Séance séminaire DALVAA : « droit à la ville, légitimité, légitimations citadines »

Dans le cadre du séminaire DALVAA, la séance du 18 mars 2016 est organisée par Sophie Didier et Pascale Philifert et sera consacrée au thème « droit à la ville, légitimité, légitimations citadines », à partir de 9h30, dans la salle 345, bâtiment Olympe de Gouges, Université Paris Diderot.

Dans ce cadre, nous avons le plaisir de vous annoncer deux présentations:

Hélène Hatzfeld, Titulaire d’un doctorat d’Etat en science politique, Centre de recherche sur l’Habitat, LAVUE (UMR 7218 Cnrs), “Quelle légitimité pour les habitants des villes ?

Carole Bignon, doctorante au CESSMA, Université Paris Diderot, « Les processus de légitimation citadine dans les espaces irréguliers de Douala »

Programme droit à la ville et légitimités_DALVAA

 

Présentation par Marco Di Nunzio, “An inverted social contract. Development, political authoritarianism and the production of marginality in inner city Addis Ababa, Ethiopia » (1/02/2016)

Dans le cadre du séminaire DALVAA, Marco Di Nunzio, (Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporaines – Université Libre de Bruxelles) présentera ses travaux le 1er février 2016, à partir de 9h30 dans la salle 870 au laboratoire CESSMA.

An inverted social contract. Development, political authoritarianism and the production of marginality in inner city Addis Ababa, Ethiopia Lire la suite

Communication à la conférence « Rethinking Cities in the Global South. Urban Violence, Social Inequality and Spatial Justice » (20-23 janvier 2016)

Dans le cadre de la conférence internationale Rethinking Cities in the Global South. Urban Violence, Social Inequality and Spatial Justice, qui aura lieu à Mumbay du 20 au 23 janvier 2016, Marianne Morange, Francesca Pilo’ et Amandine Spire présentent une communication titrée:

« The right to the City and City Dwellers’ Experience in Accra, Cape Town and Rio de  Janeiro ».

The paper proposes to reframe the debate on the right to the city (RTTC) from a Southern perspective. We argue that the specificities of the urban condition in the global South call for another understanding of the RTTC as a placed-based right that is actually exercised through everyday city practices.

 

Session co-organisée par Sophie Didier à RC21: « Right to the city, right to memory »

La prochaine conférence RC 21Research Committee on Urban and Regional Development de l International Sociological Association (RC21) aura lieu à Mexico du 21 au 23 juillet 2016. Le thème général sera: The transgressive city: Comparative perspectives on governance and the possibilities of everyday life in the emerging global city.

L’appel à communication est ouvert et les propositions doivent être envoyées aux responsables de session avant le 31 janvier 2016.

Dans ce cadre, Sophie Didier co-organise avec Grégory Busquet une session titrée

« Right to the city, right to memory » Lire la suite

Présentation par Sara Dorman, « Citizenship and the bifurcated state in Zimbabwe » (27/11/2015)

Dans le cadre du séminaire DALVAA, Sara Dorman, (Politics & International Relations (PIR), School of Social and Political Science, University of Edinburgh) présentera ses travaux le 27 novembre 2015, à partir de 9h30 dans la salle 870 au laboratoire CESSMA.

‘Citizenship and the bifurcated state in Zimbabwe’

Photo Dormann

Starting with the mass clearances known as ‘Operation Murambatsvina’, the paper explores how urban planning and norms about urban and rural life inform and interpellate ideas about statehood, citizenship and voting rights.   The paper both critiques and builds upon Mamdani’s notion of the ‘bifurcated state’ to explore the remarkable durability of colonial notions of order and productivity, and the implications this has for democratic norms and expectations in contemporary Zimbabwe.  In this way it situates citizenship in African states in a broader context  – not simply based on legal positions, nor claims to autochthony, but drawing also on ideas about ‘worth’ and contribution to the polity.  As this suggests, we need to move beyond instrumental accounts of citizenship, and examine the ways in which these norms are embedded in processes of state-making.

Retour de terrain à Quito, par Aurélie Quentin

Aurélie Quentin a réalisé un premier terrain à Quito en mars 2015. Elle nous présente les premiers résultats et pistes de réflexion.


1. La régulation du commerce de rue dans le centre historique de Quito

Après une période de très forte instabilité politique entre 1996 et 2006 (8 présidents se succèdent en 10 ans dont 3 sont révoqués dans des conditions « para-constitutionnelles) sur fond de grave crise économique, l’Equateur prend son « virage à gauche » en 2006 avec l’élection de Rafael Correa et renoue avec la croissance économique.

Durant cette même période, la municipalité de Quito a opéré son processus de modernisation municipale – avec l’appui de la banque interaméricaine de Développement, bénéficiant paradoxalement d’une certaine stabilité politique à l’échelle locale permettant une relative continuité de l’action. Lire la suite

Retour de terrain à Cape Town, par Myriam Houssay-Holzschuch

Myriam Houssay-Holzschuch a réalisé un premier terrain à Cape Town. Elle nous présente les premiers résultats et pistes de réflexion.


L’idée de droit à la ville en Afrique du Sud, Marianne Morange le soulignait ici « est désormais mobilisée dans un large spectre politique, à la fois par des associations de défense des citadins pauvres, par des think tank d’inspiration libérale, par des ONG réformistes, ou par des mouvements de contestation, notamment pour dénoncer les fondements idéologiques du projet politique de l’ANC ». L’auteure souligne ainsi l’ambivalence de l’expression, qui prend sur le terrain capetonien une dimension supplémentaire : la métropole est dirigée par le principal parti d’opposition à l’ANC, qui s’attache donc à faire de la ville une vitrine de son projet politique. Ce dernier s’inscrit précisément dans la tension entre marketing urbain – proposer une ville durable, attractive à l’échelle globale pour touristes, services et investisseurs – et politiques de réduction des inégalités, via notamment la fourniture de services urbains. Ce jeu de funambule est rendu plus périlleux encore par les entrecroisements de légitimités et de compétences au sein même de l’espace métropolitain, entre municipalité, province, organismes nationaux (certains services de protection de la nature par exemple) et État central, entrecroisements éventuellement doublés de concurrences politiciennes. Lire la suite

Mémoire de M1 sur les reconfigurations socio-spatiales autour de changements infrastructurels à Abidjan

Alex Kadjomou N’guessan, étudiant du master 1 Géographie et Science du Territoire à l’Université Paris 7, a réalisé un mémoire en partenariat avec le programme de recherche DALVAA. Il nous présente ses résultats de recherche.

Les reconfigurations socio-spatiales autour d’une infrastructure majeure dans une métropole post-conflit : les oubliés du 3ème pont à Abidjan.

Mémoire de Master 1 réalisé par Alex Kadjomou N’guessan

Sous la direction d’Amandine Spire

A l’approche des élections présidentielles d’octobre 2015, l’heure du bilan sonne pour le régime Ouattara mis en place depuis le dénouement dramatique de la précédente campagne. Dans ce contexte le 3ème pont d’Abidjan est plus que jamais d’actualité car symbole d’un mandat (2010-2015) consacré à la réalisation de grandes infrastructures dans toute la Côte-d’Ivoire. Cependant, on ne saurait réduire l’importance du 3ème pont à une œuvre promouvant le seul mandat du régime au pouvoir, c’est davantage la récente histoire politique, sociale et urbaine d’un pays traversé de tensions dont elle en est le miroir. Ce sont ces différentes dimensions que notre étude consacrée aux impacts sociaux de la réalisation sur les populations riveraines a mis en exergue, en suivant la trame de la décennie (1999-2011) de crise politico-militaire en Côte-d’Ivoire. Lire la suite

Présentation par Luisa Moretto « Planification urbaine et droit à la ville: une perspective du Sud »

Dans le cadre du séminaire DALVAA, Luisa Moretto (Centre de recherche HABITER, Université Libre de Bruxelles) présentera ses travaux le 2 octobre 2015, à partir de 9h30 dans la salle 830 au laboratoire CESSMA.

Planification urbaine et droit à la ville: une perspective du Sud

 image Luisa

This presentation would like to put into context and bring into the current scientific debate the alternative practices and imaginaries related to the right to the city, which have emerged at various scales. It does it by addressing issues of resource distribution, equity, rights, democracy and differences. The aim is to critically examine their claims and values in order to envisage new urban imaginaries capable of better representing the pluralities of society, expanding the envisioned democracy that through centuries we have been able to imagine, but not realize, and responding to the multiple challenges and needs that the contemporary city seems incapable of addressing in its present state. The African and Latin American case studies presented offer the opportunity to expand our knowledge about strategies and tools which are useful for translating the imaginaries into socio-spatial projects to build better cities. It also allows for checking our progress, because a definite solution does not exist, we are preceding by trial and error, therefore a monitoring mechanism becomes fundamental.

Séminaire du programme DALVAA (2015-2016) « Repenser le droit à la ville depuis les villes du Sud »

Séminaire du programme DALVAA (2015-2016)
« Repenser le droit à la ville depuis les villes du Sud »

Axe « Production, politiques et pratiques de la ville », Laboratoire CESSMA

Salle 870, Olympe de Gouges, rue A. Einstein, 75013

Coordination : Marianne Morange, Francesca Pilo’ et Amandine Spire Lire la suite

Mémoire de master 1 « Les San à Gaborone: l’étude d’une absence »

Bertrand Feriot, étudiant du master 1 Géographie et Science du Territoire à l’Université Paris 7, a réalisé un mémoire en partenariat avec le programme de recherche DALVAA. Il nous présente ses résultats de recherche.

Les San à Gaborone : l’étude d’une absence

Bertrand Feriot

Sous la direction de Marianne Morange

avec le soutien du programme DALVAA

« Monsieur le Président, stoppez cette guerre, c’est un génocide, non désiré par les Batswana et que l’on ne pourrait gagner même en un millénaire ! (…) Je vous en prie, demandez la paix et mettez fin à cette guerre »

 

La « question » San au Botswana, un enjeu national

C’est par cette supplication que Michael Dingake, journaliste au Mmegi, le quotidien le plus lu du Botswana, conclut son article « Campaign to boycott Botswana Tourism by Survival International » publié mi-novembre 2013. Lire la suite

Thèse en cours sur les processus de légitimation citadine dans les espaces irréguliers de Douala au Cameroun

« Les processus de légitimation citadine dans les espaces irréguliers de Douala au Cameroun »

Thèse en cours dirigée par Laurent Faret (CESSMA) et Marianne Morange (CESSMA)

Carole Bignon, Doctorante (géographie), Laboratoire CESSMA, Université Paris Diderot

 

Objectifs de la thèse

Ma thèse de doctorat porte sur l’affirmation d’un « droit à la ville » compris comme processus de légitimation citadine dans des espaces irréguliers centraux et périphériques de Douala (Cameroun). Par « légitimation citadine » j’entends l’ensemble des processus par lesquels les citadins vivant dans des quartiers où l’irrégularité foncière est la norme parviennent à se faire une place en ville en affirmant leur bon droit à y demeurer. Lire la suite

Retour de terrain à Mexico par Anna Perraudin

Anna Perraudin a réalisé un premier terrain à Mexico. Elle nous présente les premiers résultats et pistes de réflexion.

Le Droit à la Ville pour les populations indiennes à Mexico

à travers l’accès à la propriété du logement

Anna Perraudin

A l’instar d’autres pays du Sud, le Mexique a entrepris depuis les années 1990 de reconnaître la diversité culturelle de sa population : les populations autochtones (qualifiées, au Mexique, d’indiennes [1]), qui souffrent d’inégalités sociales persistantes et de discriminations ethno-raciales, sont visées  (Gros et Dumoulin Kervran 2011). Cette impulsion a pris une tournure particulière à Mexico, gouvernée depuis 1997 par le PRD, Parti Révolutionnaire Démocratique, qui s’identifie comme un parti de gauche [2]. Lire la suite