone d’extension récente […] mal reliée à la ville » (Nallet, 2015 : 351). Jemo est en effet un des sites de périphéries investis par les pouvoirs publics pour mettre en œuvre sa politique de logements dans la capitale avant de se retourner, très récemment, vers des quartiers plus centraux tels que Lideta (UN Habitat, 2011).

Photo 1. Les sites de Jemo 1 et 3, vus du ciel.

Photo 1

Jemo est un site construit exclusivement de condominiums. Autour s’étendent de nouvelles zones de villas individuelles et massives. En Éthiopie, les condominiums incarnent la modernité urbaine. De manière très régulière, les blocks s’élèvent sur 4 à 6 étages (hauteur au-delà de laquelle un ascenseur serait nécessaire) et contiennent des appartements de type studio, une, deux et jusqu’à trois chambres à coucher. Les blocks sont réunis par 6 à l’intérieur de compounds clôturés, et gardés. Les compounds renferment des espaces collectifs : parkings, espaces verts (ou à verdir), « communal » géré par la copropriété pour la collectivité (bureau, lavoir, cuisine, mise en location de certains espaces, etc.). Les formes urbaines sont également inabouties : à mesure qu’on s’éloigne de la route principale et du très dynamique Jemo 1, on peut observer à Jemo 3 et Jemo 2 des constructions inachevées, des logements vides, des matériaux de constructions (gravas, parpaings…).

De même, l’ensemble des résidents témoignent de l’inachèvement du lotissement des parcelles au moment de leur installation. Les services publics d’eau et d’électricité ont ainsi mis plusieurs mois pour desservir les sites après les premières installations. Le ramassage des ordures, géré par les pouvoirs publics depuis peu (Bjerkli, 2013 ) est aujourd’hui entièrement organisé par la municipalité.

 

Photos 2 et 3. Paysages résidentiels à Jemo 3

photo 2 Photo 3

(Clichés, M. Bridonneau)

 Immeubles vides et espaces verts en cours d’aménagement (photo de gauche) et immeubles récemment occupés et batiment central à usage collectif, le comunal (photo de droite).

 

3. Méthodologie : Une démarche ethnographique pour aborder le droit à la ville par les pratiques

Le parti pris méthodologique est celui de l’enquête ethnographique. L’enquête est menée à travers des entretiens semi-directifs auprès des ménages habitant les condominiums de Jemo. Pendant le travail exploratoire de juin 2015, une quarantaine d’entretiens ont été conduits de manière aléatoire dans les sites de Jemo 1 et de Jemo 3. En plus d’approfondir cette enquête dans les condominiums, la suite du travail devra intégrer les représentants des pouvoirs publics en charge, à plusieurs échelles, des politiques de logements et de gestion du développement urbain.

 

4. Problématisation, hypothèses et pistes…

A travers la rupture que provoque le déplacement, encore plus s’il fut rapide et contraint comme c’est le cas pour les plus démunis, il s’agit d’envisager la possibilité d’une réinvention de l’espace politique urbain, de formes nouvelles du vivre ensemble. Il s’agit tout à la fois d’interroger la capacité de résistance des habitants des condominiums à travers les thématiques de l’appropriation de leur nouvel espace, du contournement ou du détournement des normes qui leur étaient imposées jusqu’alors. Mais également d’interroger les modalités de reproduction d’un exercice local et renouvelé de la domination, aux limites de l’appareil d’Etat.

Différentes pistes de réflexion se dégagent suite à cette première mission de terrain qu’il conviendra de travailler collectivement.

  • Ce travail doit contribuer à une recherche en cours sur les programmes d’accès au logement en condominium. Elle doit permettre d’actualiser notre connaissance des procédures d’accès aux condominiums, notamment des nouvelles modalités de financement ; de mieux comprendre les réactions des résidents et les difficultés ou au contraire les avantages qui naissent de cette nouvelle situation urbaine ; de comprendre les nouvelles structurations sociales et spatiales qui naissent de ces déplacements et notamment la nature comme la qualité de leur articulation au centre-ville.
  • Ce travail dans une ancienne périphérie urbaine, Jemo, aujourd’hui relativement bien intégrée au centre-ville, doit nous permettre de réfléchir à la redéfinition de la centralité à Addis-Abeba. Si la ville se caractérise aujourd’hui par la multiplicité de ses centres nous pensons que le développement des grandes périphéries, ainsi que la naissance de nouvelles pratiques urbaines contribuent à réorganiser les anciens centres villes. Cet aspect de l’analyse vaut davantage pour la connaissance monographique de la ville que pour la réflexion sur le droit à la ville développée dans le cadre de ce programme.
  • Davantage en lien avec le programme DALVAA, nous souhaitons travailler la question de la modernité, classiquement associée à celle de l’urbanité, mais l’association demeure pertinente dans le contexte éthiopien. Nous traiterons de la modernité à travers l’angle très spécifique des subjectivités individuelles et non des paysages ou des comportements urbains, comme c’est plus souvent le cas. Il s’agit de comprendre si la vie en condominium fait naitre un nouvel ethos urbain, notamment articulé à la figure de l’entrepreneur. Loin de nous l’idée de réduire la figure entrepreneuriale à celle du commerçant, nous la considérons davantage comme celle d’un investisseur au sens large du terme, ie. celui qui investit financièrement dans une nouvelle position sociale, dans un nouveau mode de vie, au final dans un condominium. Si l’équipe le permet toutefois nous enquêterons également auprès des commerçants.
  • Nous souhaitons également travailler la question de l’intentionnalité politique dans l’exercice de la domination. Il ne s’agit pas pour nous de travailler les questions liées à la mise en œuvre des politiques publiques dans l’optique des travaux sur la street level bureaucry, mais davantage de comprendre comment l’exercice de la domination collective se reproduit en dehors de l’institution étatique. Comment il se réinvente au quotidien ? Quels en sont les véhicules ? Et quelles sont les subjectivités qui alimentent la reproduction d’un ordre politico-social ancien ? En bref, en quoi et selon quelles modalités la domination d’Etat se défait de sa dimension coercitive et évolue vers une domination douce et acceptée.
  • Nous pensons que la reconstruction d’un espace urbain (comprenant outre des dimensions géographiques, des dimensions sociales et politiques) produit des opportunités politiques nouvelles dans un contexte très resserré, où les marges de manœuvre collectives, les alternatives au projet économique, social, spatial et politique porté par le gouvernement sont faibles. L’enquête sur Addis-Abeba doit tout de même confirmer dans quelle mesure et selon quelles modalités, ces nouvelles opportunités se traduisent par : la revendication, l’invention, l’expression d’un « droit », d’une légitimité ou d’une subjectivité politique, nécessairement individualisé, forcément nouveau ? ou au contraire la reproduction d’une situation, d’un ordre politico-social autoritaire ? Plus vraisemblablement sans doute, nous sommes face à une situation d’entre-deux, une combinatoire politique localisée associant des pratiques et des rationalités politiques parfois antagonistes selon des ressorts variés. En l’état nous en identifions deux principaux : la jeunesse et le lien à la diaspora. Tous deux facilitent l’adaptation et l’inventivité en ville, et semblent produire, par cette nouvelle urbanité, un nouveau rapport au politique.

 

Quelques références :

Bjerkli C. L., 2013, “Governance on the Ground: A study of Solid Waste Management in Addis Ababa, Ethiopia”, International Journal of Urban and Regional Research, 37 (4), p. 1273-1287.

Ministry of Urban Development, Housing and Construction : http://www.mwud.gov.et/web/guest/home

Pankhurst A., Piguet F. (dir.), 2009, Moving People in Ethiopia – Development, Displacement & The State, Woodbridge – Suffolk, Rochester – New York, James Currey

Nallet C., 2015, Classes moyennes éthiopiennes. Etude empirique d’une assignation catégorielle incertaine, Thèse de doctorat en sciences politiques, Université de Bordeaux, Bordeaux

Tesfa Teferi GebreEgziabher, 2014, The Effect of Development Induced Displacement on

Relocated Household: The Case of Addis Ababa, MA in Development Studies, The Hague, The Netherlands

Tiumelissan A. et A. Pankhurst, 2013, Moving to Condominiums, Views about the Prospect among Children and their Families in Addis Ababa and Hawassa, Working Paper 106, Young Lives, University of Oxford

UN-Habitat, 2011, Condominium Housing in Ethiopia: The Integrated Housing Development Programme


Une réflexion au sujet de « Retour de terrain à Addis-Abeba par Marie Bridonneau et Sabine Planel (juin 2015) »

  1. Ping : Retour de terrain de Marie Bridonneau à Addis-Abeba (décembre 2016) | DALVAA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *