Retour de terrain à Maputo par Karine Ginisty – Janvier/février 2015 et juillet/août 2015

Le travail de terrain a consisté à dresser une étude des stratégies entrepreneuriales développées à l’échelle de la zona quente (zone chaude en portugais), un des quartiers centraux de Maputo, principal marché de la prostitution de la capitale. Les pratiques prostitutionnelles exercées dans la zona quente sont organisées autour d’une multitude de règles qui concernent la mise en danger des corps mais qui permettent de garantir la place des femmes en ville.

La conduite des corps observée s’inscrit dans un contexte de zone de non-droit, circonscrite au marché et orchestrée par les autorités. Les risques sur l’intégrité des corps s’inscrivent dans un environnement marchand maîtrisé et dominé par des hommes en position de pouvoir. Les hommes occupent la place de clients, qui détiennent le capital, de policiers, qui exercent légitimement la violence d’Etat, ou de citadins ayant droit de circuler (en tant que frères, maris, voisins, collègues).

Dans cette perspective, cette étude s’appuie sur les travaux de Paola Tabet, qui appelle à dépasser le cadre d’analyse défini par les échanges qualifiés de prostitutionnels et à s’intéresser plutôt aux termes de « l’échange économico-sexuel » pour éclairer les rapports de domination sexués et genrés qui structurent la place des femmes en ville.Il s’agit de considérer les règles du marché comme la traduction des rapports de pouvoirentre différentes catégories de genre dans les processus sociaux déterminant les horizons possibles et accessibles en ville par la voie du capital. Dans une ville post-socialiste, la possession de capital par les femmes met en lumière un cadre normatif en transformation, dans lequel l’échange prostitutionnel représente une forme de transgression de l’ordre moral établi.

Dans cette étude, le droit à la ville est appréhendé de manière située ; il représente une construction collective, comprenant un ensemble de discours et de pratiques sociales sur le fait d’être en ville. La focale d’analyse s’intéresse alors à la citadinité dans la perspective et la construction de repères genrés qui jalonnent l’apprentissage des manières de produire et d’utiliser le capital en ville.

Ces repères amènent à distinguer différentes configurations socio-spatiales dans lesquelles opère la transmission des codes citadins selon les catégories de sexe et de genre. L’étude cherche alors à croiser les espaces de construction de la figure de la citadine à Maputo et les espaces où se construit le rapport au capital selon des catégories de genre. L’apprentissage des normes entrepreneuriales qui ont cours au sein du marché de la prostitution et les discours qui les mettent en scène permet de saisir les tensions entre différents ordres moraux dans la ville. La confrontation analytique de ces ordres moraux s’appuie sur un travail de terrain double : une étude de la zona quente et des activités prostitutionnelles, diurne comme nocturne, d’une part, et les pratiques d’encadrement politique qui se sont positionnées sur le rôle des sexes et la définition des genres dans les espaces domestiques et publics d’autre part.

L’étude de la zona quente comporte un travail d’observation et un échantillon d’une dizained’entretiens qualitatifs. L’étude des pratiques d’encadrement politique repose quant à elle sur l’étude de l’Organisation de la Femme Mozambicaine dans un quartier périphérique de Maputo à partir d’une ethnographie de près de 40 de ses membres. Au-delà du croisement analytique d’espaces et de groupes de femmes différents, la problématique de cette étude repose sur l’articulation des différentes générations de citadines – ce qui est transmis, réapproprié, rejeté – et le fait d’être une femme en ville. Par ailleurs, le choix de cette étude vise à penser le lien entre positionnement idéologique du Frelimo sur le capitalisme jusqu’en 1989 et la néolibéralisation des conduites politiques qui se donne à voir aujourd’hui.

Bibliographie

Paola TABET, La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan, Bibliothèque du féminisme, 2004, 207 p.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *