Retour de terrain, Accra, avril 2016

Armelle Choplin. De retour au Ghana, accompagnée d’Amandine Spire et de Marianne Morange. Pour cette deuxième mission (la première avait eu lieu en 2015), les repères sont là mais l’étonnement est toujours de mise, à la vue de cette capitale africaine qui ne ressemble pas à celles que j’ai eu l’occasion d’arpenter. Accra pourrait être renommée capitale des « Etats-Unis d’Afrique ».

Une « wordling city » (Roy et Ong, 2011) qui cultive son art de devenir globale. Alors qu’une Maserati double notre mini-bus bien fatigué (Trotro), j’observe les petits commerçants informels (les petty traders) sur le bas coté, qui tentent de vendre trois pommes, de l’eau et des kleenex, sous le soleil au zénith. Je ne peux m’empêcher de penser au marché d’Odorna sur lequel nous travaillons et aux petits commerçants qui y ont été relocalisés pour être en règle avec les nouvelles normes fixées par la municipalité. « Decongestion » et « beautification », tels sont les objectifs affichés. Il est certain que la Maserati et les classes moyennes émergentes qui vont prendre le frais au Mall sud-africain Shoprrite le week-end répondent mieux à ces aspirations de « world-class city » que nos petites vendeuses de plantains et peaux de porcs du marché d’Odorna.

« Accra, capitale des Etats unis d’Afrique ».
Graffiti sur un des murs du Marché Odorna.

DSCF4944
© Choplin, mai 2016

Pour avoir passé des heures sur ce marché, nous avons pu observer combien ce lieu ordinaire pouvait révéler des choses sur Accra, les villes africaines et plus largement le monde. Dans cet « espace de la mondialisation discrète » (Pliez, Choplin, 2016), mon amie « Paradise » me donne rendez-vous par Whatsapp, les prêcheurs haranguent les foules au milieu de la route défoncée par les pluies, les collecteurs de micro-crédit passent et repassent inlassablement lever l’argent, les infirmières pèsent les nouveau-nés, le représentant du réseau international WIEGO fait des tours pour « empowerer » (donner du pouvoir ?) les commerçantes informelles, les queenmothers (femmes chefs de marché) se crêpent le chignon pour des histoires d’argent, de reconnaissances par la mairie, de pouvoir, d’influence… et aussi d’hommes certainement. Mais nous n’en saurons pas plus aux Etats-Unis d’Afrique, pays puritain s’il est en.

Projet d’aménagement des échangeurs de Circle
DSCF5320
© Choplin, 2016

Aux Etats-Unis d’Afrique, on pense à prier et à l’argent. Surtout à l’argent, à ouvrir un « burger account », comprendre un compte en banque « burger », bien rempli et aussi large que ceux des immigrés qui vivent en Amérique. Les returnees, ceux qui ont migré en Europe, aux Etats-Unis, au Canada, reviennent désormais et comptent profiter des opportunités économiques qu’offre le Ghana. Ils sont pour la plupart devenus riches (ou du moins le font croire). Nous croisons Thelma, l’une d’entre elle, « retournée » d’Italie. Ses enfants qui regrettent l’Italie, attachés à leur i-pad, n’osent pas sortir la voiture parce qu’ils trouvent « le marché sale ». La mère s’efforce de les emmener, se disant qu’ils finiront bien à s’adapter au Ghana.

«Big Money Promo », Echangeur Circle
IMG_1435
© Spire, mai 2015

Dans la capitale des Etats-Unis d’Afrique, les habitants mettent un point d’orgue à respecter les règles. Le maire d’Accra en personne, Dr Alfred Vanderpuije, n’hésite pas à descendre lui même en personne dans les rues d’Accra pour rappeler comment se comporter en bon citadin moderne (cf. vidéos en ligne)[2]. Esquissant quelques pas de danse pour détendre l’atmosphère, il exhorte les commerçants à nettoyer par eux même et de façon indirect à prendre leur destin en main. Si la mairie énonce clairement les normes, il est intéressant de voir combien les associations de commerçants sont promptes à les appliquer. Elles n’hésitent pas à dessiner des lignes rouges par terre pour démarquer les endroits où l’on a le droit d’exposer sa marchandise. Rien ne dépasse. Les Queenmothers sont là pour faire respecter les règles, elles qui ont enregistré les différents vendeurs. Elles nous montrent avec fierté les papiers de la mairie qui les reconnaît officiellement comme « leader ». Comme pour la formalisation de la terre, que j’ai pu étudier dans d’autres contextes urbains, les papiers sont le gage de cette reconnaissance. Dans cette « ville de papiers » (Denis, 2015), elles sont légitimes, elles ont une place, elles ont su se faire leur place. Elles sont désormais en droit de réclamer autre chose, ce qu’elles font à chaque fois qu’elles ont un meeting avec les autorités. Elles, comme les autres commerçantes, appréhendent les futures pluies et ne cessent de rappeler le « disaster », ces grandes inondations du 4 juin 2015, qui a emporté la vie de plusieurs personnes du marché. Les machines ont beau nettoyer le canal depuis plusieurs semaines, dès que le ciel s’assombrit, les regards en font autant…

A Accra, aux Etats-Unis d’Afrique, là où le capitalisme, l’individualisme et le néolibéralisme sont à un stade avancé, c’est chacun pour soi et Dieu pour tous…

[1] Pour voir les vidéos : https://www.youtube.com/watch?v=kSCJgL-yjjc et https://www.youtube.com/watch?v=3HH788YfclE

Bibliographie

Choplin A. and Pliez O., 2015, « The Inconspicuous Spaces of Globalization », Articulo – Journal of Urban Research [Online], 12 | 2015, Online since 21 March 2016, connection on 08 June 2016. URL : http://articulo.revues.org/2905

Raman B., Denis E. and Benjamin S., Forthcoming, « Everyday Practices of Titling, The Pragmatic politics of Popular Urban Groups and the materiality of papers in securing their land possession », Planning and urbanization.
Roy A. and Ong, A. (eds) 2011. Worlding cities: Asian experiments and the art of being global. London, Blackwell.

 


Une réflexion au sujet de « Retour de terrain, Accra, avril 2016 »

  1. Ping : Retour de terrain, Accra, avril 2016 | DALVAA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *