Présentation du travail de recherche DALVAA de Cyril Bérard

« Droit à la ville de fait » et la politique du logement social à Quito

Cyril Bérard, étudiant en Master 2 Ingénierie du Développement Territorial de l’Université Grenoble Alpes, a réalisé un mémoire de recherche sous la direction d’Aurélie Quentin (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et Myriam Houssay-Holzschuch (Université Grenoble Alpes) en partenariat avec le programme DALVAA. Sur le terrain à Quito (Équateur), il a bénéficié d’un accueil à l’université FLACSO. À quelques jours seulement de la conférence mondiale HABITAT III, Cyril nous présente son travail de recherche sur le « Droit à la ville de fait » et la politique du logement social à Quito, effectuée à partir de données recueillies entre mai et juillet 2016.

Contexte et questionnements de recherche

À Quito, comme dans la plupart des villes d’Amérique latine, les questions du logement et de l’habitat soulèvent d’importantes problématiques sociales et spatiales, qui se sont accentuées au fur et à mesure des années. D’après l’Institut de Statistique Equatorien (INEC), il existerait en 2010 un déficit quantitatif de 130 000 logements dans la capitale équatorienne et plus de 88 000 logements présenteraient des déficiences structurelles.

Face à ce problème, l’État équatorien adopte en 1998 une politique du logement social appelée Sistema de Incentivos de Vivienda (SIV). Née d’un accord passé avec la Banque Interaméricaine de Développement (BID), cette politique répond au modèle de la « bonne gouvernance » : une doctrine néolibérale qui repose sur trois principes (décentralisation, participation et privatisation) et dont l’objectif est d’offrir une solution « miraculeuse » au problème du logement dans le pays.

En s’imposant comme une solution pratiquement unique dans la résolution du problème du logement et en inscrivant l’accès à la propriété privée comme l’unique voie d’accès au logement, la politique SIV prescrit une forme spécifique de production de l’espace urbain ainsi que la manière dont les habitants peuvent accéder au logement et à la propriété. De plus, en donnant une réponse avant tout quantitative au problème du logement, cette politique multiplie les programmes immobiliers à Quito, sans forcément prêter attention à la dimension de l’habiter, aux dynamiques urbaines à l’échelle métropolitaine ou encore à ce que cela implique dans la vie quotidienne des habitants.

À partir de ce constat, il apparaît essentiel d’étudier les effets urbains et sociaux de la politique SIV, d’autant plus qu’elle manque aujourd’hui cruellement d’un processus de suivi et d’évaluation. Au-delà de cet intérêt, il est également nécessaire de questionner la norme imposée par la politique du logement dans le modèle de développement urbain ainsi que dans la vie quotidienne des familles bénéficiaires.

Dans ce contexte, cette recherche questionne de manière générale le rapport entre la norme imposée par la politique SIV et la vie quotidienne des familles qui en sont bénéficiaires. Plus spécifiquement, ce travail pose les questions suivantes : (1) comment appréhender théoriquement et méthodologiquement le rapport entre la norme et la vie quotidienne ? (2) quelles contraintes imposées par la politique SIV s’expriment dans la vie quotidienne des familles et qu’est-ce que cela nous apprend sur la norme ?, (3) Comment les familles font-elles face à la norme et aux contraintes qui s’imposent dans leur vie quotidienne ?

Terrain d’étude

Afin d’illustrer cette étude, je me suis penché sur le cas particulier du processus constructif de l’ensemble de logements Equinoccio Azul, à San Antonio de Pichincha, dans le nord de l’agglomération de Quito (figure 1).

Figure 1 : L’ensemble de logement Equinoccio Azul

photo-1
Source : Archives personnelles, 2016

Construit dans le cadre d’un dispositif original, associant la politique SIV au programme Paso a Paso de l’ONG Ciudad, ce lotissement présente un intérêt tout particulier pour plusieurs raisons. Tout d’abord, cette expérience permet d’étudier l’implémentation d’une politique néolibérale (SIV) par des acteurs possédant une « vision sociale » (ONG), qui contestent habituellement ce modèle et prétendent utiliser la politique SIV avec une vision progressiste. Ensuite, ce terrain d’étude me donne également la possibilité d’étudier un processus avec une amplitude temporelle importante (environ 15 ans), ce qui enrichit considérablement mon travail d’analyse. Enfin, l’intérêt porté à ce terrain d’étude réside également dans la dimension organisationnelle puisque le projet de logement nait en 2001 sous l’impulsion d’un rêve partagé par un collectif de femmes (l’accès au logement et à la propriété), regroupées au sein d’une association nommée Asociación de Mujeres por la Vida (ALMV). Cette configuration intéressante, marquée par la présence d’une organisation sociale préexistante au projet de logement, contraste avec la majorité des projets SIV qui sont habituellement destinés à des individus non organisés collectivement.

Méthodologie de recherche

À partir de ce terrain d’étude, la méthodologie mise en place dans le cadre de ce mémoire repose avant tout sur des outils qualitatifs (entretiens semi-directifs) et cherche à analyser les pratiques et des représentations quotidiennes des habitants, au cours du processus constructif de l’ensemble de logements Equinoccio Azul. L’intérêt que je porte à l’étude de la vie quotidienne des habitants au sein de l’espace urbain est double : (1) Tout d’abord, l’analyse des situations toutes simples du quotidien rendent possible la compréhension du fonctionnement de l’espace urbain et mettent en évidence certains problèmes. (2) Ensuite, l’étude de la vie quotidienne permet également de comprendre comment les citadins réussissent (ou pas) à s’approprier leur espace de vie (du logement à la ville) mais aussi à participer aux processus de prise de décision et à la production de l’urbain.

De cette manière, la notion de vie quotidienne constitue un outil d’analyse privilégié. L’étude des pratiques et des représentations quotidiennes des habitants, au sein du processus constructif de l’ensemble de logements Equinoccio Azul, apporte des éléments de compréhension à la fois sur le processus, ses contraintes et sur les formes de revendications quotidiennes des habitants.

Principaux résultats de recherche

Dans le premier chapitre de mon mémoire, je m’attache à questionner le rapport théorique entre la norme et la vie quotidienne des familles bénéficiaires de la politique SIV. Cet exercice m’amène à explorer la dimension quotidienne du Droit à la ville, à travers le concept du « Droit à la ville de fait » : « la manière dont les citadins ordinaires dessinent les contours de « leur » droit à la ville à travers des pratiques quotidiennes et routinières dont la régularité et la prévisibilité questionnent la norme » (DALVAA). Cette notion, que j’essaye de caractériser au cours de ce mémoire, constitue un formidable outil d’analyse. En recentrant mon travail sur l’étude des pratiques et des représentations quotidiennes des individus, le Droit à la ville de fait permet dans un premier temps d’identifier des contraintes issues de la norme et d’observer la manière dont celle-ci s’installe dans la vie quotidienne des habitants. Puis, dans un deuxième temps, ce concept aide également à relever des expériences et des pratiques qui témoignent d’une forme de résistance quotidienne ou bien d’une adaptation « tranquille » face aux contraintes et à la norme dominante.

De cette manière, le concept du Droit à la ville de fait propose de déplacer le regard sur le sens habituellement entendu dans la notion du Droit à la ville. Celui-ci n’est plus abordé dans sa dimension révolutionnaire, comme l’avait imaginé Henri Lefebvre en 1968, mais plutôt dans une dimension quotidienne et routinière, par la pratique et l’exercice quotidien de l’espace urbain.

Dans le deuxième chapitre, l’analyse des pratiques et de représentations quotidiennes des habitants donne la possibilité de mettre en évidence les contraintes et la norme qui s’installe dans la vie des familles, sous l’action de la politique néolibérale SIV. La norme est d’abord mise en exergue par l’inscription de l’accès à la propriété privée comme l’unique voie d’accès au logement décent, ce qui conforte les familles dans leur rêve d’accéder à la propriété. Puis, à travers l’imposition du mécanisme financier ABC (Ahorro, Bono et Credito), mise en place dans le cadre de la politique SIV, les familles bénéficiaires se retrouvent sur un chemin « balisé » qui les conduisent à l’épargne individuelle et au crédit hypothécaire. Poussées par leur rêve, ces familles n’ont pas le choix. Elles doivent s’adapter à ce mécanisme, quitte à multiplier les efforts et les sacrifices quotidiens pour accéder au logement. Enfin, la politique SIV s’impose de nouveau aux habitants par son modèle de développement urbain, non-négociable, qui aboutit à la construction d’appartements dans un ensemble de logements « fermé ». Mais encore une fois poussés par leur désir d’accéder à la propriété, les habitants acceptent cette nouvelle forme d’habiter à laquelle ils doivent s’adapter (figure 2).

Figure 2. L’accès au logement et à la propriété, un rêve partagé par les familles bénéficiaires

photo-2
Source : Archives personnelles d’une bénéficiaire du projet, 2002

Face à la politique SIV, mon travail démontre par la suite comment les habitants vivent les contraintes du processus constructif et affrontent la norme qui s’installe dans leur vie quotidienne, révélant ainsi des expériences de résistance ou d’adaptation quotidienne. Au sein de cette confrontation quotidienne, l’organisation sociale (que ce soit l’association de femmes ALMV ou le conseil d’administration du lotissement) occupe une place centrale et joue un rôle important. Elle se retrouve au centre du projet de logement, à l’initiative de la plupart des améliorations du lotissement et impulse un dynamisme de vie en collectivité par la mise en place d’évènements communautaires par exemple. De cette manière, la construction collective de ce nouvel espace de vie marque une forme de résistance quotidienne face aux contraintes du processus constructif ou à la norme individualiste qui caractérise habituellement le modèle de développement urbain promu par la politique SIV.

Finalement, mon travail explique également comment ces actes de résistance, identifiés dans le quotidien des habitants, disparaissent progressivement, au fur et à mesure des années. Au cours du cycle de vie du projet, la participation des habitants au sein du projet collectif diminue à cause de l’affaiblissement graduel de l’organisation sociale. Le lotissement est soumis à de nombreux changements comme par exemple l’arrivée de nouveaux locataires ou le déménagement des membres fondateurs du projet de logements. Les travaux d’aménagement se complexifient et ne répondent plus aux premières nécessités. L’organisation de mingas (travaux collectifs en faveurs de la communauté) devint alors une idée obsolète et les modalités de participation changent. Tous ces facteurs contribuent d’une manière ou d’une autre à affaiblir l’organisation sociale au cours du temps, alors même qu’elle constituait le principal vecteur des actes de résistance face à la norme prescriptive. Dès lors, cette phase ultime de la normalisation encourage la diffusion et l’adhésion progressive des habitants à un mode de vie chaque fois plus individualiste.

Ainsi, à travers cette étude recentrée sur les pratiques et les représentations quotidiennes des habitants de l’ensemble de logements Equinoccio Azul, j’ai pu analyser le rapport quotidien qu’entretiennent les habitants face à la norme, tout en observant l’évolution de ce rapport. Au vu de l’ensemble de mon travail, je suis forcé de constater que ce rapport aboutit à une adaptation ou à une forme de mise en ordre « tranquille » face à la rationalité dominante : le néolibéralisme.

Réflexions finales

Ce travail de recherche invite tout d’abord à réfléchir sur les limites actuelles de la politique du logement social en Équateur. Comme le démontre par exemple cette expérience, il est aujourd’hui difficile de nier les difficultés accusées par le secteur privé dans la construction de logements qui répondent convenablement à la demande des secteurs les plus défavorisés de la population. Au sein de cette problématique, l’intervention des ONG ne remet pas en cause ce modèle. Au contraire, elles contribuent plutôt à le renforcer par leur rôle de « facilitateur » dans la mise en place de la politique SIV.

Ce travail nous éclaire ensuite sur l’absence ou le manque d’alternatives possibles dans la politique du logement social en Équateur ainsi que dans les modalités d’accès au logement et à la propriété. La politique SIV s’impose aujourd’hui comme une solution pratiquement unique dans la résolution du problème du logement à Quito, faisant par ce biais la promotion de l’accès à la propriété et du logement neuf comme la seule perspective possible pour résoudre le problème du logement.

À travers son action et par l’absence d’alternatives possibles, la politique SIV diffuse une forme de norme dans l’espace urbain et dans la vie urbaine, à travers un processus qui conduit « vaille que vaille » à l’adhésion progressive des habitants à la rationalité néolibérale dominante. Face à ce constat, je pense qu’il est aujourd’hui nécessaire de poursuivre notre réflexion en questionnant cette norme et ses conséquences dans la vie urbaine quotidienne : quelle ville voulons-nous et comment voulons-nous la vivre ?

Pour avoir un exemplaire du mémoire, veuillez me contacter à l’adresse suivante : berard.cyril@gmail.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *