Mémoire de M1 sur les reconfigurations socio-spatiales autour de changements infrastructurels à Abidjan

Alex Kadjomou N’guessan, étudiant du master 1 Géographie et Science du Territoire à l’Université Paris 7, a réalisé un mémoire en partenariat avec le programme de recherche DALVAA. Il nous présente ses résultats de recherche.

Les reconfigurations socio-spatiales autour d’une infrastructure majeure dans une métropole post-conflit : les oubliés du 3ème pont à Abidjan.

Mémoire de Master 1 réalisé par Alex Kadjomou N’guessan

Sous la direction d’Amandine Spire

A l’approche des élections présidentielles d’octobre 2015, l’heure du bilan sonne pour le régime Ouattara mis en place depuis le dénouement dramatique de la précédente campagne. Dans ce contexte le 3ème pont d’Abidjan est plus que jamais d’actualité car symbole d’un mandat (2010-2015) consacré à la réalisation de grandes infrastructures dans toute la Côte-d’Ivoire. Cependant, on ne saurait réduire l’importance du 3ème pont à une œuvre promouvant le seul mandat du régime au pouvoir, c’est davantage la récente histoire politique, sociale et urbaine d’un pays traversé de tensions dont elle en est le miroir. Ce sont ces différentes dimensions que notre étude consacrée aux impacts sociaux de la réalisation sur les populations riveraines a mis en exergue, en suivant la trame de la décennie (1999-2011) de crise politico-militaire en Côte-d’Ivoire.

Photo 1. Le Pont Henri Konan Bédié (3ème pont d’Abidjan)

Photo 1

(C) Kadjomou N’guessan

Notre étude met en lumière également les dynamiques complexes qui sous-tendent la réalisation d’un projet de développement d’envergure internationale. Un projet de développement est un projet financé en général par des bailleurs bilatéraux, multilatéraux ou privés et qui a pour but l’amélioration socio-économique d’un pays ainsi que l’amélioration des conditions de vie des populations locales, dans une optique de réduction des inégalités. Ainsi, malgré leur relégation ou déguerpissement (terme de plus en plus banalisé, voir, http://www.hypergeo.eu/spip.php?article567#) l’ensemble des personnes affectées par la construction du 3ème pont devraient bénéficier à terme des bienfaits de cette infrastructure. Cette étude sera l’occasion de redéfinir et revenir sur l’étymologie du terme « déguerpissement » employé à tort par tous les acteurs rencontrés. En effet, celui-ci désigne « une expulsion collective et contrainte d’individus qui ne possèdent pas de droits reconnus sur les parcelles qu’ils occupent. Le recours à la violence, physique ou symbolique, accompagne généralement la procédure. (Blot et Spire, 2014: 2). Le caractère illégal ne se vérifie pas dans notre contexte car l’ensemble des populations affectées possédait des titres de propriétés ou d’occupations provisoires. Ces faits ont une incidence sur les critères d’éligibilités à une indemnisation où une réinstallation selon les lois ivoiriennes et les directives de la Banque Mondiale.

Les impacts sociaux à travers la mise en place des Plans de Déplacements et de Réinstallations (PDR) de populations (1998, 2010) ainsi que les jeux de pouvoirs entre les acteurs constituant ce processus ont été nos principales axes de recherches. Ces procédures se sont déroulées au gré des évènements sociopolitiques rythmant le quotidien des Ivoiriens pendant une décennie. En effet, le premier PDR fut exécuté du mois de mai au 24 décembre 1999, date du coup d’Etat perpétré par le général Robert Guei entrainant la suspension du projet par les bailleurs de fonds. Cependant, ce PDR permit la réalisation de deux sites de réinstallations dans les communes que dessert le 3ème pont, Cocody et Marcory. Nos recherches nous ont amenés à centrer notre étude sur Marcory, dénommé, « Cité Setao », site réservé aux propriétaires (55) de maisons ayant accepté un relogement plutôt qu’une indemnisation suite à leur déguerpissement de l’emprise du 3ème pont.

Photo 2 : Logement économique cité « SETAO »

Photo 2

(C) Kadjomou N’guessan

Après le coup d’état, le pays s’engouffra dans une longue période d’instabilité se caractérisant par un effritement du pouvoir central (régime Gbagbo, 2002-2010) et une crise de gouvernance à l’échelle locale. Cela c’est traduit à Abidjan par un accroissement de l’occupation des espaces publics par le secteur informel. C’est ainsi que l’emprise du 3ème pont libérée en 1999, fut ré-occupée avec l’autorisation de la mairie de Marcory en 2002 par un marché de friperie, rassemblant à terme 700 fripiers. Ces derniers constituent notre deuxième cas d’étude car ils connaitront un déguerpissement en 2012 après la décennie de crise politico-militaire et le retour des bailleurs de fonds dans le projet. Comme l’impose la directive 4.12 de la Banque Mondiale, mais en contradiction avec les lois ivoiriennes, ces populations sont éligibles aux procédures d’indemnisations ou de réinstallations. 419 commerçants choisiront d’être réinstallés au grand marché des Deux-Plateaux (Cocody) et 70 préfèreront le grand marché de Marcory. Le point commun entre les deux PDR est l’échec de l’ensemble des institutions à mener ces procédures à terme. En effet, les promesses formulées lors des réunions de concertation entre les populations affectées et la cellule d’exécution du PDR n’ont pas été entièrement tenues pour ceux ayant choisis la réinstallation. A titre d’exemples, les propriétaires de la cité « setao » n’ont toujours pas reçu de titres fonciers officialisant leurs présence sur le site de réinstallation et les conditions de vie y sont difficiles (absence d’eau courante, délestage récurent, conflit de voisinage etc..). En ce qui concerne les fripiers, aucun n’a pu être réinstallé dans l’un des marchés prévus à cet effet ce qui marqua, pour beaucoup, un terme à leurs activités. Les populations affectées vivent cette situation comme une double injustice car elles estiment avoir cédé leurs biens dans l’intérêt du pays mais elles ont été abandonnées par les autorités et par l’ensemble de la cellule d’exécution du PDR. Comme l’indique un représentant associatif : « Donc nous représentants de la jeunesse voilà ce que nous déplorons : ils nous ont jetés et pas installés. Il ne suffit pas de construire des belles maisons pour dire que les gens sont à l’aise. Sans eau on ne peut pas vivre et on a résisté combien d’années avant qu’on nous dise que l’eau arrive maintenant. Près de 11 ans à boire l’eau de puits et on nous a même pas envoyé dans un centre de santé pour nous consulter. Ils ont eu leur pont c’est fini et d’ailleurs, ils nous ont même pas convié à l’inauguration. (M. Gueridesson, représentant des jeunes à la setao, entretien de l’auteur, 10/03/15)»

Au-delà de ces conditions de vie dramatiques, notre étude a mis en évidence les stratégies adaptatives déployées par les populations pour faire face à cette situation témoignant ainsi d’une quête de droit à vivre en ville. Ces stratégies passent par la création de plusieurs associations à la cité « setao » pour défendre les intérêts des habitants et faciliter la cohabitation. En ce qui concerne les fripiers cela consista en une reconversion dans d’autres secteurs d’activités ou un maintien dans la friperie avec cette expérience comme assurance « risque » auprès des autorités.

La directive opérationnelle 4.12 de la Banque Mondiale a été appliquée dans les deux plans de déplacements et de réinstallations. Cependant son objectif principal n’a pas été atteint : atténuer les conséquences socio-économiques pour les personnes affectées. Cela s’explique en partie le contexte géopolitique délicat de la Côte-d’Ivoire et les failles dans la gouvernance de la ville d’Abidjan. Comme le souligne B. Jouve (2004), la gouvernance a mis en évidence, la redéfinition des relations entre l’Etat et les collectivités locales ainsi que la reconfiguration des formes de leadership territorial. Le rôle des structures partisanes dans un ordre politique en voie de recomposition est plus que jamais d’actualité à Abidjan.

Le PDR fut dans les deux cas une opportunité pour les personnes affectées pour améliorer leurs conditions de vie comme le souhaite la directive 4.12 mais l’absence de suivi ruina cette possibilité. En effet, les délais d’intervention accordés à la cellule d’exécution sont trop courts pour s’assurer de l’impact positif ou négatif du PDR sur les personnes déplacées, étant donné qu’ils n’excèdent pas six mois.

Parler d’échec dans le développement n’est plus « tabou » et les grandes dates de ce milieu comme celle de la COP 21, en ce moment d’actualité, sont l’occasion de réfléchir aux solutions dans la mise en place des PDR. L’une d’entre elles pourrait être de confier cette mission à des organismes indépendants qui, en partenariat avec l’Etat-emprunteur, exécuterait cette tâche. Le coût de cette mesure devrait être compris dans l’enveloppe globale du prêt alloué par le bailleur à l’Etat, ce qui éviterait des conflits d’intérêts et une moindre emprise du contexte sociopolitique sur le PDR. Autre solution proposée par un responsable de la Caritas (Membre de la cellule d’exécution) est de supprimer simplement le volet réinstallation du plan et se contenter d’une indemnisation des populations affectées. Ainsi le problème de suivi ne se poserait plus et le coût serait moins élevé pour l’Etat. Le débat reste ouvert pour mettre en place des PDR réellement justes.

Pour avoir un exemplaire PDF du mémoire veuillez me contacter à l’adresse suivante : alex.kadjomou@outlook.fr

 

Bibliographie indicative

Blot, Julie et Spire, Amandine. 2014. « Déguerpissements et conflits autour des légitimités citadines dans les villes du Sud ». L’Espace Politique. Revue en ligne de géographie politique et de géopolitique, no 22 (mars). doi:10.4000/espace politique.2893.

Bouquet, Christian et Kassi-Djodjo, Irène. 2014. « « Déguerpir » pour reconquérir l’espace public à Abidjan. » L’Espace Politique. Revue en ligne de géographie politique et de géopolitique, no 22 (mars). doi:10.4000/espacepolitique.2963

Le Bris, Emile. 1998. Urbanisation et politiques urbaines dans les pays en développement. In : Loriaux M. (ed.) Populations et développements : une approche globale et systémique. Louvain-la-Neuve (BEL) ; Paris : Academia-Bruylant ; L’Harmattan, 1998, (5), p. 297-356. (Population et Développement ; 5).

Steck, Jean-Fabien. 2005. « Abidjan et le Plateau : quels modèles urbains pour la vitrine du « miracle » ivoirien ? ». Géocarrefour Vol. 80 (3): 215‑26.

Traoré, Kassoum. 2007. « Condition de vie et risques sanitaire dans les quartiers précaire d’Abidjan » Université Abobo-Adjamé.

Jouve, Bernard, 2004. « La gouvernance urbaine en questions ».Elsevier


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *