Mémoire de M1: réinstallation des commerçants de rue déguerpis à Agbalépédogan, Lomé.

Natacha Gourland, étudiante en Master 1 de Géographie à l’ENS de Lyon, a réalisé un mémoire de recherche, sous la direction d’Amandine Spire et de Julie Le Gall, en partenariat avec le programme DALVAA. Elle nous présente sa recherche effectuée à partir de données recueillies entre février et avril 2016.

Le devenir des commerçants déguerpis dans le quartier d’Agbalépédogan à Lomé Droit au commerce, devoir à la ville ?

«Olé Gna Mié ! Olé Gna Mié ! », crient les femmes en éwé, « on nous chasse ! ». Elles remballent en panique les ananas, les mangues, les pagnes et les vêtements qu’elles vendent ce mercredi 19 mars 2016 sur les nouveaux trottoirs de la route 195 AGP, dans un quartier périphérique de Lomé. Elles démontent leurs étals de fortune et l’une d’entres elles court même en portant à bout de bras un parasol, son bébé dans le dos. En quelques minutes, elles ont fui sous les menaces des agents de la commune de Lomé qui les somment de s’en aller en les menaçant de tout emporter. Ces hommes leur rappellent l’illégalité de leur occupation de la voie publique, et les commerçantes n’ont pas d’autre choix que de déguerpir. «On nous dit d’aller dans le nouveau marché, mais il n’y a pas de place dans le marché, alors comment on fait hein ? » s’insurge publiquement Marie, commerçante de pagnes.

Le marché dont elle parle, c’est le nouveau marché « La Paix » (figure 1), construit à l’initiative de la Banque Mondiale à Agbalépédogan, quartier au Nord Ouest de Lomé. Intégré dans le programme PURISE (programme d’urgence de la Banque Mondiale), cette nouvelle infrastructure couverte accueille depuis 2014 les commerçantes qui encombraient jusqu’alors les routes d’Agbalépédogan. Les revendeuses y sont donc d’anciennes déguerpies, car elles n’ont pas de droits fonciers reconnus sur l’espace qu’elles occupent. Il ne s’agit donc pas d’expropriations mais bien de pratiques de «déguerpissement » (Blot, Spire, 2014), qui visent  pour les acteurs de la gouvernance urbaine à reconquérir l’espace public, en le « nettoyant » de ses occupants informels.

 

Figure 1 : le nouveau marché couvert d’Agbalépédogan.

figure1Source : N. Gourland, 2016.

Après avoir souffert d’une décennie de suspension de la coopération, le Togo renoue depuis une dizaine d’années avec les bailleurs internationaux. Dans un pays qui fait face à des enjeux de développement dans un contexte de forte pauvreté, le retour de ces investisseurs suscite de nombreux projets urbains qui redessinent la morphologie urbaine et influencent les pratiques des citadins (NGUEMA, 2014). A Lomé, forte d’une agglomération d’1,5 million d’habitants, ces changements se font a posteriori d’un étalement urbain rapide (NYASSOGBO, 1997) et s’accompagnent de pratiques de déguerpissements qui évincent les populations des secteurs à aménager. Entre autre, la relégation des commerçants de rue permet de « nettoyer » la ville dans le cadre de la néolibéralisation des politiques urbaines et de la constitution des « espaces vitrine » (BENIT, GERVAIS-LAMBONY, 2003)

Interpelé́ par les organisations internationales, le Togo a ainsi mis en place un Comité Interministériel d’Indemnisation (CII) et a financé des processus de réinstallation sur certains projets (lien billet blog http://dalvaa.hypotheses.org/116). Même si le recasement des commerçants de rue reste une chose rare au Togo, la réinstallation pose néanmoins la question du droit à la ville des déguerpis. Ce processus post-déguerpissement (Blot, Spire, 2014) entraine des choix commerciaux et un changement de statut. Si ces commerçants recasés acquièrent légalement « droit de cité » aux yeux des autorités, cela n’est pas sans contreparties. De fait, qui dit droit dit aussi aussi devoir, et tout l’enjeu est ici de montrer que le « droit à la ville » est un processus qui relève bien plus du « contrat » que du don comme pourrait l’entendre la lecture des documents du programme PURISE.

Dans une approche de géographie sociale j’ai réalisé à Agbalépédogan 41 entretiens avec des commerçants de rue, déguerpis ou réinstallés. Tous les entretiens ont été conduits de manière semi-directive, à partir de la même grille d’entretien afin que je saisisse l’évolution de leurs pratiques commerciales en fonction de la temporalité et de leurs trajectoires spatiales. J’ai complété cette approche bottom-up avec des entretiens ressources en rencontrant des institutionnels impliqués dans les projets de réinstallations à Lomé, tels que des membres de l’AGETUR, du Ministère de l’habitat et de l’environnement, de la Banque Mondiale et de l’EPAM.

 

  • Du dehors au dedans, l’entrée dans un nouveau dispositif spatial et normatif.

Une cinquantaine de commerçants déguerpis ont ainsi été recasés dans le marché « La Paix ». L’infrastructure dispose de 80 emplacements de vente ; une trentaine d’entre eux étant occupés par de nouveaux arrivants. L’ancrage spatial et la sédentarisation permettent aux autorités  d’assurer le contrôle des ressources et des recettes. La taxation des commerçants était en effet bien plus compliquée -voire impossible- lorsqu’ils étaient disséminés dans la rue. Au sein du nouveau marché d’Agbalépédogan, des petits murets d’environ 50 cm de hauteur délimitent les emplacements, et créent de véritables petites boutiques que chaque commerçant aménage. Contrairement à la rue, les espaces de vente sont donc alors fixés, et les emplacements sont initialement et officiellement attribués par tirage au sort. Pour pouvoir vendre, tous les commerçants doivent s’acquitter d’une taxe d’occupation journalière. Certains la payaient déjà cependant à des agents de la commune lorsqu’ils étaient sur la route, en compensation de leur occupation des trottoirs. Depuis que les commerçants ont rejoint le marché « la Paix » en 2014, la taxe journalière a été augmentée de 25 francs CFA par jour. Les commerçants payaient à l’EPAM 50 FCFA/jour lorsqu’ils étaient sur la route, et tous payent aujourd’hui 75 francs par emplacement et par jour. Tous les recasés que j’ai pu interrogé ont témoigné de cette augmentation, mais tous ne la perçoive pas négativement, et certains semblent même tout à fait explicites sur son lien avec une nouvelle norme correspondant à la formalisation : « Moi ça ne me gène pas, quand tu travailles, tu dois les impôts c’est normal, et là on travaille ici, donc c’est normal », déclare exemple ZZ, commerçante d’igname.

On voit néanmoins qu’avec la réinstallation, les commerçants sont passés du statut de « déguerpis » à celui de contribuables : en plus des taxes d’occupation de l’espace pour avoir le droit d’exercer, ils assument les coûts de fonctionnement quotidiens de leur espace de travail, notamment en assurant collectivement le salaire des deux gardiens surveillant les marchandises de nuit (en plus des clôtures et grilles qui encadrent le marché).Les commerçants expriment régulièrement la paisibilité acquise : « Je pourrai même dormir ici, je suis tranquille, je me sens en sécurité quoi » témoigne VV.

Figure 2: JJ prend la pose devant son nouvel emplacement.

figure2Source : NG, 2016.

 

  • Travailler couvert, un nouveau statut dans la ville ?

Avec le marché couvert, des contraintes comme les intempéries, l’insécurité ou la fatigue due au port quotidien des marchandises ont donc fortement diminué. Pour certains commerçants notamment les plus âgés, le recasement est donc conçu comme une opportunité, voire une chance lorsqu’on a subi plusieurs déguerpissements. De nombreuses femmes se sont décrites chanceuses lors des entretiens, et il n’était pas rare de relever les expressions « ah ça c’est bon ! On est bien ici ». Mais en entraînant une succession de contraintes et de modes de contrôle social, spatial, fiscal et hygiénique, la réinstallation post-déguerpissement est aussi-et surtout- un nouveau mode de gouvernement du commerce de rue.

Cela démontre bien que le réaménagement de l’espace urbain n’est jamais neutre, et que le droit à la ville reste une lutte (Lefebvre, 1968). En effet, ce sont avant tout les mobilisations des commerçants d’AGP à l’annonce de leur déguerpissement qui ont permis l’inclusion du volet commercial dans le projet PURISE de la Banque Mondiale. L’envergure de ce programme reste suffisamment importante à Lomé pour être soulignée.

Ainsi, les rapports de pouvoir se modifient et se reconfigurent avec la réinstallation au sein du marché : c’est désormais le bureau d’une Présidente élue parmi les commerçantes qui se charge d’encadrer la vie du marché et de collecter les sommes nécessaires à son entretien. De fait, une nouvelle hiérarchie émerge au sein du marché, un cadre punitif et un règlement ont été mis en place, le « droit à la ville » n’apportant pas  l’équité de tous les commerçants.

Figure 3 : le panneau du marché : une signalétique à valeur de légitimation ?

figure3Source : NG, 2016.

La figure 3 montre bien que le nouveau marché est valorisé dans le quartier d’Agbalépédogan, le panneau le rend visible et indique l’infrastructure. Si aucun autre panneau ne fait mention de l’intervention de la Banque Mondiale ou n’évoque le projet PURISE, l’indication « marché » semble s’adresser non seulement aux clients mais aussi aux commerçants en montrant que la voie légale, « la bonne voie » est celle du marché couvert et non pas celle de la rue.

Figure 4 : des revendeuses de fruits sur les nouveaux trottoirs de la rue 190 AGP.

 figure4Source : NG, 2016.

En effet, les travaux de voirie et les nouveaux trottoirs d’Agbalépédogan ont attiré de nouveaux commerçants juste devant le nouveau marché « La Paix ». A Lomé, la rue est un espace circulatoire et commercial (Steck, 2003), les étals de fortune ou les stands improvisés sont nombreux, ostentatoires et conduisent même certains auteurs à qualifier « d’occupation sauvage » l’usage des trottoirs (Nyassogbo, 2011).

Le marché institue ainsi une nouvelle frontière entre le dedans et le dehors, où la protection et la reconnaissance sont en jeu. Il s’agit néanmoins d’une frontière poreuse, car j’ai pu constater que plusieurs commerçants ayant un emplacement dans le marché utilisent ce dernier comme une stratégie de repli, et profitaient ainsi de la visibilité de la route en dédoublant leurs points de vente. Pour les commerçants du marché, travailler «couvert » recouvre une dimension matérielle nous l’avons vu, mais aussi une dimension symbolique puisqu’en étant « couverts » ils sont désormais reconnus comme des commerçants légaux, et donc protégés des déguerpissements qui se poursuivent sur la route.

 

Pour avoir un exemplaire du mémoire, veuillez me contacter à l’adresse suivante : natachagourland@gmail.com.

 

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE :

BENIT C., GERVAIS-LAMBONY P., 2003, «La mondialisation comme instrument politique local dans les métropoles sud-africaines (Johannesburg et Ekhuruleni): les «pauvres» face aux «vitrines» », Annales de Géographie, p. 628-645.

BLOT J., SPIRE A. (coord.), 2013, « Les déplacements forcés dans les villes du Sud : les déguerpissements en question », Espace politique, n° 22. Mis en ligne le 17 mars 2014. https://espacepolitique.revues.org/2893#abstract

LEFBVRE, H., 1968, Espace et politique, le droit à la ville II, Editions Anthropos, 173 p.

NGUEMA, R. M., 2014, «Politique de déguerpissement et processus de restructuration des territoires de Libreville [Gabon] », L’Espace Politique [En ligne], 2014, mis en ligne le 17 mars 2014. URL : http://espacepolitique.revues.org/3014

NYASSOGBO, G. K., 2011, « Les activités informelles et l’occupation des espaces publics, les trottoirs de Lomé au Togo», Revue de Géographie Tropicale et d’Environnement, n°2, 2011, pp 22-33.

PIETERSE, E., HYMAN, K., 2014, “Disjonctures between urban infrastructure, finance and affordability”, in Parnell, S. and Oldfield, S. (eds) The Routledge Handbook on Cities of the Global South. London: Routledge.

SPIRE A. (coord), BENIT-GBAFFOU C., GERVAIS-LAMBONY P., MORANGE -M., STECK J.-F., VIVET J., 2014, « Localisation forcée en ville : l’injustice spatiale et les politiques de déguerpissement en Afrique», dans BENIT-GBAFFOU C., GERVAIS- LAMBONY P.,

MUSSET A., PIERMAY J.-L., PLANEL S., La Justice spatiale et la ville, regards du Sud, Paris, Karthala, p 127 à 147.

STECK, J. F., 2006, « La rue africaine, territoire de l’informel ? », Flux 4/2006 (n° 66-67), 99 p. 73-86. URL : www.cairn.info/revue-flux-2006-4-page-73.htm


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *