L’essor du tourisme dans la favela Santa Marta (Rio de Janeiro) : changement social et « pacification » territoriale ?

L’essor du tourisme dans les favelas de Rio de Janeiro : effet de contexte et objet d’étude

Le Brésil, destination touristique fort prisée du tourisme international et la ville de Rio en particulier (1,5 million de touristes en moyenne par an entre 2014 et 2015), ont connu ces dernières années une forte augmentation du nombre de touristes internationaux. Cela fait suite à l’accueil de deux méga-événements sportifs : la Coupe du monde de la FIFA organisée au Brésil en 2014 et les Jeux Olympiques, hébergés par Rio de Janeiro en 2016. L’accueil de ces méga-événements a été vivement contesté par une partie de la population. Ces grands événements ne semblent pas avoir apporté la manne tant attendue.

Dans le cadre de ma recherche, je me suis intéressé aux dynamiques touristiques à Santa Marta, une favela parmi les 800 recensées à Rio de Janeiro. Les favelas constituent aujourd’hui des objets de curiosité pour les touristes qui sont de plus en plus nombreux à arpenter la cidade maravilhosa. Santa Marta est un ensemble d’habitations informelles qui constitue un véritable musée à ciel ouvert pour les touristes. La médiatisation des favelas, que ce soit dans la presse, la musique ou dans l’industrie cinématographique, a participé d’un large processus d’attraction des touristes. Au-delà des représentations négatives des favelas véhiculées par les médias, les touristes cherchent à découvrir ces lieux emblématique de la ville de Rio de Janeiro et qui demeurent difficiles d’accès et mal connus.

Photographie 1 : Vue de la favela Santa Marta depuis le quartier Botafogo. Source : André Sampaio, 2008.

photo-1

Les pratiques touristiques dans les favelas sont récentes et résultent d’une intégration progressive de ces espaces au reste de la ville de Rio. A partir des années 1990, la ville met en effet en place plusieurs grands programmes de rénovation urbaine dans le but d’améliorer les conditions de vie des habitants des favelas. Le projet Favela Bairro a ainsi pour but de réhabiliter les favelas et le programme Morar Carioca est créé dans le but de formaliser et d’urbaniser les espaces informels en améliorant l’accès aux services des populations résidant dans les favelas. Toutefois, c’est le programme dit de pacification qui aura eu le plus d’impact sur l’attraction des touristes dans les favelas. Initiée en 2008, la politique de pacification a pour but de sécuriser les favelas, de contenir les réseaux de trafics de drogues et de les éradiquer à terme en s’appuyant sur les UPP : les unités de police pacificatrice. A travers cette politique, les autorités publiques de Rio de Janeiro ont la volonté de permettre l’installation de services publics et d’infrastructures censées garantir des opportunités pour des investissements privés, et donc à terme de développer socialement et économiquement les communautés vivant dans les favelas.

Santa Marta : un petit territoire touristique en plein essor

Santa Marta est une petite favela se situant sur une colline de la zone sud de Rio. Lieu touristique par excellence, la zone sud de Rio regroupe certains des sites les plus visités du Brésil comme les plages de Copacabana et d’Ipanema, le Christ Rédempteur et le Pain de sucre. La zone sud est donc dynamique car de nombreux touristes transitent dans les différents quartiers qui la composent. Cette zone, tantôt résidentielle et tantôt touristique est habitée par les classes supérieures aisées du Brésil.

Depuis sa pacification en 2008, la favela de Santa Marta a subi de nombreuses transformations. Ses 4800 habitants ont désormais accès à des services formalisés d’électricité, de santé et de gestion de déchets. Il existe actuellement une offre variée de commerces et le gouvernement municipal a mis en place un funiculaire qui permet aux habitants de transiter gratuitement entre l’entrée de la favela et son sommet. Santa Marta est une favela avec un faible taux de criminalité et une présence limitée de narcotrafiquants. Les touristes sont toujours plus nombreux à la visiter et elle bénéficie de nombreux atouts tels que ses points de vue, sa proximité avec des quartiers très fréquentés par les Brésiliens qui y travaillent et son importante médiatisation suite au programme de pacification. Elle a été notamment le lieu de l’essor d’une offre touristique à caractère communautaire et entrepreneuriale promue par la municipalité de Rio dans un premier temps. La gestion du tourisme a ensuite été déléguée par la municipalité aux acteurs privés concernés, à savoir les guides accrédités.

Photographie 2 : Vue de la zone sud de Rio de Janeiro depuis la favela Santa Marta. Source : Michaël Rossetto, 2016.

photo-2

Dans cette étude, j’ai tenté d’exposer les conditions de la mise en place d’une offre touristique structurée dans la favela Santa Marta tout en effectuant un diagnostic territorial en lien avec les processus touristiques. La recherche s’est articulée autour des trois questions suivantes :

– En quoi la mise en place d’un tourisme entrepreneurial et communautaire participe-t-elle des transformations sociales et territoriales d’un espace informel ? Quels sont les impacts du tourisme sur la favela Santa Marta ?

– Quels sont les processus de mise en mémoire de la favela favorisés par les discours des guides touristiques ? Le tourisme transforme-t-il l’image et les représentations de la favela comme territoire de la marginalité sociale ?

– Quels sont les acteurs en présence et quelles sont leurs implications vis-à-vis du tourisme à Santa Marta ? Comment s’organisent entre eux les différents guides touristiques dans le petit territoire que constitue la favela ? Comment se partagent-ils ce marché ?

Méthodologie

La première phase de mon terrain a consisté à identifier les entreprises touristiques gérées par les habitants de la favela ainsi que les tour-opérateurs organisés autour de structures souvent étrangères. Une fois l’identification des acteurs touristiques effectuée, j’ai consacré une partie de ma recherche à l’observation des pratiques touristiques. Celle-ci a pris deux formes. La première a été l’observation non participante qui m’a permis de collecter des informations sur la localisation des acteurs, sur les mobilités des touristes, sur les relations entre les guides touristiques et sur les processus d’attraction des touristes. La seconde a été l’observation participante à six visites guidées effectuées par des guides locaux (qui résident dans la favela), des guides externes (contractés par des tour-opérateurs) et des guides indépendants.

Mon objectif durant ces visites a été de recueillir des données sur les processus de mise en mémoire de la favela. J’ai étudié le discours des guides, les itinéraires empruntés, la durée de la visite, les informations délivrées, ainsi que leur enchaînement. Par la suite, j’ai mené des entretiens semi-dirigés auprès de 12 personnes : des guides touristiques, une représentante du tourisme auprès de l’association des habitants de la favela, les gérantes des deux boutiques de souvenirs, ainsi que le président d’une ONG à caractère culturel et social. Ces entretiens ont eu pour but de documenter l’organisation du tourisme dans la favela, les politiques mises en place par la municipalité, les relations de pouvoir entre les guides (locaux et externes principalement) et de collecter le point de vue de ces habitants sur les transformations sociales et territoriales liées au tourisme. La recherche s’appuie aussi sur des entretiens à caractères libres réalisés avec des habitants sur le tourisme, la pacification, l’histoire de la favela, etc. Ils m’ont aussi servi à recouper et à comparer des informations récoltées dans les entretiens semi-dirigés.

L’essor du tourisme « communautaire » à Santa Marta : le droit au développement local ?
La gestion du tourisme à Santa Marta implique des acteurs aux attentes différentes. Le Ministère du tourisme du Brésil et le secrétariat du tourisme de l’État de Rio de Janeiro ont lancé en 2010 le programme « Rio Top Tour » visant à former des habitants de favelas aux métiers du tourisme. Conçu dans le but de promouvoir le tourisme communautaire, le programme prend fin deux ans plus tard, une fois ces acteurs communautaires formés. L’implication des acteurs institutionnels et politiques dans cette filière est désormais très faible. Seule l’association des habitants de la favela soutient les guides locaux. En témoigne la construction financée par cette dernière d’un kiosque d’information visant à étendre la visibilité de l’offre touristique à Santa Marta. Mais ni la municipalité de Rio, ni le gouvernement de l’État ou du Brésil n’ont montré d’intérêt vis-à-vis du tourisme communautaire dans les favelas au-delà du programme Rio Top Tour. Les guides touristiques dénoncent ce désintérêt qui se traduit, selon eux, par une absence de politique planifiée à long terme concernant les favelas de façon générale. Plus largement, j’ai relevé un fort désir chez ces guides comme chez les résidents de la favela d’accroître les activités touristiques, encore peu développées, dans la mesure où elles ne nuisent pas aux habitants.

L’organisation des guides touristiques est complexe. Ils se sont d’abord unis à travers un comité, puis séparés pour créer leurs propres micro-entreprises car cette individualisation du travail leur offrait plus de souplesse. Puis ils se sont regroupés autour du « collectif des guides », une entité non officielle leur permettant de gérer démocratiquement l’offre touristique à Santa Marta. Si les guides locaux fonctionnent suivant une logique libérale grâce au micro-entrepreneuriat, ils sont désormais tous unis à travers le « collectif des guides » qui a un rôle fédérateur. Il suffit de 20 personnes pour créer une coopérative selon la législation en vigueur au Brésil. La coopérative, désirée par la majorité des guides, leur permettrait de diminuer les frais communs de gestion et de se faire mieux entendre de la municipalité. Mais j’ai recensé 10 guides locaux ayant reçu leur accréditation par le Ministère du tourisme brésilien, ce qui ne permet pas d’atteindre cette masse critique.

On assiste en outre aujourd’hui à une professionnalisation des micro-entreprises touristiques. Il est ainsi possible de réserver sur Internet une visite guidée. De plus, les guides locaux sont en lien avec plusieurs auberges de jeunesse et hôtels avoisinant Santa Marta. L’organisation des visites suit une logique très précise afin d’éviter tout contentieux entre guides : ils établissent un ordre de passage dans le cas où plusieurs guides sont disponibles pour effectuer une visite. Cette professionnalisation est toutefois inégale selon les guides, elle dépend surtout des réseaux qu’ont ces derniers avec des techniciens ainsi qu’avec des infrastructures d’hébergement. La création d’entreprises de la part des guides locaux provient d’une logique individuelle. Cependant ces derniers profitent de la force de la communauté qu’ils représentent.

La période de crise qui survient actuellement au Brésil tend à fragiliser l’équilibre sur lequel repose le tourisme à Santa Marta. Les contentieux politiques et économiques qui interviennent à Rio dans le contexte de crise nationale semblent avoir un impact important sur la favela puisque cette dernière renoue avec les périodes plus sombres du passé. En effet, les narcotrafiquants semblent avoir plus d’emprise sur la favela, menaçant le tourisme dont l’essor apparaît désormais incertain.

Tourisme communautaire local et tours-opérateurs privés externes : qui a le droit de produire une offre touristique à Santa Marta ?

Les guides externes, contractées par des tour-opérateurs, n’ont pas une influence aussi importante que les guides locaux. Cela s’explique par le prix des visites, supérieur, ainsi que par une offre proposée exclusivement par Internet et par téléphone, au contraire des guides locaux qui démarchent les touristes dans la rue. Les guides externes proposent en outre des services touristiques dans toute la ville et ne ciblent pas spécifiquement Santa Marta.

Il existe des formes de concurrence entre les guides locaux et les agences externes. Les guides locaux prônent un tourisme communautaire tandis que les agences externes fonctionnent à travers une logique lucrative plus marquée qui n’est pas teintée de discours social sur la mission développementale du tourisme ou son importance pour l’emploi local. Les discussions avec les guides locaux m’ont permis de déceler des stratégies de résistance du tourisme communautaire face au type de tourisme proposé par les agences externes. Les guides locaux, sous l’égide de l’association des habitants, taxent une partie des revenus des tour-opérateurs lorsque ces derniers effectuent des visitées guidées à Santa Marta. Ainsi, ils tentent de préserver le tourisme communautaire face aux impacts négatifs du tourisme de masse et ils cherchent surtout à capter cette rente.

Photographie 3 : Un guide local effectue une visite guidée de Santa Marta auprès d’un groupe de touristes venant du Québec. Source : Michaël Rossetto, 2016.

photo-3

Impact du tourisme sur le territoire

Les retombées économiques du tourisme sur la favela sont en revanche limitées. Les guides locaux sont les plus avantagés puisqu’ils perçoivent directement l’argent des touristes et travaillent à leur compte. Les artisans sont aussi privilégiés du fait de la vente d’objets d’art dans les deux boutiques de souvenirs. Les guides et artisans directement ne sont qu’une vingtaine, sur une population atteignant presque 5000 personnes dans la favela. Il est possible d’en conclure que le tourisme a un impact économique très réduit sur la favela. Le discours collecté en entretiens auprès des guides fait état de retombées en termes d’emplois, cependant mes observations prouvent le contraire. On assiste à une idéalisation des conséquences des processus touristiques de la part d’acteurs eux-mêmes impactés directement par le tourisme à Santa Marta.

Toutefois, un nombre important d’acteurs du tourisme dans la favela sont impliqués dans divers projets communautaires. Deux guides locaux ont notamment établi un jardin communautaire dans la favela dans le but d’en faire profiter les résidents et d’impliquer les jeunes membres de la communauté dans un travail de groupe. Si les effets du tourisme ne sont pas faciles à apprécier directement et à court terme, ils peuvent avoir des retombées à moyen et à long terme à travers des projets sociaux et culturels.

Représentations, mémoires et discours sur la favela Santa Marta

Durant les visites, les guides abordent tous des thématiques assez proches. Qu’ils soient locaux ou externes, ils exposent principalement un point du vue centré sur les activités sociales et culturelles, l’architecture et les infrastructures, l’habitat et le logement, l’histoire de la favela, la sécurité, les services, la violence et la vie en communauté. De façon générale, le discours délivré par l’ensemble des guides répond aux attentes des touristes et délivre un message lissé qui participe des processus de normalisation sociale et territoriale de Santa Marta.

Les guides locaux plus spécifiquement évoquent le thème de la vie en communauté tandis que les guides externes se focalisent davantage sur le territoire physique de Santa Marta, et non le territoire vu comme un espace social.

Les parcours empruntés sont globalement identiques selon les visites. Les guides mènent les touristes vers les boutiques de souvenirs en étant soucieux d’éviter les lieux non viabilisés et fréquentés par les narcotrafiquants. Quel que soit le guide, la forme de la visite guidée suit la même ligne directrice.

Michaël Rossetto – micha.rossetto@gmail.com

Actuellement étudiant au M2 recherche « Dynamique des pays émergents et en développement », Paris 1 – Paris 7 – AgroParisTech

Bibliographie indicative

Barbosa, G. (2014). « Favela modelo de quê, o processo de reencantamento da Santa Marta através do mercado de turismo », Revista Iberoamericana de Turismo, n°5, p. 169-179.

Barbosa, G. (2016). « Associativismo, Turismo e reforma urbana no “pós-UPP”: o caso do Santa

Marta », http://lemetro.ifcs.ufrj.br/associativismo_turismo_favela.pdf, Consultée le 9 mars 2016.

Freire-Medeiros, B. (2006). « A construçao da Favela Carioca como destino turistico », Centro de Pesquisa e Documentaçao de Historia Contemporânea do Brasil, FGV.

Freire-Medeiros, B. (2007). « A favela que se vê e que se vende reflexões e polêmicas em torno de um destino turístico », Revista Brasileira de Ciências Sociais, n°65, p. 61-72.

Freire-Medeiros, B. (2008). « The favela and its touristic transit », Geoforum, n°40, p. 580-588.

 Freire-Medeiros, B. (2009). « Gringo na laje. Produçao, circulaçao da favela turistica », FGV Editoria, Rio de Janeiro, 164 p.

Freire-Medeiros, B. (2010). « Le tourisme de la pauvreté : étude de cas d’une favela (Rio de Janeiro, Brésil) », Mosella, Tome XXXIII, n°1-4, p. 15-26.

Freire-Medeiros, B. (2013). « International tourists in a ‘pacified’ favela, profiles and attitudes. The case of Santa Marta, Rio de Janeiro », Journal of the Geographical Society of Berlin, vol. 144, n°2, p. 147-159.

Frisch, T. (2012). « Glimpses of Another World : The Favela as a Tourist Attraction », Tourism Geographies, An International Journal of Tourism Space, Place and Environment, Vol. 14, n°2, p. 320-338.

Gonçalves, R. (2006). « La politique, le droit et les favelas de Rio de Janeiro », Journal des Anthropologues, n°104-105, p. 37-63.

Valladares, L. (2006). La favela d’un siècle à l’autre, Paris, Maison des sciences de l’homme, 229 p.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *