Création d’un partenariat avec l’Université d’Addis-Abeba

Création d’un partenariat à Addis-Abeba entre 2 membres de Dalvaa et des chercheurs et étudiants éthiopiens.

Mission de février 2016 réalisée par S. Planel.

La mission de février 2016 à Addis-Abeba s’est concentrée sur la coordination de ce travail de partenariat qui implique un volet de formation important auprès d’étudiants éthiopiens. Ce partenariat est en construction depuis le lancement du programme. Sont associés un professeur de sociologie de l’université d’Addis-Abeba, Woldeab Teshome, et deux étudiants de Master 2 du même département, Bewunetu Zewdu et Dawit Gorems ainsi que Marie Bridonneau et Sabine Planel (DALVAA). Les deux étudiants ont été sélectionnés en juin 2015 et concrètement intégrés dans l’équipe en octobre 2015, à l’occasion d’une précédente mission de S. Planel.

Tous interrogent la production située d’un droit à la ville. Plutôt par le bas, par des acteurs populaires et surtout par l’observation des pratiques quotidiennes d’adaptation, de contournement et éventuellement d’innovation politiques ou sociales permises par le changement de résidence. Ils travaillent directement ou indirectement la question de l’accès au logement en condominiums. Leurs travaux participent de l’axe de recherche 2 du programme DALVAA sur la production de normes et la construction d’un droit à la ville après une situation de déplacement, changement, relocalisation, formalisation…

  • Bewunetu Zewdu 

Il travaille sur les déplacements résidentiels en grande périphérie d’Addis-Abeba, forcés comme volontaires, et sur les modes de réappropriation de l’espace par les nouveaux résidents. Il a commencé le travail de terrain fin janvier, d’abord par une série de questionnaires (150) puis par des interviews approfondies avec une trentaine de résidents. Nous avons travaillé ensemble sur les critères de sélection des personnes interviewés et surtout sur les méthodes qualitatives de l’entretien, que nous avons expérimentées ensemble.

Il s’intéresse particulièrement aux trajectoires résidentielles et sociales de ces nouveaux urbains et interroge notamment les nouvelles sociabilités, et nouvelles institutions (particulièrement les associations de copropriétaires, mais également toutes les formes d’entraides) bricolées dans les résidences en périphérie d’Addis-Abeba.

  • Dawit Gorems

Il travaille sur les stratégies mises en œuvre par les résidents de centre ville qui participent volontairement aux programmes d’accès au logement, qui épargnent régulièrement à cette fin mais qui ne sont toujours pas sélectionnés. Il travaille principalement sur un programme destiné aux populations ayant une faible capacité d’épargne. Il y aurait ainsi 1.5 millions de personnes sur liste d’attente pour la seule municipalité d’Addis-Abeba alors que l’offre nationale de nouveaux logements ne s’élève qu’à 2 millions. Les frustrations inhérentes à cette prise en charge publique inaboutie mais économiquement très contraignante sont importantes. Ce travail doit donc permettre d’interroger particulièrement les perceptions locales et populaires de ces programmes, et potentiellement leur portée contestataire.

Tous deux rédigerons un mémoire de M2 à soutenir à l’Université d’Addis- Abeba, département de sociologie, en juin 2016

  • Woldeab Teshome 

Il travaille la question du déplacement par le prisme des ‘investisseurs’ (moyens ou petits) et éclaire donc un corolaire majeur du changement résidentiel non pris en compte par les politiques publiques : la possibilité ou non de conserver une petite activité. Il s’intéresse particulièrement aux récits de vie et cherche à lire au niveau individuel les impacts de cette nouvelle géographie urbaine.

Sabine Planel et Marie Bridonneau travaillent, avec Bewunetu Zewdu, la question du réinvestissement de nouveaux cadres de vies, espaces tangibles ou associations plus ou moins formalisées de la rencontre entre voisins. Elles travaillent particulièrement la dimension politique de ces réinvestissements, et leur capacité à produire un ordre socio-spatial en rupture ou en continuité avec l’ordre ancien, très marqué par le contrôle social et politique.

Les travaux de ce groupe seront croisés lors de la co-rédaction d’articles et de communications orales collectives prévues dans les deux années à venir.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *