Table ronde : « Droit à la ville, expériences et conditions citadines en Afrique subsaharienne ».

La 6ème conférence des Etudes Européennes Africaines (ECAS) aura lieu à Paris du 8 au 10 juillet 2015 et elle aura par thème principal : « Mobilisations collectives et Afrique : contestations, résistances et révoltes ». Dans le cadre de la conférence, Amandine Spire et Marianne Morange organisent le panel « Droit à la ville, expériences et conditions citadines en Afrique subsaharienne ».

Dans cette table ronde, elles proposent de discuter de la manière dont les expériences citadines dans des contextes africains donnés, et à plusieurs échelles (quartier, parcelle, ville…) informent la capacité à revendiquer, à se mobiliser pour revendiquer un ordre social et spatial urbain plus juste, une forme de « droit à la ville ». Il s’agit d’explorer la spécificité urbaine des mobilisations et des résistances africaines, non pas en tant qu’elles se déroulent seulement dans l’espace urbaine, mais en tant qu’elles sont inscrites dans une expérience de la ville et qu’elles sont le fruit d’une condition citadine. On considère que la condition citadine est faite à la fois de trajectoires dans le temps long, de mobilités quotidiennes, de modes d’insertion dans l’économie urbaine, de rapport sociaux, mais aussi d’un vécu construit dans un rapport sensible à l’espace de vie, d’une connaissance de la ville, d’un attachement à certains espaces, quartiers, d’un rapport au politique … et que tous ces éléments contribuent à forger les luttes, voire à expliquer leur déclenchement.

Les spécificités de la condition citadine en Afrique (ancrage multiples, mobilités résidentielles accélérées, difficultés des mobilités quotidiennes, force des identités subalternes et des questions d’appropriation de l’espace urbain par les minorités, rapport au politique et au gouvernement local, insécurité de la tenure foncière et résidentielles, importance de l’économie dite informelle …) influent-elles par exemple sur le sentiment de légitimité à se mobiliser, sur la capacité à mobiliser des référents du juste et de l’injuste empruntés ici et ailleurs, sur le choix de visibiliser une lutte ou de l’invisibiliser en l’imposant par la routine des pratiques quotidiennes ? Ces questions seront explorées par les contributeurs à travers des études de cas empiriques, prises sur des terrains urbains variés.

 

Interventions :
1. We have not made anybody homeless’: Urban development, citizenship, and the Zimbabwean state

Sara Rich Dorman – School of Social and Political Science (University of Edinburgh)

2.The “Wake up Madagascar” Action Group: international media Action or claiming a Right to the City? On the Various Scales of collective Mobilisation

Catherine Fournet Guérin – Université de Reims

3. Des citadinités empêchées aux citadinités de la reconquête en situation de retour d’exil à Zanzibar

Chauvin Maïlys – LAM-IEP-Bordeaux-France

4. Luanda, (un-)Predictable City? governance and urban and housing transformation: paradigms of intervention and resistances in the new millennium.

Leiria Viegas Silvia – Faculty of Archictecture (University of Lisbon)

5. “ Portraying the Right to the City – Representations of urban protests in YouTube-Videos

Geuder Jacob – Centre for African Studies Basel

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *