Retour de terrain à Quito, par Aurélie Quentin

Aurélie Quentin a réalisé un premier terrain à Quito en mars 2015. Elle nous présente les premiers résultats et pistes de réflexion.


1. La régulation du commerce de rue dans le centre historique de Quito

Après une période de très forte instabilité politique entre 1996 et 2006 (8 présidents se succèdent en 10 ans dont 3 sont révoqués dans des conditions « para-constitutionnelles) sur fond de grave crise économique, l’Equateur prend son « virage à gauche » en 2006 avec l’élection de Rafael Correa et renoue avec la croissance économique.

Durant cette même période, la municipalité de Quito a opéré son processus de modernisation municipale – avec l’appui de la banque interaméricaine de Développement, bénéficiant paradoxalement d’une certaine stabilité politique à l’échelle locale permettant une relative continuité de l’action.

La municipalité du district métropolitain de Quito est l’une des premières autorités métropolitaines créées en Amérique du Sud, qui entre en fonction 4 ans avant les premières lois nationales de décentralisation édictées en 1997. Le centre historique de la capitale équatorienne est également le premier ensemble urbain classé sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, en 1978. Dès lors, nait une volonté de la part du pouvoir municipal de « récupérer » cette zone centrale, paupérisée, qui connaît un processus de détérioration physique important, et dont les rues les plus centrales sont littéralement envahies par le commerce de rue.

Image 1. Le commerce ambulant dans le centre avant la relocalisation

Image 1Source : Francisco Soria Vasco, 2004

En 1994, un prêt de la BID de 41 millions de dollars initie un processus de réhabilitation intégrale de l’aire historique, mettant au premier plan la question de la relocalisation des commerçants de rue. La municipalité veut ordonner le commerce car c’est une condition même du projet de réhabilitation, les autres volets du projet (logement, tourisme, remise en état du patrimoine bâti etc.) ne pouvant être initiés si les commerçants restent dans la rue.

Pendant plus de 10 ans, trois équipes municipales successives vont mener à bien un processus de négociation complexe et mouvementé avec les commerçants de rue, certains totalement autonomes, d’autres regroupés en une multitude d’associations, pour parvenir en 2003-2004 à un accord consistant à relocaliser l’ensemble des commerçants de rue (on estimait alors qu’il y en avait environ 6000) dans des centres commerciaux populaires construits ou aménagés par la municipalité à proximité immédiate des lieux de vente.

Image 2. Le centre commercial populaire « Hermano Miguel », construit sur une place auparavant occupée par le commerce de rue

Image 2Source : Aurélie Quentin, 2015

La transformation est impressionnante et la méthode non coercitive adoptée par la municipalité, bien documentée, sera érigée en modèle pour d’autres métropoles de la région confrontées au même problème.

Cette première mission de terrain à Quito pour le programme DALVAA visait à dresser un état des lieux de la situation et à formuler des pistes de problématisation dans le cadre de l’axe 2 du programme « normes et contraintes dans les pratiques d’occupation de l’espace ». Il s’agissait pour moi de comprendre le contexte actuel de la régulation du commerce de rue dans le centre historique, plus de dix ans après la mise en ordre de cet espace et la relocalisation des commerçants dans les centres commerciaux populaires, à travers différents entretiens avec des responsables municipaux (actuels et antérieurs) et avec des commerçants et à travers l’observation de leurs pratiques dans les espaces de vente dédiés et dans la rue.

 

2. Droit à la ville et « post-néolibéralisme » en Equateur

Quand on s’intéresse au droit à la ville en Equateur, on ne peut faire l’économie d’inscrire cette réflexion dans un contexte politico-institutionnel régional particulier, caractérisé de post-néolibéral par un certain nombre d’observateurs (pour un point sur cette question, voir notamment Yates et Bakker, 2014).

La spécificité de mon terrain quiténien au sein de ce programme réside dans le positionnement anti-néolibéral adopté par les pouvoirs publics (au moins à l’échelle nationale) et la promotion d’une idéologie alternative, celle du Sumak Kawsay (terme Quechua qui est souvent traduit par buen vivir en espagnol, ou bien vivre en français). L’élection à la Présidence de la République de Rafael Correa en 2006, considéré comme une des figures emblématiques de la « nouvelle gauche » latino-américaine, a en effet propulsé sur le devant de la scène politique nationale un certain nombre de slogans progressistes a visée émancipatrice dont celui de « droit à la ville ».

En 2012, la municipalité de Quito a ainsi intitulé son plan stratégique à l’horizon 2022 « Quito Ville de Droits, Droit à la Ville » avec 5 principes directeurs : l’équité territoriale, la solidarité, la soutenabilité (durabilité), la participation et le respect de la diversité culturelle.

Contrairement aux contextes autoritaires et/ou largement engagés dans des réformes d’influence ouvertement néolibérales qui caractérisent d’autres villes du programmes, les pratiques ordinaires des commerçants de rue liées à la mise en ordre du centre historique de Quito prennent place dans un univers discursif bien différent, où le projet d’émancipation est porté par la puissance publique elle-même.

C’est pourquoi il m’intéresse particulièrement d’analyser ces pratiques, pour comprendre concrètement dans quelle mesure elles témoignent de la diffusion d’une rationalité entrepreneuriale, à une échelle bien plus micro que celle à laquelle se déploient les débats théoriques sur le post- ou le contre-néolibéralisme.

 

3. La récente transition politique municipale

En 2014, les élections municipales ont donné lieu à une alternance politique : la mairie de Quito, qui était depuis la fin des années 80 dirigée par des maires issus globalement de la gauche progressiste, et depuis 2009 par un membre du parti présidentiel, est passée aux mains de l’opposition. La régularisation des commerçants autonomes et le contrôle de la vente de rue a été un argument important de la campagne de Rodas (élu en 2014) accusant sont prédécesseur (Barrera) de laxisme et d’inertie dans ce domaine. Mi-mars 2015, quelques mois après sa prise de fonction et quelques jours avant mon arrivée sur le terrain, il avait ainsi lancé une grande opération policière de contrôle des commerçants dans les rues du centre historique distribuant de nombreuses amendes et confisquant la marchandise des vendeurs irréguliers.

Le commerce autonome dans le centre historique est ainsi devenu un enjeu stratégique dans la bataille politique qui oppose le Président Correa au nouveau Maire de la capitale (qui passe pour être un des rares prétendants « crédibles » à la succession du chef de l’Etat en 2017), dans un espace hautement symbolique du point de vue des dynamiques de pouvoir. Le centre historique est à la fois le centre névralgique des activités commerciales de la capitale, un point de passage obligé entre le Nord et le sud de la ville, le lieu traditionnel des mobilisations citoyennes (manifestations etc.), un espace patrimonial hautement touristique, mais aussi et surtout, la plaza grande, au cœur du centre historique, voit se dresser face à face le palais présidentiel et l’hôtel de ville.

Image 3. Dynamiques urbaines à Quito

Image 3

Source : MDMQ, 2003 (traduction A. Quentin)

Le Président Correa s’oppose directement aux contrôles effectués par la Mairie, et particulièrement aux confiscations de marchandises, au nom du Droit au Travail inscrit dans la nouvelle constitution élaborée suite à son élection en 2006, et plus largement dans le cadre d’un discours centré sur la reconnaissance et la dignification de l’économie populaire.

La nouvelle donne politique révèle ainsi une contradiction importante dans la mise en ordre du centre historique à travers la régulation du commerce autonome : le pouvoir central cherche à dépasser le néolibéralisme en s’appuyant notamment sur la valorisation de l’économie populaire, or la promotion et la dignification de ce secteur – qui reste à définir – passe en partie par sa régularisation et sa mise en ordre (afin notamment de dé-stigmatiser cette catégorie et permettre sa reconnaissance par l’ensemble de la société). Mais comment régulariser sans contrôle ni sanction ?

De fait, les commerçants déjà relocalisés dans des centres commerciaux populaires et régularisés se plaignent d’une concurrence déloyale des ambulants irréguliers, tandis que ces derniers, qui vendent dans la rue sans autorisation, invoquent le doit au travail et à subsister par leurs propres moyens.

 

4. Quelques pistes de travail

L’approche comparative travaillée dans l’axe 2 et plus spécifiquement concernant le commerce de rue, vise à s’interroger sur le rapport des commerçants aux projets néolibéraux de mise en ordre des espaces urbains, à la manière dont ces processus, et notamment leur relocalisation dans des espaces spécifiques (les centres commerciaux populaires), modifient leur rapport à l’espace et à la ville et comment la rationalité entrepreneuriale inhérente à ces processus affecte leur subjectivité.

3 pistes me paraissent intéressantes pour travailler ce questionnement :

  • l’analyse des processus de « bureaucratisation néolibérale » (cf. Hibou 2012 et 2013) des commerçants : les processus de régularisation qui suivent la relocalisation impliquent une quantité de démarches administratives, le suivi d’une formation obligatoire pour être un « bon » commerçant, le respect de règlements intérieurs, la création de structures collectives de gestion des centres commerciaux etc. qui transforment radicalement le contexte normatif dans lequel ils évoluent en même temps que leur propre rapport à la norme et donc leur subjectivité ;
  • l’analyse des pratiques des commerçants au regard de la contrainte spatiale qui leur est imposée et notamment la tension entre les pratiques mobiles et l’injonction à la fixation dans certains espaces bien délimités matériellement et symboliquement, pour comprendre comment leur rapport à l’espace interagit avec à leur rapport à la norme et dans quelle mesure ces pratiques permettent de consolider et/ou de résister à l’ordre urbain dominant ;
  • un approfondissement de la question de la distinction entre commerce populaire et commerce tout court (normal?) : quels sont les critères qui les distinguent ? comment l’objectif de dignification de ce secteur et l’érection du droit au travail comme valeur sociale fondamentale permettent-ils de dépasser le néolibéralisme ? Ne renforcent-ils pas au contraire la construction de subjectivités entrepreneuriales liées à la diffusion de la rationalité néolibérale ? Cela interroge aussi la constitution d’une catégorie « commerçant de rue » homogène et forcément constituée d’individus pauvres et vulnérables souhaitant s’émanciper du néolibéralisme. Le droit à la ville pour une partie des commerçants de rue ne correspondrait-il pas au contraire au droit à être des commerçants comme les autres, pleinement intégrés au capitalisme urbain ?

Image 4. Contrôle d’un commerce ambulant par la police municipale chargée de l’espace public, aux abords du centre commercial populaire « Hermano Miguel » dans le centre historique de Quito

Image 4Source : Aurélie Quentin, mars 2015

 

Bibliographie

Dirección Metropolitana de Territorio y Vivienda 2003 Centro Histórico de Quito – Plan Especial. Quito (Ecuador): Municipio del Distrito Metropolitano de Quito.

Hibou (dir.) 2013 La bureaucratisation néolibérale, Paris, La Découverte.

Hibou 2012 La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, Paris, La Découverte.

Soria Vasco 2004 Espacio público: memoria de la recuperación del espacio público del centro histórico de Quito Municipio del Distrito Metropolitano de Quito, Administracion Zona Centro.

S. Yates & K. Bakker 2014 « Debating the ‘post-neoliberal turn in Latin Amercia » Progress in Human Geography, Vol. 38(1) 62–90

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *