Mémoire de M1: Les investisseurs étrangers dans les favelas de la zone sud de Rio de Janeiro

Antoine Rey, étudiant en Master 1 de Géographie, Sciences des Territoires de Université Paris Diderot, a réalisé un mémoire de recherche sous la direction de Marianne Morange (Université Paris Diderot) et Francesca Pilo’ (Université Paris Diderot) en partenariat avec le programme DALVAA. Sur le terrain à Rio de Janeiro, il a pu bénéficier de la direction de Neiva Viera da Cunha (UFRJ – UERJ) et d’un accueil au laboratoire LeMetro. Il nous présente sa recherche effectuée à partir de données recueillies entre février et avril 2016.

Les investisseurs étrangers dans les favelas de la zone sud de Rio de Janeiro

Rio de Janeiro était encore récemment au cœur d’une attention médiatique internationale avec les Jeux Olympiques d’août 2016 où le sport était à l’honneur, mais aussi où les médias étrangers ne manquaient pas de peindre une carte postale de la ville tantôt exotique et paradisiaque, tantôt chaotique et dramatique. Le Brésil connaît en effet une tourmente politique sans précédent combinée à une crise économique avérée. Les années Luiz Inácio da Silva semblent un passé lointain, lorsque le pays était en forte croissance, en dynamisme constant et un possible « el dorado » pour de nombreux étrangers venus tenter leur chance. Des nombreux investisseurs sont ainsi partis au Brésil s’implanter dans les grandes métropoles, notamment de la moitié sud du pays. Dans ce cadre, nous nous sommes intéressés à un phénomène relativement nouveau et qui semble une conséquence directe des transformations politique et économiques de la ville de Rio de Janeiro : l’installation de les petits investisseurs étrangers dans les favelas de la zone sud de la ville.

Carte de la municipalité de Rio de Janeiro par zone administrative

sans-titre_carte-antoine

La grande particularité de cette petite région est d’être l’épicentre du tourisme de Rio de Janeiro et aussi une des destinations touristiques du Brésil tout entier. À Rio de Janeiro, la grande majorité de l’offre hôtelière, gastronomique et de loisirs se situe dans la zone sud, sans oublier les monuments et lieux incontournables de la ville comme le Christ Rédempteur, le Pain de sucre ou encore la célèbre plage de Copacabana. Cette lisière de la ville est la vitrine de Rio de Janeiro qui elle-même est la vitrine du Brésil, c’est donc un point névralgique de la société brésilienne, de l’économie nationale et de toutes ses composantes. Fort de l’attraction que suscite la zone sud depuis les années 1930, les quartiers se composent d’une population mixte où se côtoient riches et pauvres comme les quartiers huppés de Leblon, de Gavea et de São Conrado qui jouxtent les favelas de Vidigal et Rocinha. Notons que ces favelas se situent sur les collines donnant une image atypique à la ville, entre montagnes et mer. Nombreuses d’entre elles se trouvent à proximité directe du littoral carioca et des plages surpeuplées. C’est une des explications de l’intérêt de la recherche porté sur cette frange de la ville, ainsi qu’un intérêt affiché par les étrangers interrogés sur cet endroit spécifique qui suscite autant de fascination. Évidemment, une importance donnée à un aussi petit territoire comparé au reste de la ville n’est pas sans poser problème : manque de place constructible, très grande densité, prix des biens de consommations plus chers que dans le reste de la ville, prix du foncier le plus cher du Brésil, grande concurrence, violence, pollution, infrastructures nettement insuffisantes aux besoins de la population et de l’économie locale.

Dans le cadre de l’accueil de plusieurs éventements internationaux, depuis 2008 le gouvernement de l’État de Rio de Janeiro a mis en place une politique de sécurité publique via l’installation d’UPPs [Unité de police de pacification], celle-ci soutenue par le BOPE [Bataillon des opérations spéciales de police], qui tente d’éradiquer les gangs et le trafic de drogues en prenant le contrôle des favelas. Bien entendu, cette « pacification » n’a pas seulement pour but de sécuriser un périmètre, en l’occurrence une favela, comme l’ont souvent annoncé les politiques de Rio de Janeiro. Elle est accompagnée par l’introduction de taxes, d’impôts, et d’outil de planification urbaine, censés rétablir la présence d’acteurs public et privés dans ces espaces. La politique de « pacification » devrait ainsi promouvoir une meilleure image de la ville de Rio de Janeiro, notamment via l’occupation des favelas les mieux situées dans la ville. Les étrangers soucieux d’une sécurité effective et d’opportunités financières à court et moyen termes se sont penchés depuis les premières « pacifications » sur le sort et la place de ces favelas.

Ceux-ci investissent dans des activités liées au tourisme comme des hébergements, de la restauration, des clubs de musique ou bien dans certains cas, ils développent une association, une coopérative ou une école. C’est un phénomène qui a gagné en visibilité à la fin des années 2000 et de la décennie 2010. Les principales interrogations autour de ce phénomène plutôt récent s’articulent autour de l’identité et de l’intégration de ces investisseurs dans le tissu socio-économique de la favela où ils sont installés. Qui sont-ils ? Pourquoi avoir choisi la favela comme lieu d’activité, voire de résidence ? Comment ont-ils pu s’intégrer ? Pourquoi avoir investi dans leur secteur d’activité ? Quelle a été leur trajectoire de vie et leur passé avant la favela ? Quelles sont les relations et les interactions avec leur environnement immédiat aussi bien économique, social que politique ? Quels sont leurs futurs projets à court et moyen terme dans une favela et dans un pays en mutation ?

Méthodologie

Suite à une première prise de contact avec des habitants des favelas brésiliens et étrangers, j’ai pu identifier un certain nombre d’investisseurs étrangers et les classer selon leur profil (âge, sexe, diplôme, classe socio-professionnelle…), leur pays d’origine (Autriche, France, Portugal, Colombie, Belgique, Slovaquie, Mexique, Angleterre), la favelas où y sont installés (Rocinha, Vidigal, Tavares Bastos, Babilônia et Chapéu-Mangueira) et le type d’investissement (hôtellerie, restauration, loisir / fête ou bien d’ordre social comme une école ou une association). Cette étape m’a permis d’évaluer le nombre réel d’investisseurs étrangers qui étaient présents dans les favelas de la zone sud de Rio de Janeiro lors de mon terrain (Février à Avril 2016), un nombre plus faible que celui estimé lors de mes voyages et terrains durant les années précédentes. Quelques explications possibles quant à cette baisse pourraient être la période à laquelle fut réalisé le terrain, à savoir après carnaval qui est souvent synonyme de vacances pour de nombreux investisseurs dans l’hôtellerie et la restauration. N’oublions pas d’autres facteurs tels que la hausse du coût de la vie, la crise économique brésilienne et un effet post coupe du monde donc un ralentissement du tourisme international.

Auprès de ces investisseurs étrangers, j’ai effectué des entretiens semi-directifs (une dizaine), dans les cinq favelas préalablement citées. Au-delà, j’ai pu m’entretenir avec sept habitants et commerçants brésiliens de ces mêmes favelas, essentiellement pour affiner ma connaissance sur les relations sociales et la concurrence entre eux et les étrangers. Enfin, dans un troisième et dernier temps, j’ai assisté à trois réunions de l’association d’habitant de Babilônia et de Chapéu-Mangueira puis réalisé un entretien avec le président de l’association d’habitant de Babilônia afin de mieux comprendre les enjeux autour d’un plan d’aménagement du territoire « Morar Carioca Verde » qui modifie ces deux favelas voisines.

Résultats

J’ai pu synthétiser les données relatives aux étrangers sous forme de portrait. Dans le premier chapitre du mémoire, j’ai donc dessiné les contours d’un groupe social émergent au sein des favelas en expliquant qui sont ces étrangers, que font-ils, quels sont leurs raisons et leurs méthodes pour investir dans les favelas et quelles sont les relations humaines et territoriales qu’ils développent aussi bien entre eux qu’avec les Brésiliens à des échelles variant du local à l’internationale.

Dans le second chapitre, je me suis concentré sur la favela comme un territoire en mutation. J’ai retracé l’économie dans les favelas en insistant sur le tourisme qui se développe très rapidement et sur le foncier dont le prix est en train d’augmenter considérablement dans plusieurs favelas de la zone sud de la ville. J’ai aussi ouvert une discussion sur des problèmes actuels rencontrés dans les favelas, notamment autour de la légitimité des investisseurs étrangers dans la favela, sur les risques dus à la violence ou bien sur le plan local d’urbanisme appelé « Morar Carioca Verde » qui menace de détruire une centaine d’habitations. Ce dernier prévoit un relogement lointain pour de nombreuses familles et plus inquiétant encore, ne possède pas de tracé définitif car le plan a été modifié plus d’une dizaine de fois en moins de trois ans.

La recherche auprès de ces investisseurs étrangers indique des profils très divers mais avec des motivations et des volontés similaires. C’est à dire que la trajectoire de vie de chacun des étrangers allant de leur pays d’origine à la favela est unique, malgré des intérêts commun portés sur l’attraction des favelas étudiées. Ils ont une vision claire et partagée des opportunités offertes par ces territoires longtemps marginalisés par les étrangers et les touristes, ainsi que sur l’évolution et l’intégration de leurs investissements en leur sein. Cependant tous les investissements étrangers n’ont pas les mêmes répercussions sur ces favelas., L’étude détaille les conséquences positives et négatives avec des exemples précis.

En résumé, les étrangers qui s’installent et investissent dans ces favelas de la zone sud voient dans ces espaces une opportunité pour pouvoir profiter du style de vie de Rio de Janeiro sans la complication administrative obligatoire pour investir dans le pays et avec un budget moindre comparé aux autres quartiers de la ville. Notamment en ce qui concerne le loyer ou l’achat de bien immobilier. Malgré une hausse du prix du foncier dans les cinq favelas étudiées, les prix restent deux à cinq fois moins chers que dans les quartiers voisins. Par exemple, un studio coûtera environ 1.500 réais à Leme alors qu’à Babilônia il coûtera environ 600 réais, sachant qu’ils sont distant d’une centaine de mètres à peine. Outre cette explication économique, la localisation géographique des favelas en question et le panorama qu’elles offrent aux habitants en font deux points positifs que les étrangers relatent sans cesse dans leurs arguments en faveur de leurs choix. Comme dit auparavant, le tourisme s’accélère dans les favelas et l’offre touristique que propose les étrangers s’associe fortement à la proximité de la plage et à la vue sur celle-ci. Par exemple, les favelas de Babilônia et de Chapéu-Mangueira se situent à moins de cinq minutes à pied de la célèbre plage de Copacabana.

Image 1. Vue d’une auberge de jeunesse appartenant à un étranger dans la favela de Chapéu-Mangueira

image-antoine

Source: (c) Antoine Rey

Si les motivations initiales apparaissent d’abord de nature économique, ces investisseurs, expriment également un sentiment d’appartenance au lieu et une intégration avec la population locale qui se manifeste sous différentes formes. Il y a des actions collectives, que les habitants des favelas appellent « mutirão », où les résidents de la favelas sont invités à participer à la récoltes de déchets, la construction d’un escalier pour mieux desservir un quartier de la favela ou bien peindre un mur d’une école. Les étrangers participent à ces actions collectives de mise en valeur de l’espace via des cas concrets tels que le belvédère das estrelas au sommet de Babilônia qui permet d’accueillir près de 200 personnes autour d’établissements de restauration et festifs, ou encore la construction d’un mur de soutien en cas de fortes pluies le tout décoré de céramiques. Les étrangers s’impliquent aussi dans la lutte contre les destructions d’habitations et le relogement dans les favelas visées par les plans locaux d’urbanisme. Cette attention particulière se fait conjointement avec l’association des habitants, puisque plus les habitants seront mobilisés moins les destructions et les relogements seront nombreux. L’amélioration de la qualité de vie est aussi une forme de défense comme le fait un étranger belge au travers de sa coopérative de panneaux solaires. Le développement de sa coopérative est appuyé par le Président de l’association des habitants de Babilônia ainsi que par d’autres partenaires issus de la favela.

Enfin, d’autres facteurs importants ont été mis en lumière, dans l’approche des investisseurs étrangers vis-à-vis des favelas susceptibles de les accueillir, des relations qu’ils entretiennent entre eux (réseau) et avec les habitants locaux, ou encore leur confrontation avec la violence qui ressurgit malgré la « pacification » des favelas étudiées,. Enfin des facteurs plus tabous ont été évoqués, comme ceux liés à la légitimité des étrangers (voire même à l’éthique) à investir dans des espaces ségrégés.

Étant donné la jeunesse du phénomène, l’étude ne permet pas d’affirmer ou d’infirmer sur les réels bienfaits des investissements des étrangers dans les favelas, notamment à long terme ; la faute à une politique fédérale et municipale qui tantôt protège, tantôt menace l’intégration des favelas dans le tissu urbain de Rio de Janeiro.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *