Séance séminaire DALVAA (10 mai 2016): évictions et résistances à Accra et Rio de Janeiro

Dans le cadre du séminaire DALVAA, la séance du 10 mai sera consacrée aux enjeux d’éviction dans les villes du Sud et les formes de résistance. Dans ce cadre, nous avons le plaisir d’accueillir Afia Afenah (PhD Fellow Centre for Metropolitan Studies, Berlin, Research Assistant at the Leibnitz Institute for Global and Area Studies, Hamburg) et Cláudio Zanotelli (Professor do Departamento e do Programa de Pós-Graduação em Geografia da Universidade Federal do Espírito Santo (Brésil). Ils nous présenteront leurs recherches respectives à Accra et Rio de Janeiro. La séance aura lieu à 9h30 dans la salle 864, bâtiment Olympe de Gouges, Université Paris Diderot.

‘Righting’ the City? On the Politics of Land in Old Fadama, Accra

Afia Afenah

PhD Fellow Centre for Metropolitan Studies, Berlin, Research Assistant at the Leibnitz Institute for Global and Area Studies, Hamburg

  Old Fadama    Picture1

This paper is concerned with the politics of land in Old Fadama, Accra’s largest migrant settlement. In the context of longstanding attempts by the municipality to evict residents, I trace the resulting anti-eviction campaign that formed part of larger international ‘right to the city’ movement. Old Fadama’s residents appealed against the eviction order to Ghana’s High Court, without success. In response, some inhabitants sought international support from Shackdwellers International through which they succeeded in halting the eviction and creating a constructive dialogue with the local authorities. By contesting the forced eviction through collaboration with the global ‘right to the city movement’, residents opened up the political space for the renegotiation of existing power relations. This renegotiation has, as the paper shows, also reconfigured power relations amongst residents of Old Fadama that encourages us to analyze the repercussions of urban activism more broadly and to reflect about who is defending whose right to the city and under what conditions.


L’espace politique ou la politique de l’espace : la destruction des quartiers populaires pour la réalisation des jeux olympiques de Rio de Janeiro

Cláudio Zanotelli

Professor do Departamento e do Programa de Pós-Graduação em Geografia da Universidade Federal do Espírito Santo (Brésil)

Vila autodromo

Cette présentation mobilise le concept d’espace politique pour révéler les contradictions insurmontables par bien d’aspects entre le « droit de la ville » et le « droit à la ville » au Brésil. Pour ce faire, cette présentation portera sur le cas emblématique du quartier de Vila Autódromo, à Rio de Janeiro. Dans le cadre de l’accueil des Jeux Olympiques de 2016 à Rio de Janeiro, des travaux d’aménagement pour la mise en place de la « ville olympique » et ses environs, qui comprennent la construction d’équipements et des logements pour les athlètes, ont bouleversé l’espace de l’Ouest de Rio, en particulier les « bairros » de Barra da Tijuca et Jacarépagua. Vila Autodromo est un quartier populaire dit « spontanée » et/ou «illégal » enclavé à proximité du « Parque olympique ». Comme dans des dizaines d’autres quartiers, une partie des habitants devait être relogée pour faire place aux projets d’aménagement prévus par la mairie, le gouvernement de l’Etat de Rio de Janeiro et l’autorité publique olympique. Le projet a cependant rencontré la résistance d’une partie des habitants qui refusent de partir. A la lumière de ce qui se passe dans ce conflit, nous prétendons déceler la structure fondamentale des rapports inégaux et iniques qui existent au Brésil par rapport au droit à la ville. Il s’agira de montrer comment le « droit de la ville », les plans et les projets de l’Etat, instrumentalisent le Droit et la Justice dans une démarche de stigmatisation et d’exclusion des plus pauvres des zones valorisées, par la construction d’infrastructures et d’équipements. Les conflits urbains liés aux Jeux Olympiques sont exemplaires des formes diverses de rentisme urbain stimulées par la puissance publique. Ils s’inscrivent dans une tradition coloniale, où les classes populaires ont pendant longtemps été exclues du jeu politique et de ce qui représentait (et représente encore) le pouvoir sur les hommes et la ville : le contrôle et la jouissance de la propriété foncière et immobilière.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *