Réguler le commerce de rue au Cap, Afrique du Sud (1900-1935). Aux origines de la construction d’un domaine de l’action publique locale

A partir du travail qu’elles ont réalisé dans les archives de la municipalité du Cap (https://dalvaa.hypotheses.org/639), Sophie Didier (Université Marne-la-Vallée, Lab’Urba) et Marianne Morange (Université Diderot, CESSMA) ont communiqué leurs premiers résultats de recherche lors du congrès de la société française d’histoire urbaine qui s’est tenu le 20 janvier 2017, à l’UPEM (Université Paris-Est, Marne-la-Vallée – laboratoire ACP), sur le thème « Réformer le gouvernement des villes » (http://calenda.org/377927?lang=pt.)

Questionner le présent à partir du passé

Cette communication s’est intéressée aux inerties, ruptures et continuités de l’action publique locale au Cap en matière de régulation du commerce de rue. Pour aborder cette question, nous sommes remontées aux sources de la constitution de ce « problème » de gouvernement au tournant des XIXème et XXème siècles et durant le premier XXème siècle (des années 1920-1930 à l’avènement de l’apartheid en 1948).

La fin de la période victorienne est en effet marquée par l’entrée du Cap dans la modernité urbaine (croissance économique, développement du port, étalement urbain, essor de l’automobile, annexion par la municipalité du Cap de territoires voisins…). L’action publique est alors soumise à un certain nombre de tensions et d’incertitudes : la municipalité, qui existe depuis le milieu du XIXème siècle, commence à tester son pouvoir et ses marges de manœuvre par rapport au gouvernement colonial britannique, puis au gouvernement provincial dans le cadre de l’Union sud-africaine (à partir de 1910). Elle fabrique des outils de contrôle de ses espaces publics et délimite les frontières de son action en termes de compétences sectorielle et territoriales.

Les discussions sur le commerce de rue répercutent alors des débats plus larges : le contrôle des dynamiques démographiques et migratoires, l’urbanisation des populations africaines et la montée de la ségrégation, les problèmes de pauvreté et de l’emploi coloured, la division du travail dans la société coloniale et la tension entre libéralisme et protectionnisme, ou encore régulation-dérégulation de l’économie nationale. Face à ces enjeux, le commerce de rue devient un « problème » public majeur de l’action locale.

Notre travail porte sur la construction des normes de régulation du commerce de rue. Il vise à éclairer, à partir du passé, les rationalités de l’action publique locale contemporaine. La communication a porté sur la manière dont les normes pratiques qui régissent le commerce de rue (définies en termes de procédures, de catégories, de pratiques, de valeurs éthiques…) ont émergé et se sont consolidées durant ce premier XXème siècle. Au-delà de la difficulté pour la municipalité à stabiliser une politique et une pratique politique du fait de l’empilement des normes et de l’oscillation constante entre effort prospectif de planification et réaction bricolée ou improvisée, on a mis l’accent sur trois mécanismes fondateurs de cette production de normes :

  1. L’affirmation progressive d’une compétence locale
  2. La tension entre  contrôle par l’identification individuelle (ficher, classer, discriminer)  et contrôle par l’espace
  3. La constante hésitation entre mobilité forcée et fixation par un confinement territorial

Sources et méthode

Nos travaux portent sur le commerce itinérant et de vente mobile (hawkers ou de hawking). La question des marchés et des étals fixes, bien qu’elle soit liée à celle de l’ambulantage, relève d’autres dynamiques que nous étudions par ailleurs.

Le terrain d’étude est le centre-ville du Cap. C’est dans ce territoire en pleine recomposition que se posent les problèmes les plus aigus de trafic, de mobilité, de propreté et d’image. C’est à partir de ce dernier que la question du contrôle de l’espace public se formule et que sont définies les normes de l’action publique en la matière.

Les archives consultées sont les suivantes : archives de la municipalité du Cap, services techniques et service du City Clerk. Elles renseignent sur les débats quotidiens, les petits ou les grands problèmes auxquels ont été confrontés les fonctionnaires de la municipalité du Cap, sur les modalités de mise en place d’un cadre règlementaire et juridique en lien ou en rupture avec les autres échelons de gouvernement, sur les conditions de la montée en généralité politique à partir d’un problème local, ainsi que sur les rapports de force et le poids des conseillers municipaux Coloureds ou indiens dans ce débat fortement racialisé.

Un article est en cours de rédaction

Sophie Didier (sofdidier@gmail.com)
Marianne Morange (marianne.morange@univ-paris-diderot.fr)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *