Retour de mission à Rio de Janeiro par Aurélia Michel

Retour de terrain d’Aurélia Michel à Rio de Janeiro, du 15 au 28 avril 2015

Projet : Aux sources du Droit à la ville ? Race et condition urbaine à Rio de Janeiro dans la transition métropolitaine brésilienne (1920-1950)

  1. Contexte : le droit à la ville au Brésil et à Rio.

Cette recherche historique sur Rio de Janeiro part du constat de l’importance au Brésil de la notion de droit à la ville, théoriquement et politiquement, en particulier son rôle dans les processus de démocratisation après la dictature, au milieu des années 1980. A cette époque, l’émergence de la gauche brésilienne prend largement appui sur des mouvements et des revendications de réforme urbaine et de justice urbaine, tant en termes d’accès aux ressources urbaines que de reconnaissance de la citoyenneté, tandis que l’habitat illégal constitue une des principales questions sociales dans les grandes villes (favelas).

La participation des urbanistes aux mouvements de la gauche démocratique, puis dans les gouvernements fédéraux, étatiques ou municipaux après 1988, est un signe important de la présence de la question urbaine dans l’agenda politique. Ainsi, le Mouvement national pour la réforme urbaine (MNRU) devient après 1988 le Forum National pour la Réforme Urbaine, tandis que l’Instituto da Cidadanía, fondé et présidé par Lula avant son élection, est incorporé dans son programme de campagne avec le slogan « ville pour tous », le programme Moradia (habitat). A son arrivée au pouvoir, Lula met en place le Ministère de la ville  (Raquel Rolnik, urbaniste et historienne, auteure de A cidade e a lei (Rolnik 1997), est alors directrice des programmes urbains) et le Conseil National des villes Permanent. Plus encore, la traduction politique de ces enjeux urbains conduit à inscrire dans la Constitution le doit à la ville comme une mission de l’Etat fédéral.  La loi reconnaît la fonction sociale du foncier et la responsabilité des municipalités pour mettre en œuvre les conditions de garantie de cette fonction sociale. Cela inclut la reconnaissance de droits d’occupation qui pouvait s’appliquer à l’habitat illégal informel (Dambrowski-Sangodeyi 2004). En outre, le poids des questions urbaines dans l’agenda politique national doit être associé à une autre spécificité brésilienne, celle de la traduction juridique des enjeux sociaux, que l’on retrouve par exemple à travers la construction d’un droit du travail (Vidal 2007). La figure de la favela, objet de droit et question urbaine, incarne ces deux aspects (Gonçalves 2010) et explique l’importance de la notion de droit à la ville et l’influence d’Henri Lefebvre dans la littérature scientifique brésilienne (Kowarick 1996; Souza 2001; Trindade 2012)

Figure brésilienne, la favela est fortement liée à la configuration sociale, géographique et historique de la ville de Rio de Janeiro.  Par l’enjeu de son statut juridique, de sa régularisation comme de son contrôle et sa consolidation, la favela peut être considérée comme l’expression même d’une revendication d’un droit à la ville, notamment lorsqu’elle consiste en une appropriation de facto de la centralité. Elle correspond à une géographie particulière, avec la présence de collines (morros) qui empêche l’expansion urbaine de Rio en tâche d’huile et comporte des zones inconstructibles en plein centre qui vont accueillir l’habitat illégal. Ce phénomène se combine à la polarisation de la métropole entre une zone sud globalement aisée, et une zone nord populaire qui se dessine dès la fin du 19e siècle.

Illustration : Favelas de la ville de Rio de Janeiro

les-favelas-de-rio-en-2008

Source: IPP, Prefeitura da Cidade de Rio de Janeiro, 2008.

  1. Une approche historique du droit à la ville à Rio

Le développement des favelas à Rio participe d’une dynamique sociale historique tout au long du vingtième siècle très bien résumé par Delphine Dambrowski-Sangodeyi : « La modernisation des villes a représenté une tentative d’organisation « harmonieuse » par le fonctionnalisme et l’homogénéisation des quartiers selon la classe sociale des habitants. Les infrastructures urbaines ont été très inégalitairement réparties et l’importation de modèles mettant en valeur la circulation automobile a accentué les inégalités dans l’accès aux services et au marché du travail. En réaction, une multitude de stratégies collectives d’occupation illégales des terres se sont développées afin de bénéficier d’un logement à proximité des services et des infrastructures de la ville. » (Dambrowski-Sangodeyi 2004)

Mon projet est de revenir sur cette séquence de l’urbanisation brésilienne où les rapports sociaux s’organisent en termes urbains, autour d’enjeux et de ressources qui sont nouveaux et propres à la condition urbaine métropolitaine : accès au centre, mobilité intra-urbaine, accès au logement et à la propriété, accès aux services et aux équipements. La période de « métropolisation » au Brésil, que ce soit à Rio ou Sao Paulo, se déroule dans les années 1920, 1930 et 1940, c’est-à-dire lorsque ces deux villes dépassent le million d’habitant et avant que l’urbanisme ne se structure par l’automobile.

Si ce n’est pas une période où le droit à la ville est formulé en tant que tel, les réaménagements du centre à travers plusieurs grosses opérations entraînent l’expulsion des habitants des morros vers de nouvelles périphéries et suscitent l’apparition des premières associations d’habitants, qui deviendront certaines les foyers des premières écoles de samba. Sans que le droit à la ville soit énoncé, la conscience que les inégalités se déclinent en termes urbains est vive. Elle correspond à une séquence politique qui traverse toute l’Amérique latine, et qui voit émerger les classes populaires urbaines (ce que l’on retrouve dans la « grève des loyers » de 1922 à Mexico, ou encore la création du parti communiste au Brésil à la même époque). En grande partie, cette dynamique porte Getulio Vargas au pouvoir en 1930 et marque la fin de la République. Enfin, les années 1920 voient se tarir les migrations européennes qui peuplent le Brésil du Sudeste depuis trois ou quatre décennies (portugais, italiens, espagnols en majorité). La migration interne, qui reste mal connue pour cette époque, prendra progressivement le relais, avant d’exploser dans les années 1960.

C’est précisément à ce moment charnière que l’on voit se mettre en place les dispositifs métropolitains de l’inégalité sociale. Les villes de Rio comme Sao Paulo se transforment alors sous l’effet de leur croissance. En premier lieu, les polarisations selon les revenus des habitants se mettent place de manière quasi définitive : la « zona sul » de Rio regroupe les populations aisée, tandis la « zona norte » accueille les classes laborieuses et les populations pauvres, tandis qu’à Sao Paulo le même processus se décline entre centre et périphéries. Dans cette séquence, je m’intéresse à la place des « noirs », les anciens esclaves ou descendants d’esclaves, qu’ils soient migrants venus des régions de plantations ou habitants de Rio, vis-à-vis des autres catégories populaires, autrement dit les migrants européens et leurs descendants. Je fais l’hypothèse qu’il y a alors des traductions urbaines de l’héritage de l’esclavage, et je questionne l’éventualité d’une différenciation d’un groupe social noir, par rapport aux migrants, dans son usage de la ville. En effet, au cours de cette croissance urbaine, le développement de l’activité industrielle et commerciale s’appuie sur la construction de logement, l’équipement de nouveaux quartiers, le renforcement de la mobilité intra-urbaine par l’exploitation de nouvelles lignes de tramway, trains, bus etc., qui bénéficient à l’ensemble des habitants, mais de manière différenciée. Autrement dit, s’il est entendu que croissance industrielle et urbaine correspond à une démocratisation de la société, jusqu’où peut-elle dissoudre les clivages esclavagistes de l’économie et de la société brésilienne ? Le droit à la ville, qui sera formulé en tant que telle dans les décennies suivantes, désigne-t-il cette transition inachevée ?

  1. Terrain

Lors de ce premier terrain, j’ai exploré les possibilités de recherche en termes de données et de fonds d’archives disponibles. Ma démarche comporte trois volets :

  • Documenter la croissance urbaine entre 1920 et 1950.

Trois sources doivent être croisées : les données statistiques (recensements, annuaires, études produites par les administrations), la cartographie (fonds de carte des archives municipales, des archives de l’armée et des instituts scientifiques) et enfin la documentation disponible dans les archives de la mairie de Rio sur les opérations urbaines menées dans cette période.

  • Identifier des sources à l’échelle des quartiers, rues voire logement.

Les publications des recensements et enquêtes statistiques sur cette période comportent peu de données localisées à l’échelle des districts, et pratiquement aucune ne permettent de descendre à des échelles plus fines. Pour observer l’usage de la ville, du logement et des services par une population donnée, j’ai donc besoin d’une observation au niveau du bâti, voire familiale ou individuelle. Pour cela, il me faut connaître les documents existants qui pourraient comporter des données localisées et qui soient homogènes sur la période considérée, alors même que le passage de la vieille république au nouveau régime entraîne de gros désordres dans les administrations, dans leurs compétences comme dans la conservation de leurs archives. A l’échelle du logement et de la famille, il existe les données notariales, qui ne sont pas disponibles pour la recherche mais peuvent être consultées à titre privé. Les archives des entreprises de service peuvent également être utiles. J’ai d’autre part tenter de localiser les documents d’urbanisme déposés pour des permis de construire ou de changement d’activité, ainsi que les archives de l’impôt foncier.

  • Identifier des quartiers de sondage.

Je souhaite mener une enquête systématique sur un quartier ou ensemble de rues qui sont symptomatiques des transformations urbaines de cette période. Lors de ce premier terrain, j’ai ainsi envisagé plusieurs lieux de sondage, soit parmi les quartiers périphériques qui se lotissent et se construisent au cours de cette période (par exemple, le quartier de Madureira), soit parmi les quartiers du péricentre qui sont à cette époque affectés par les grands travaux (la zone de Cidade nova, Estácio).

 

Centres d’archives visités 

Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro : https://ihgb.org.br/

Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística: http://www.ibge.gov.br/home/

Arquivo Nacional: http://www.arquivonacional.gov.br/

Arquivo Público do Estado do Rio de Janeiro : http://www.aperj.rj.gov.br/

Arquivo Geral da Cidade de Rio de Janeiro : http://www0.rio.rj.gov.br/arquivo/

Instituto Perreia Passos- Prefeitura de Rio de Janeiro : http://www.rio.rj.gov.br/web/ipp

Serviço de urbanismo da Prefeitura de Rio de Janeiro : http://www.rio.rj.gov.br/web/guest/home

 

Références

Dambrowski-Sangodeyi, Delphine. 2004. « « La ville pour tous » :(re)construire la ville pour changer la société brésilienne ? » In Pour comprendre le Brésil de Lula, édité par Joëlle Chassin et Denis Rolland, p. 167‑74. Horizons Amériques latines. Paris, l’Harmattan.

Gonçalves, Rafael Soares. 2010. Les favelas de Rio de Janeiro : histoire et droit : XIXe-XXe siècles. Paris, L’Harmattan.

Kowarick, Lúcio. 1996. « Expoliación urbana, luchas sociales y ciudadanía: retazos de nuestra historia reciente ». Estudios Sociológicos 14 (42), p.729‑43.

Rolnik, Raquel. 1997. A cidade e a lei: legislação, política urbana e territórios na cidade de São Paulo. Sao Paulo, Studio Nobel.

Souza, Marcelo J. L. 2001. Mudar a cidade: uma introdução crítica ao planejamento e à gestão urbanos. Rio de Janeiro, Bertrand Brasil.

Trindade, Thiago Aparecido. 2012. « Direitos e cidadania: reflexões sobre o direito à cidade », Lua Nova, 87, p. 139-165.

Vidal, Dominique. 2007. Les bonnes de Rio: emploi domestique et société démocratique au Brésil. Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *