Retour de terrain de Marie Bridonneau à Addis-Abeba (décembre 2016)

Retour de terrain de Marie Bridonneau à Addis-Abeba (décembre 2016)

La mission de décembre 2016 à Addis-Abeba fait suite à celle réalisée avec Sabine Planel en juin 2015 (http://dalvaa.hypotheses.org/462) et au partenariat monté avec une équipe de l’Université d’Addis-Abeba en 2016 (http://dalvaa.hypotheses.org/670).
En 2015, nous avions décidé de nous concentrer sur un unique site de condominiums en périphérie d’Addis-Abeba : Jemo. Nous avions ainsi tenté de situer notre approche du droit à la ville en observant les pratiques ordinaires des citadins nouvellement installés à Jemo. Nous avions détaillé les profils et stratégies des accédants au logement en condominium et tenté de déconstruire le lien mécanique accès au condominium / classe moyenne que sous-tendait un tel projet étatique de construction et d’attribution de logements. En tentant de défaire le nœud analytique entre expérience politique et citadinité, lequel s’exprime, dans le contexte éthiopien, par une triangulation entre émancipation sociale et politique, déplacement et réinstallation, et accès massif à la propriété privée, nous nous sommes heurtées à une situation incertaine, entre capacité des citoyens à produire un nouvel ordre social et politique, et reproduction d’un ordre ancien, associé à des formes d’encadrement très étroit.

Pour cette nouvelle mission, nous avons décidé de continuer l’analyse des structures d’encadrement social et politique en ville, entre reproduction, réinvention ou reformulation de l’ordre et des normes, en nous saisissant d’une institution qui organise la vie quotidienne en condominium, le comité.

Le comité s’apparente à un conseil syndical de copropriété. Ce n’est ni une structure étatique, ni une organisation coutumière. C’est une cellule hybride et, en cela, d’apparence assez nouvelle dans le contexte éthiopien. Elle nous apparaît donc comme particulièrement à même de donner à voir les tensions entre contrôle et émancipation puisque, très concrètement, elle est un lieu et un moyen d’exercer le pouvoir en condominium.

En juin 2015, à Jemo, nous avions identifié les comités comme des structures qui assurent, au sein de copropriétés rassemblant 6 à 12 immeubles d’habitations (soit 120 à 240 ménages), la gestion des espaces semi-publics, et notamment le bâtiment communautaire et les espaces non bâtis. L’ensemble des résidents devait payer au comité différentes « taxes » : pour l’emploi des gardiens, pour les frais de parking et,  de manière plus ponctuelle, pour des travaux d’embellissement ou de sécurisation : construction de chemins pavés dans le compound, clôture… Le comité était constitué de membres désignés parmi les propriétaires et, dans certains cas, employait un ou plusieurs gestionnaire(s). Les membres désignés du comité, à l’instar des gestionnaires, soulignaient les difficultés auxquelles ils étaient confrontés : qu’elles soient liées aux rumeurs de corruption ou de clientélisme qui couraient sur eux ; ou qu’il s’agisse des difficultés de paiement de certains habitants, qui mettaient en péril le bon fonctionnement du comité et, au-delà, l’élaboration d’un cadre de vie sécurisé et ordonné en condominium. La conduite d’un entretien[1] avec la gestionnaire d’un comité de Jemo avait tout particulièrement nourri notre analyse :

Entretien avec E., employée du comité pour les blocks 70 à 82, Jemo 3 (juin 2015). Extraits
Le bureau du comité, pour les blocks 70 à 82 de Jemo 3, contient un ordinateur, une imprimante, une télévision, une armoire avec des dossiers. Le bureau est établi dans le bâtiment communautaire.
A propos de l’installation à Jemo :
« Les résidents se sont installés dans ces blocks en 2014. Le comité a été établi en août 2014 : il a fallu trouver des volontaires pour occuper les postes de secrétaire, de trésorier, de président. Je suis la seule employée du comité : mon salaire est de 1300 birr/mois [soit environ 50 euros], auquel s’ajoutent 200 birr de per diem. Je suis la gestionnaire de ce comité. A propos de la gestion de la copropriété :
« Les résidents viennent payer au bureau (avant, il n’y avait pas de bureau, je mettais une table dehors un dimanche par mois, c’était difficile). Nous avons le bureau depuis quatre mois. Si quelqu’un ne paie pas, le résident ne pourra pas déménager ses meubles. Le document l’autorisant au déménagement ne lui sera pas délivré. Propriétaires et locataires doivent payer 30 birr par mois pour le gardien (et 60 birr de parking). Si le résident ne paie pas, le propriétaire reçoit une lettre de relance. Pour réaliser des travaux dans le compound (pavés, clôture), il faut que les propriétaires contribuent […]. Nous avons demandé 200 birr par foyer pour faire une clôture mais ce n’était pas suffisant.
« Pour s’installer dans son appartement, il faut montrer le titre de propriété au Comité, qui en fait une photocopie qu’il conserve. C’est indispensable pour pouvoir rentrer dans le condominium : la principale mission du comité est de vérifier la légalité des occupants.
« Nous n’avons pas de relations avec le gouvernement ».
A propos de la sécurité :
« Il y a des voleurs ici. Tout le monde a été convoqué pour une réunion, afin de discuter de la clôture et des chemins pavés. Il fallait se mettre d’accord sur 1000 birr/propriétaire (100 birr/ mois sur 10 mois). On a discuté jusqu’à ce que tout le monde soit d’accord.
« Le comité est chargé du recrutement des gardiens. Leur salaire est de 800 birr/mois. Les gardiens sont employés avec des contrats de 3 mois, renouvelables. Le gardien est employé après présentation de sa carte d’identité et attestation de garants.

En décembre 2016, j’ai pu conduire une douzaine d’entretiens auprès de propriétaires ayant été choisis pour être membre d’un comité, avec le souci d’appréhender la diversité des situations, d’un site de condominium à l’autre. Les comités enquêtés sont donc établis dans différents sites, et notamment : à Gerji, site pilote de logements condominium inauguré au milieu des années 2000 ; à Summit, dans un large site en périphérie d’Addis-Abeba, assez comparable à celui de Jemo ; à Bole Ayat, autre site périphérique au sein duquel est établi un comité qui a été érigé comme modèle par le gouvernement et dans les médias ; ou encore à Tafo Mebrat et Abadu Yeka dans des sites très récents, partiellement habités et où les comités sont en train de se constituer. Ces entretiens ont été menés dans le souci de dresser les contours des comités : les membres qui les constituent, les modes de désignation, d’inclusion et d’exclusion ; mais aussi leur fonctionnement quotidien : ce que l’on y fait, comment on le fait, comment s’ordonnent les relations entre membres, employés et résidents (propriétaires et locataires) ; et enfin les relations avec l’État (obtention de la licence auprès de la Municipalité, prégnance des fonctionnaires au sein des comités, recours, etc.). Le choix de réaliser des entretiens avec des comités de Gerji, site pilote de condominium établi dès 2005, a été motivé par l’émergence dans les entretiens de récurrences autour des échanges d’expériences d’un site de condominiums à l’autre, des pratiques de faire comité en condominiums, du modèle de comité, etc.

Photo 1. Tafo Mebrat, un site de condominium aux confins d’Addis-Abeba

Tafo Mebrat, un site de condominium aux confins d’Addis-Abeba. Crédits : M. Bridonneau, 2016

Photo 2. Gerji, le « site pilote »

Gerji, le « site pilote ». Crédits : M. Bridonneau, 2016

Voici, à partir d’extraits d’entretiens, quelques premiers apports de ce travail de terrain :

Les contours des comités : de l’empowerment à la mise en ordre et aux normes

Entretien à Tafo Mebrat avec G., retraité
« Notre site de condominiums a été construit l’an dernier. […] Dès notre arrivée, nous avons créé un comité, d’abord un comité temporaire. Nous avons ensuite appelé tous les habitants pour une réunion, et avons alors pu constituer un comité permanent. Nous nous sommes inspirés de ce qui se faisait dans d’autres condominiums. Nous avons décidé de constituer un comité de 15 membres, sélectionnés pour deux ans. Bien sûr, personne ne dit ‘choisissez-moi’ pendant une réunion, mais on repère ceux qui connaissent bien la communauté et qui sont capables d’être membre, alors on les désigne. […]  Pour nous, un tel comité, c’est un système nouveau et indispensable au regard de notre nouveau mode de vie. Nous en avons besoin pour la sécurité, la propreté. Nous en avons besoin pour contrôler ».

Je propose ici cet extrait car il permet de mettre en évidence la construction d’une norme, le « faire comité » qui s’impose d’un site de condominium à l’autre, comme une pratique qui se transmet de lieu en lieu depuis une dizaine d’années. Derrière cette pratique réside à la fois le souci d’exprimer sa capacité d’agir et de s’ériger en communauté ; et celui de mobiliser une collectivité et de créer du contrôle social. La sélection des membres du comité est à ce titre révélatrice. Personne n’est candidat, la désignation émerge du collectif :

Entretien à Bole Ayat avec T., 37 ans, guide.
« Nous avons été choisis parce que pendant les réunions, nous étions ceux qui prenions la parole : les gens avaient une bonne image de nous, nous faisaient confiance. Ils nous ont choisis ».

Les membres sont choisis parmi « ceux qui parlent », c’est-à-dire les leaders d’opinion, charismatiques et audibles par la communauté. Ces mêmes membres se mettent au service de la collectivité. Ils ne doivent pas tirer de revenus de leur fonction. Certains refusent les défraiements et, dans leurs discours, mettent en avant leur désintéressement :

Entretien à Gerji 1 avec B., vice-administrateur du comité, 54 ans.
« Nous travaillons bénévolement. Seulement 100 birr [environ 4 euros] sont concédés à l’administrateur général, pour ses frais de téléphone ; 50 birr pour le vice-administrateur général, mais moi j’ai refusé.

Les membres du comité sont régulièrement soumis au contrôle des habitants, qui exigent que leur statut soit légal et leurs activités reconnues par les autorités, notamment en matière de taxation :

Entretien à Abadu Yeka, Tafo avec A., 50 ans, consultant
« J’ai obtenu ce logement mars 2016, via la loterie, dix ans après avoir candidaté. Quand nous sommes arrivés, les travaux n’étaient pas terminés. […] Nous nous sommes rassemblés en juillet 2016, nous étions cinq. Nous avons rencontré des problèmes en voulant collecter de l’argent : une dame nous a accusés d’être un comité illégal, de travailler sans licence et sans délivrer de reçus. Elle est allée se plaindre à l’administration du district, mais là-bas on lui a répondu qu’elle disait n’importe quoi, que ce genre de comité pouvait collecter de l’argent sans reçu parce que cela fonctionne de cette manière dans tous les [nouveaux] condominiums. […] Après, quand les gens ont commencé à arriver, ils sont venus nous voir, notamment pour se raccorder à notre compteur. Cela a permis de créer une communauté, de nous lier. Une fois que ces problèmes ont été réglés, nous nous sommes rassemblés pour organiser un comité qui règlerait les problèmes et travaillerait au développement. Pour l’instant, nous avons le comité, mais nous n’avons pas le manuel. Nous attendons le manuel et la licence pour exister officiellement.

Dès qu’ils le peuvent, les comités se font enregistrer auprès des autorités urbaines, obtiennent une licence et se voient délivrer un « manuel » édité par l’Agence du logement, c’est-à-dire un guide de gestion de la copropriété.

Ainsi, si les comités peuvent prendre des formes diverses au moment des premiers rassemblements de propriétaires, ils sont ensuite rapidement réordonnés par les dispositifs officiels :

Entretien à Summit avec Y., 30 ans, Président de comité
« Le Comité rassemble 6 blocks. Il porte le nom de « Balerahi Comité » (« Le comité de la Vision »). […] Depuis 2015, je suis membre du comité. Avant, le comité n’était pas très fort. Les gens s’étaient rassemblés en arrivant et organisés en comité pour contrôler les ordures, sécuriser les lieux, avertir les nouveaux arrivants. C’était un comité informel. Puis les habitants ont commencé à demander des reçus. Moi-même je leur ai dit : je ne vous donnerai rien sans reçu en échange. Ils ont dit d’accord, sont allés au Bureau du Commerce et de l’Industrie de notre district. […] Les objectifs du comité sont : la sécurité, faire de ce compound un lieu agréable à vivre, résoudre les conflits de voisinage, contrôler et faire respecter le manuel, en avertissant oralement, puis par lettre et en faisant payer une amende si nécessaire.

Ces quelques extraits mettent en évidence les tensions qui président à l’élaboration des comités, entre expression d’un pouvoir d’agir ensemble, en tant que nouveaux propriétaires et exigence d’institutionnalisation.

Le comité au quotidien : « développement », contrôle et taxation

Au quotidien, les comités s’emploient essentiellement à trois tâches :

  • « le développement » du lieu de vie : s’inscrire dans des logiques entrepreneuriales et dégager des revenus ; sécuriser et embellir des parties communes
  • le contrôle et la surveillance du lieu de vie
  • la taxation
Entretien à Bole Ayat avec T., 37 ans, guide.
« Notre comité est vraiment particulier : […] nous avons été un modèle pour les autres. […] Le fait que notre comité soit composé de personnes instruites, âgées et travaillant pour le gouvernement nous a été très utile. […] Notre communal [bâtiment communautaire] était tellement sale, il n’était pas correctement utilisé, pour la cuisine seulement. Nous avons décidé de le louer à un médecin qui voulait ouvrir une nouvelle clinique. Il a payé 4 ans de loyer, que nous avons fixé à 2700 birr par mois. Ces revenus nous ont permis d’améliorer notre compound : nous avons planté des arbres, des plantes. Nous avons fait un jardin. Nous sommes devenus un objet d’attraction pour le gouvernement ».
Entretien à Abadu Yeka, Tafo avec A., 50 ans, consultant.
« Nous avons commencé à préparer le parking et les espaces verts. Notre objectif est de trouver un moyen de générer des revenus. Nous voulons faire un bon parking et faire payer les visiteurs 5 birr/jour.

Entretien à Gerji 1 avec B., 54 ans.
« Nous travaillons comme agents immobiliers : quand nous assurons ces fonctions, nous demandons 200 birr au locataire, 200 birr au propriétaire. Nous avons aussi un ‘TIN’ (numéro d’identification fiscale) pour faire commerce de certains biens ».

Ces extraits d’entretien mettent en évidence la dimension entrepreneuriale du comité, sans doute une dimension majeure de ces structures qui émergent dans le contexte éthiopien, à côté de l’État ; notamment à la faveur du projet de logement condominium qui, rappelons-le, est avant tout un projet d’accès massif à la propriété privée.

Entretien à Abadu Yeka, Tafo avec B., 30 ans, chauffeur de tuc-tuc
« Notre objectif principal, c’est le développement : dresser la clôture, paver la route, verdir, construire un parking. La clôture doit nous protéger du bétail qui rentre et vient manger nos plantes. Nous demandons 50 birr à chaque habitant : 10 pour le gardien, 40 pour le nettoyage. […] Nous contrôlons aussi la propreté nous-mêmes : depuis chez moi, je regarde qui jette des ordures et j’interpelle ceux qui font cela, je leur demande pourquoi ils agissent de la sorte. Je contrôle cela depuis ma fenêtre. […] Dans notre comité, nous avons aussi trois personnes qui travaillent à la ‘résolution des conflits’, ce sont les anciens du compound ».

Les travaux de développement sont les mêmes dans tous les sites de condominium où nous avons pu enquêter : fermeture/sécurisation (construction et entretien d’une clôture) et embellissement (plantations et pavage des chemins).

Photo 3. Attestation de prix remis par le district de Bole au site de Gerji 1 en 2012 pour les travaux de propreté et d’embellissement

Attestation de prix remis par le district de Bole au site de Gerji 1 en 2012 pour les travaux de propreté et d’embellissement. Crédits : M. Bridonneau, 2016

Ils justifient des levées de fond exceptionnelles, tandis que la taxation régulière sert essentiellement à payer les salaires des gardiens et assurer la propreté des lieux. La surveillance et le contrôle sont aussi des tâches que s’adjoignent les membres des comités. Parallèlement à la contestation à laquelle ils s’exposent (cf. supra), ils exercent une autorité sur l’ensemble des résidents :

Entretien à Gerji 1 avec B., 54 ans.
« Les règles et règlements sont très stricts : le locataire, pour quitter les lieux, doit demander au propriétaire de venir, pour vérifier la maison avec les membres du comité. Nous avons de solides mécanismes de contrôle. Il y a aussi un formulaire à signer pour quitter le condominium. Nous ne faisons pas face à de fortes plaintes, si ce n’est pour le paiement. Mais les gens paient. Nous avons de bons résidents. Il n’y a pas de gros problèmes.
Entretien à Summit avec Y., 30 ans.
«  Parfois, il peut y avoir de la résistance. Par exemple, pour construire la clôture, la contribution était de 900 birr. Certains ne voulaient pas payer, disant qu’ils ne pouvaient pas. Mais nous les avons convaincus et la plupart ont payé. Un résident a fait des problèmes, disant que c’était trop cher, a refusé de payer. Le mois dernier, lui et sa famille ont voulu partir. A ce moment-là, nous avons confisqué ses affaires ».

L’exercice du pouvoir en condominium passe par ce comité, qui compte toujours de sept à quinze membres, se réunit régulièrement et est renouvelé tous les deux à trois ans. Les relations de ce comité avec les pouvoirs publics traduisent les transformations en cours des institutions éthiopiennes.

Des comités indépendants du pouvoir de l’État ?

 Les autorités urbaines, au niveau des districts, enregistrent les comités et leur donnent des directives de fonctionnement, via la délivrance d’une licence et d’un « manuel ». Elles érigent aussi certains comités en modèle de marche à suivre ; les réunissent pour favoriser « les échanges d’expérience » ; et surtout les utilisent comme des relais pour être au contact des « classes moyennes » établies en condominium.

Entretien à Abadu Yeka, Tafo avec A., 50 ans, consultant
« Avant que la communauté ne s’organise, les officiels de l’Agence du logement sont venus et nous ont rassemblés. Ils nous ont orientés sur les bonnes manières d’utiliser le bâtiment communautaire, mais ils ne nous ont rien dit à propos du comité. Je n’ai reçu aucune directive du gouvernement ou de toute autre organisation.
Entretien à Gerji 1, avec D., pharmacien
« Le comité a l’air indépendant. Mais en période d’élections, le gouvernement utilisera le comité pour faciliter les réunions. Et puis, il y a des règles de vie en condominium qui viennent de l’administration urbaine : le volume de la musique… Tout est écrit dans le manuel. Pour fixer un clou dans un mur, tu as besoin d’une autorisation, il faut respecter les règles ».
Entretien à Summit avec Y., 30 ans.
«  Une fois, ils ont invité tous les comités de condominiums au Ghion Hotel. Ils voulaient que nous partagions nos expériences. Ils nous ont présenté un diaporama powerpoint : avec un exemple de bon comité, un exemple de mauvais comité. L’un était un compound propre, l’autre était sale. Ils ont dit, nous allons vous aider à faire de votre compound, un espace beau, propre, grâce à l’échange d’expériences. Après la réunion, ils ont oublié ! Ils ont dit qu’ils viendraient nous aider, mais rien ne s’est passé. Ils ne font jamais rien de ce qu’ils annoncent.

 Au-delà des discours ironiques ou ambigus quant à « l’absence » de l’État au sein des comités, et de la gestions des espaces sociaux que sont les sites de condominium, il apparaît qu’affleurent dans tous les entretiens les transformations de l’État et des rapports État-société, l’émergence du propriétaire-entrepreneur et la réinvention d’un fort contrôle social et politique. On fait donc ici l’hypothèse que ce contrôle ne passerait plus uniquement par les cellules du Parti ou par les formes locales de gouvernement mais aussi par ces comités de copropriété qui encadrent la vie quotidienne des classes moyennes urbaines établies les condominiums d’Addis-Abeba.
Cette mission a aussi été l’occasion d’organiser un séminaire au département de sociologie de l’Université d’Addis-Abeba avec les présentations des étudiants et chercheurs investis dans le programme DALVAA (http://cfee.hypotheses.org/1732).

[1] Les entretiens réalisés lors des missions de 2015 et 2017 son réalisés soit en amharique, soit en anglais. Les extraits proposés ici en français ont été traduits par nos soins.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *