Retour de terrain de Francesca Pilo’ à Lomé (février 2016).

Cette mission de terrain à Lomé s’inscrit dans une recherche collective réalisée avec Amandine Spire et Pascale Philifert (billet à venir) dans le cadre de l’axe 2 du programme de recherche « Normes et contraintes dans les pratiques d’occupation de l’espace urbain ».

Après avoir réalisé une thèse sur la régularisation du service d’électricité dans les favelas de Rio de Janeiro (Pilo’ 2015), cette première mission à Lomé m’a permis d’explorer une situation urbaine où l’accès au service d’électricité n’est pas autant généralisé. Elle s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche qui vise à questionner dans quelle mesure et comment le service d’électricité affecte la manière dont le lien socio-politique est produit en ville, et plus largement, à réfléchir à l’articulation complexe entre contexte politique, production infrastructurelle et production de la citadinité et citoyenneté au niveau urbain.

« Droit à la ville de fait » et service d’électricité dans les périphéries de Lomé

Si l’on se situe dans la perspective des infrastructures, Lomé est une ville en chantier depuis 2009, lorsque la réactivation de la coopération internationale réoriente les modes de développement de la ville. Le réseau d’électricité s’inscrit dans ce renouvellement des ambitions développementales et le gouvernement fait de « l’électricité pour tous » un objectif à moyen terme (2030). Or, le taux d’accès au réseau électrique se situe à hauteur de 27,62% à l’échelle du pays, avec des fortes disparités entre le milieu rural (3%) et urbain (50%) (Ntagungira 2015).

Dans la capitale, plusieurs projets de réhabilitation du réseau d’électricité ont été mis en œuvre, comme par exemple le Programme d’Urgence de Réhabilitation des Infrastructures et des Services Electriques (PURISE), financé par la Banque Mondiale dont l’un des volets vise à l’amélioration des conditions physiques du réseau, ou encore des projets d’extension du réseau, lancés par la CEET (compagnie énergie électrique du Togo) et principalement financés par des banques chinoises. Malgré ces quelques projets, l’offre en infrastructures n’arrive pas à satisfaire la demande. Dans les faits, la demande qui accompagne la forte extension des périphéries de Lomé, soutenue par une volonté de réalisation de la norme sociale de la construction d’un « chez » (chez soi) (Gervais-Lambony 1994; Gervais-Lambony et Nyassogbo 2007), semble en grande partie trouver une forme de réponse, même si précaire, dans l’extension du réseau électrique bricolée par les habitants eux-mêmes. En périphérie, il s’agit du développement d’un système qu’on appelle communément de « toile d’araignée » (Biakouye 2014).

Photos 1 et 2. Toiles d’araignée

Toile araigné 2 Toiles parfaite

Source : F. Pilo’ (2016)

Suite à une première mission exploratoire menée par Amandine Spire et Pascale Philifert, nous avons prolongé l’enquête auprès des ménages ayant quitté l’emprise du Grand contournement de Lomé et ayant été relocalisés dans le nouveau site de Djagblé à 15 km du centre-ville, appelé la « cité » de Djagblé. Dans ce cadre, nous nous sommes intéressées aux discours et aux transformations des pratiques quotidiennes des citadins touchés par ces politiques, en fonction de l’hypothèse large qui voit dans l’ordinaire, le quotidien, la production de processus normatifs qui expliquent la reconfiguration de nouveaux rapports de pouvoir en ville, via des réajustements entre les différents acteurs et les citadins, ainsi qu’entre les citadins eux-mêmes. Comment les habitants reconstruisent leur place en ville suite à cette réinstallation, un « droit à la ville de fait » (Morange et Spire à paraître).
Pour les habitants de la « cité » de Djagblé, ménages relogés à la périphérie Est de Lomé dans le cadre d’un projet gouvernemental de modernisation de la ville, l’accès à l’électricité n’est pas nouveau. Dans les quartiers quittés, les citadins étaient approvisionnés via un compteur électrique malgré des pannes assez régulières. Leur relogement en périphérie de la ville aurait pu, potentiellement, signifier une régression dans l’accès au service alors que la disparité d’équipement entre la ville et ses périphéries reste très importante (Biakouye 2014). Or, le nouveau « contrat » imposé par l’État résulte d’une éviction qui repose sur un départ contraint mais négocié. En effet, le gouvernement alloue à chaque ménage « affectée » une somme d’argent et la mise à disposition de terrains à bâtir équipés en services en réseau (eau et électricité). Dans les faits, c’est la distance de la centralité de la ville qui est renégociée à travers une « contrainte douce » et, dans ce contexte, l’équipement en réseaux semble donc avoir une importance politique renouvelée.
L’équipement des services semble, à première vue, une promesse maintenue. Pour aller à la « cité », lorsqu’on ne connait pas le chemin, les passants conseillent de « suivre les poteaux électriques » pour y arriver. De loin, c’est l’imposant château d’eau qui annonce la « cité » et à l’arrivée, il semble être la preuve la plus visible de l’installation des citadins. Les voies non asphaltées sont particulièrement désertes et s’inscrivent dans un paysage où les maisons sont encore largement en construction et les matériaux font partie intégrante du paysage.

        Photo 3. Une voie à Djagblé               Photo 4. Château d’eau

 Panorama rue Djagblé Chateau d'eau Djagblé

Source : F. Pilo’ (2016)

Plus spécifiquement, dans le contexte de cette mission de recherche j’ai questionné dans quelle mesure l’accès au service d’électricité participe à la reconfiguration de nouvelles normes et pratiques. Si les ménages avaient accès au service même avant ce relogement, je me suis intéressée à la reconfiguration d’un système d’accès qui est dans les faits hybride, entre formel et informel. En effet, et cela dans le contexte plus large de la ville, les habitants peuvent être clients de la CEET, mais aussi acheter informellement l’électricité du voisin, qui repasse ainsi l’électricité via des compteurs qui ne sont pas fournis par la compagnie d’électricité (appelées « additionneuses »). Dans quelle mesure, dans ce nouveau contexte de relogement, la transformation des modes d’accès au service, participe à la reconfiguration des hiérarchies sociales quotidiennes ? à la construction de nouvelles solidarités ou de modes d’exploitation, voire des inégalités socio-économiques et spatiales ?

Cette mission de recherche a été complétée par des entretiens auprès d’habitants dans la périphérie nord de la ville, à Adidogomé, afin d’explorer le système des « toiles d’araignées », et par une quinzaine d’entretiens avec des acteurs institutionnels (plusieurs agents de la CEET, bailleurs – UE et AFD – spécialistes du secteur électrique, l’agence de règlementation, etc.) afin de reconstruire les enjeux principaux, les modes d’action et le cadre normatif qui régit le service d’électricité à l’échelle urbaine, notamment dans le segment de la distribution.

L’enquête menée à Djagblé fera l’objet d’un article collectif courant 2017.

Références bibliographiques

Biakouye, K. A.. 2014. « Lomé au-delà de Lomé: étalement urbain et territoires dans une capitale d’Afrique sud-saharienne ». Thèse de doctorat, France: Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Gervais-Lambony, P. 1994. De Lomé à Harare: le fait citadin: images et pratiques des villes africaines. Collection « Hommes et sociétés ». Paris : Nairobi: Karthala ; IFRA.

Gervais-Lambony, P., & Nyassogbo, G. K. (Eds.). (2007). Lomé: dynamiques d’une ville africaine. KARTHALA Editions.

Morange, M., et Spire, A. à paraître. « « Droit à la ville de fait » Subjectivités des citadins déplacés ou replacés et mise en ordre néolibérale de l’espace au Cap et à Lomé ». Afriche e Orienti.

Ntagungira, C. 2015. « Problématique de l’accès à l’électricité au Togo ». Note 03. Afrique de l’ouest Policy note. BAD – Groupe de la Banque Africaine de Développement.

Pilo’, F. 2015. « La régularisation des favelas par l’électricité. Un service entre Etat, marché et citoyenneté ». Thèse de doctorat en aménagement de l’espace et urbanisme; économie, Marne-la-Vallée: Université Paris-Est, Niteroi: Universidade Federal Fluminense.

 


2 réflexions au sujet de « Retour de terrain de Francesca Pilo’ à Lomé (février 2016). »

  1. Merci Francesca pour m’avoir fait découvrir cette page animée par des gens que je sais être des mordues de la recherche. Félicitations pour ce excéllent billet. Tu décris assez bien un des aspects des réalités urbaines dans les périphéries de Lomé où les populations se battent pour accéder aux services urbains de base et donc pour leur droit à la ville. Tu fais preuve d’une parfaite connaissance du terrain malgré le temps court passé à Lomé.
    Honoré

    • Merci à toi Honoré pour l’accueil précieux sur le terrain à Lomé et le partage de tes recherches. J’espère qu’on aura l’occasion de retravailler ensemble!
      amitiés,
      Francesca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *