Le droit à la nature au Cap (Afrique du Sud) : gérer les parcs urbains dans une ville divisée

Ce billet a été rédigé par Laura Jonnard, actuellement étudiante au M2 « pratiques du développement Paris 1- Paris 7. Il présente les résultats d’une recherche effectuée en 2015-2016 dans le cadre d’un M1 de géographie, à Paris Diderot.

L’émergence d’une demande de droit à la nature et d’un modèle plus juste de gestion des espaces verts dans le contexte post-apartheid

La ville du Cap, en Afrique du Sud, est une ville au lourd passé de ségrégation raciale. Située au cœur de l’un des six hotspots du monde (point chaud) de la biodiversité, la Ville du Cap se trouve confrontée à la nécessité de préserver ce patrimoine naturel exceptionnel tout en maîtrisant le processus d’urbanisation très rapide dans cette métropole émergente et par ailleurs fortement ségréguée.

La ségrégation raciale a au Cap des origines précoces et la nature y joue un rôle important dès les débuts de la colonisation britannique (1814), notamment par l’appropriation des terres les plus fertiles par les colons européens. Ils délimitent en outre des zones protégées où les autochtones ne peuvent plus aller chasser une activité dont les colons s’arrogent privilège. Certains peuples autochtones, faute d’accéder à ces grands espaces où le gibier est fortement présent, ne peuvent plus se nourrir et sont rapidement décimés (Daraghma, 2009).

L’apartheid est institué en 1848 à l’échelle nationale, ce qui aura des conséquences destructrices et marquantes pour des siècles à venir (Yeld, 1997 in Anderson et O’Farrell, 2012 ; Mc Donald, 2002). L’espace urbain est divisé en fonction des 4 catégories raciales officiellement reconnues (Blancs, Indiens, Coloured, Noirs). Les « populations de couleur » (autres que « blancs ») sont déplacées de force dans des quartiers périphériques fortement ségrégués. Il en résulte une fracture raciale spatialisée, où les populations blanches s’approprient une grande partie de l’espace urbain et les quartiers où se concentrent services urbains, opportunités d’emplois mais aussi espaces verts. Les trois autres groupes raciaux sont désormais relégués dans les Cape Flats, éloignés des quartiers riches et faiblement aménagés et presque totalement privés d’espaces verts aménagés.

Si la politique de ségrégation raciale a surtout été étudiée à travers des questions de logement, de service urbain, d’emploi… elle se matérialise aussi par l’inégale distribution spatiale des espaces verts aménagés et la captation par l’élite blanche des espaces naturels les plus agréables, prestigieux et spectaculaires. C’est le cas notamment des parcs urbains publics et des réserves naturelles gérées par la municipalité qui sont l’objet de ce mémoire de Master et que j’ai choisi de désigner sous l’appellation de « parcs urbains municipaux », par opposition aux grandes réserves naturelles nationales telle que le parc de Table Mountain. Ces parcs urbains municipaux sont des espaces publics importants car ils offrent des opportunités de loisirs, d’interaction sociale et des occasions de rapprochement avec la nature.

Aujourd’hui, dans le contexte postapartheid, cette question de l’accessibilité et de l’utilisation des parcs urbains municipaux par tous les citadins se repose fortement, notamment à travers le thème du droit à la ville (Boone et al., 2009). En effet, bien qu’ils possèdent un caractère « public », et qu’ils soient en droit accessibles à tous, en pratiques ils restent souvent inaccessibles pour certains groupes de populations. L’inégale accessibilité aux parcs urbains est la conséquence de décisions politiques anciennes et d’une planification urbaine qui a longtemps privilégié un groupe racial au détriment des autres, menant à la création « d’enfers gris et de paradis verts » qui fragmentent l’espace urbain (Blanchon et al., 2009 ). Ces injustices environnementales sont aujourd’hui dénoncées tandis que montent des revendications à une plus grande égalité dans l’accès aux ressources naturelles. Au Cap, ces injustices sont multiples et particulièrement marquées du fait du caractère de la ville, sise au cœur d’une nature tout à fait exceptionnelle. La nécessité de réparer cette injustice est devenue un enjeu politique important et fait l’objet d’une ambition politique de la part de la Ville du Cap.

Approche méthodologique

Mon travail de Master 1 a ainsi visé à étudier l’émergence d’un modèle gestionnaire de droit à la nature dans cette ville divisée. Ce modèle renvoie à la fois à des enjeux d’accessibilité concrète (faciliter l’accès à et l’utilisation des parcs municipaux) ainsi qu’à un enjeu de justice procédurale (renforcer le droit à participer aux décisions politiques concernant les parcs urbains). J’ai étudié les discours des fonctionnaires municipaux en charge de ces questions, ainsi que leurs pratiques, les actions et leur réalité concrètes afin de restituer le point de vue de gestionnaires des parcs urbains municipaux. Je me suis ainsi efforcée, au moyen d’entretiens semi-directifs auprès de ces derniers, combinés à des marches accompagnées avec ces derniers, de comprendre comment le droit à la nature se construit à la fois discursivement et concrètement à travers des stratégies applicables sur le terrain et situées. Il s’agissait à la fois de compléter les études académiques portant sur la justice environnementale et sur la ville du Cap en particulier, dans un contexte d’émergence internationale et de fortes pesanteurs en matière d’inégalités et de ségrégation.

Les entretiens ont été réalisés dans deux départements municipaux ayant un lien étroit avec les parcs urbains municipaux. Le City Parks Department qui gère les parcs urbains en termes de conception, d’aménagements et d’entretien. J’ai pu interroger un urbaniste et deux architectes du paysage dans ce département. L’Environmental Resources Management Departement s’occupe de la gestion et de la préservation des réserves naturelles municipales du Cap. J’ai pu rencontrer quatre managers, dont deux s’occupant de réserves naturelles précises.

Chaque entretien s’est décomposé en quatre grands thèmes : le fonctionnement du département en lui-même, la place de la nature au Cap et sa gestion, les communautés du Cap face aux parcs et enfin la trajectoire professionnelle de l’enquêté.

Les marches accompagnées ont permis de faire commenter aux personnes interrogées l’histoire des parcs, les effets de leur action et de susciter des constatations en temps réel par l’enquêté lui-même quant à l’entretien des parcs, à leur état ou à leur niveau de fréquentation.

Enfin, l’observation individuelle de terrain a permis de mesurer, tout comme les marches accompagnées, l’état, l’entretien et le niveau de fréquentation des lieux.

La carte suivante illustre les différentes visites effectuées dans des quartiers plus riches au Nord-Ouest et des quartiers défavorisés au Sud-Est du Cap.

Les lieux observés (entre février et avril 2016)

Les lieux observés au Cap

Le mémoire se divise en trois parties. La première analyse la fonction sociale et politique des parcs urbains pour la Ville du Cap. La deuxième décrit l’inégale répartition des parcs urbains et présente leurs caractéristiques à travers une typologie. Les résultats de la recherche sont ensuite présentés en trois temps : étude du discours des acteurs (fonctionnaires municipaux) ; analyse de l’importance des partenariats multi scalaires ; étude de la fonction sociale réelle des parcs urbains en tant qu’outil de développement social.

Résultats

Analyser ces questions de justice environnementale et d’inégalités raciales et sociales à travers le prisme de la question du droit à la nature urbaine a permis d’entrevoir plusieurs réalités.

D’abord, une certaine conception du droit se construit localement au Cap au croisement entre enjeux locaux, poids des héritages spécifiques de l’apartheid et influences internationales. Ce droit à la nature devient l’objet d’une gouvernance complexe qui s’inscrit dans des partenariats à diverses échelles qui semblent favoriser l’intégration de nombreux acteurs (ONG locales, communautés, organisations internationales).

En outre, la Ville du Cap assigne aux parcs urbains un rôle ambitieux d’instrument de la transformation de l’espace urbain post-apartheid. Elle voit dans ces espaces des outils majeurs de développement social, ce qui n’est pas le cas dans d’autres villes où ces parcs endossent un rôle social et politique moins exigeant. La nature joue en effet un rôle crucial au Cap, et de longue date, une fonction que rejoue dans le sens d’une meilleure justice environnementale dans le contexte postapartheid. Le discours politique local fait l’éloge du parc urbain idéal qui serait à même de résoudre de nombreux conflits sociaux et raciaux. Ce parc idéal devient l’objectif principal de l’agenda politique des gestionnaires. Cependant, l’enquête a montré que ces attentes ne sont pas toujours comblées. Criminalité, insécurité, hétérogénéité sociale, inégalités spatiales et raciales continuent d’influencer fortement la fréquentation concrète des parcs.

Perspectives

Des études ultérieures pourraient s’intéresser à la perception que les usagers et non usagers de ces parcs ont de ces décisions et discours politiques. Ceci permettrait à la fois de mieux comprendre le ressenti des communautés marginalisées sur la nouvelle gouvernance des parcs urbains au Cap et d’en saisir plus aisément son niveau d’efficacité. En outre, il pourrait être intéressant de comparer ce modèle de droit à la nature au Cap à d’autres modèles de gouvernance des espaces verts dans des pays développés, émergents ou en développement afin d’apprécier les relations qui s’opèrent entre pouvoir politique, communautés et espaces naturels dans des contextes différents.

Pour consulter le mémoire, contacte Laura Jonnard : laura_jonnard@hotmail.fr

Bibliographie

Anderson, P. M. L., et P. J. O’Farrell. 2012. « An Ecological View of the History of the City of Cape Town ». Ecology and Society 17 (3).

Blanchon, D., Y. Veyret, et S. Moreau. 2009. « Comprendre et construire la justice environnementale ». Annales de géographie 1 (665‑666): 35‑60.

Boone, C. G., G. L. Buckley, J. M. Grove, et C. Sister. 2009. « Parks and People: An Environmental Justice Inquiry in Baltimore, Maryland ». Annals of the Association of American Geographers 99 (4): 767‑87.

Daraghma, A. 2009. « Constructions of Nature and Environmental Justice in Driftsands nature reserve, South Africa ». Master in Geography and Environmental Studies, University of Cape Town.

McDonald, D. 2002. Environmental Justice in South Africa. Juta and Company Ltd, 352 p.


Une réflexion au sujet de « Le droit à la nature au Cap (Afrique du Sud) : gérer les parcs urbains dans une ville divisée »

  1. Ping : Le droit à la nature au Cap (Afrique du Sud) : gérer les parcs urbains dans une ville divisée | ETHNOBOTANIQUE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *