L’essor du tourisme dans la favela Santa Marta (Rio de Janeiro) : changement social et « pacification » territoriale ?

L’essor du tourisme dans les favelas de Rio de Janeiro : effet de contexte et objet d’étude

Le Brésil, destination touristique fort prisée du tourisme international et la ville de Rio en particulier (1,5 million de touristes en moyenne par an entre 2014 et 2015), ont connu ces dernières années une forte augmentation du nombre de touristes internationaux. Cela fait suite à l’accueil de deux méga-événements sportifs : la Coupe du monde de la FIFA organisée au Brésil en 2014 et les Jeux Olympiques, hébergés par Rio de Janeiro en 2016. L’accueil de ces méga-événements a été vivement contesté par une partie de la population. Ces grands événements ne semblent pas avoir apporté la manne tant attendue.

Dans le cadre de ma recherche, je me suis intéressé aux dynamiques touristiques à Santa Marta, une favela parmi les 800 recensées à Rio de Janeiro. Lire la suite

Le droit à la nature au Cap (Afrique du Sud) : gérer les parcs urbains dans une ville divisée

Ce billet a été rédigé par Laura Jonnard, actuellement étudiante au M2 « pratiques du développement Paris 1- Paris 7. Il présente les résultats d’une recherche effectuée en 2015-2016 dans le cadre d’un M1 de géographie, à Paris Diderot.

L’émergence d’une demande de droit à la nature et d’un modèle plus juste de gestion des espaces verts dans le contexte post-apartheid

La ville du Cap, en Afrique du Sud, est une ville au lourd passé de ségrégation raciale. Située au cœur de l’un des six hotspots du monde (point chaud) de la biodiversité, la Ville du Cap se trouve confrontée à la nécessité de préserver ce patrimoine naturel exceptionnel tout en maîtrisant le processus d’urbanisation très rapide dans cette métropole émergente et par ailleurs fortement ségréguée. Lire la suite

Présentation du travail de recherche DALVAA de Cyril Bérard

« Droit à la ville de fait » et la politique du logement social à Quito

Cyril Bérard, étudiant en Master 2 Ingénierie du Développement Territorial de l’Université Grenoble Alpes, a réalisé un mémoire de recherche sous la direction d’Aurélie Quentin (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et Myriam Houssay-Holzschuch (Université Grenoble Alpes) en partenariat avec le programme DALVAA. Sur le terrain à Quito (Équateur), il a bénéficié d’un accueil à l’université FLACSO. À quelques jours seulement de la conférence mondiale HABITAT III, Cyril nous présente son travail de recherche sur le « Droit à la ville de fait » et la politique du logement social à Quito, effectuée à partir de données recueillies entre mai et juillet 2016.

Contexte et questionnements de recherche

Lire la suite

Mémoire de M1: Les investisseurs étrangers dans les favelas de la zone sud de Rio de Janeiro

Antoine Rey, étudiant en Master 1 de Géographie, Sciences des Territoires de Université Paris Diderot, a réalisé un mémoire de recherche sous la direction de Marianne Morange (Université Paris Diderot) et Francesca Pilo’ (Université Paris Diderot) en partenariat avec le programme DALVAA. Sur le terrain à Rio de Janeiro, il a pu bénéficier de la direction de Neiva Viera da Cunha (UFRJ – UERJ) et d’un accueil au laboratoire LeMetro. Il nous présente sa recherche effectuée à partir de données recueillies entre février et avril 2016.

Les investisseurs étrangers dans les favelas de la zone sud de Rio de Janeiro

Rio de Janeiro était encore récemment au cœur d’une attention médiatique internationale avec les Jeux Olympiques d’août 2016 où le sport était à l’honneur, mais aussi où les médias étrangers ne manquaient pas de peindre une carte postale de la ville tantôt exotique et paradisiaque, tantôt chaotique et dramatique. Lire la suite

Retour de terrain à Maputo par Karine Ginisty – Janvier/février 2015 et juillet/août 2015

Le travail de terrain a consisté à dresser une étude des stratégies entrepreneuriales développées à l’échelle de la zona quente (zone chaude en portugais), un des quartiers centraux de Maputo, principal marché de la prostitution de la capitale. Les pratiques prostitutionnelles exercées dans la zona quente sont organisées autour d’une multitude de règles qui concernent la mise en danger des corps mais qui permettent de garantir la place des femmes en ville. Lire la suite

Retour de terrain de Francesca Pilo’ à Lomé (février 2016).

Cette mission de terrain à Lomé s’inscrit dans une recherche collective réalisée avec Amandine Spire et Pascale Philifert (billet à venir) dans le cadre de l’axe 2 du programme de recherche « Normes et contraintes dans les pratiques d’occupation de l’espace urbain ».

Après avoir réalisé une thèse sur la régularisation du service d’électricité dans les favelas de Rio de Janeiro (Pilo’ 2015), cette première mission à Lomé m’a permis d’explorer une situation urbaine où l’accès au service d’électricité n’est pas autant généralisé. Elle s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche qui vise à questionner dans quelle mesure et comment le service d’électricité affecte la manière dont le lien socio-politique est produit en ville, et plus largement, à réfléchir à l’articulation complexe entre contexte politique, production infrastructurelle et production de la citadinité et citoyenneté au niveau urbain. Lire la suite

Mémoire de M1: réinstallation des commerçants de rue déguerpis à Agbalépédogan, Lomé.

Natacha Gourland, étudiante en Master 1 de Géographie à l’ENS de Lyon, a réalisé un mémoire de recherche, sous la direction d’Amandine Spire et de Julie Le Gall, en partenariat avec le programme DALVAA. Elle nous présente sa recherche effectuée à partir de données recueillies entre février et avril 2016.

Le devenir des commerçants déguerpis dans le quartier d’Agbalépédogan à Lomé Droit au commerce, devoir à la ville ?

Lire la suite

Retour de mission à Rio de Janeiro par Aurélia Michel

Retour de terrain d’Aurélia Michel à Rio de Janeiro, du 15 au 28 avril 2015

Projet : Aux sources du Droit à la ville ? Race et condition urbaine à Rio de Janeiro dans la transition métropolitaine brésilienne (1920-1950)

  1. Contexte : le droit à la ville au Brésil et à Rio.

Cette recherche historique sur Rio de Janeiro part du constat de l’importance au Brésil de la notion de droit à la ville, théoriquement et politiquement, en particulier son rôle dans les processus de démocratisation après la dictature, au milieu des années 1980. A cette époque, l’émergence de la gauche brésilienne prend largement appui sur des mouvements et des revendications de réforme urbaine et de justice urbaine, tant en termes d’accès aux ressources urbaines que de reconnaissance de la citoyenneté, tandis que l’habitat illégal constitue une des principales questions sociales dans les grandes villes (favelas). Lire la suite

Retour de terrain, Accra, avril 2016

Armelle Choplin. De retour au Ghana, accompagnée d’Amandine Spire et de Marianne Morange. Pour cette deuxième mission (la première avait eu lieu en 2015), les repères sont là mais l’étonnement est toujours de mise, à la vue de cette capitale africaine qui ne ressemble pas à celles que j’ai eu l’occasion d’arpenter. Accra pourrait être renommée capitale des « Etats-Unis d’Afrique ».

Lire la suite

Retours de terrain d’Amandine Spire à Lomé (Togo), février 2016

Etre un citadin « affecté » à Lomé : l’ordinaire et la « douce » contrainte

Amandine Spire
14 – 23 février 2016

En fin de journée, à la « cité » de Djagblé, les enfants parcourent les larges voies non asphaltées et rectilignes qui n’ont pas été baptisées. Peu d’activités occupent l’espace public jalonné de tas de briques, de sable et de divers matériaux de constructions qui côtoient de jeunes arbustes sous lesquels errent quelques chèvres et poules. Le château d’eau domine la cité symbolisant l’histoire particulière et récente de la cité : il s’agit du secteur de réinstallation de citadins ayant quitté l’emprise d’une nouvelle infrastructure majeure de la métropole, le Grand Contournement de Lomé. Eloigné, la cité est un terrain nu que les citadins ont investi sous les directives de l’Etat, en compensation des logements quittés en 2011. La Cité de Djagblé m’évoque les narrations des habitants du Nouveau Zongo qui, dans un tout autre cadre, avaient dû reconstruire leur vie dans le secteur de Togblékopé, en 1977 après le déguerpissement du centre-ville, à l’époque au-delà des limites de la ville… Lire la suite

Création d’un partenariat avec l’Université d’Addis-Abeba

Création d’un partenariat à Addis-Abeba entre 2 membres de Dalvaa et des chercheurs et étudiants éthiopiens.

Mission de février 2016 réalisée par S. Planel.

La mission de février 2016 à Addis-Abeba s’est concentrée sur la coordination de ce travail de partenariat qui implique un volet de formation important auprès d’étudiants éthiopiens. Ce partenariat est en construction depuis le lancement du programme. Sont associés un professeur de sociologie de l’université d’Addis-Abeba, Woldeab Teshome, et deux étudiants de Master 2 du même département, Bewunetu Zewdu et Dawit Gorems ainsi que Marie Bridonneau et Sabine Planel (DALVAA). Les deux étudiants ont été sélectionnés en juin 2015 et concrètement intégrés dans l’équipe en octobre 2015, à l’occasion d’une précédente mission de S. Planel. Lire la suite

Retour de terrain Sophie Didier et Marianne Morange,– mission au Cap (Afrique du Sud), 29 janvier 2016

Retour de terrain – mission au Cap (Afrique du Sud), 29 janvier 2016

Sophie DIDIER & Marianne MORANGE

Lors de cette mission de 2 semaines, nous avons travaillé sur les fonds d’archives de la City of Cape Town qui sont conservés au centre-ville du Cap. Il s’agissait de reconstituer les modalités de « construction du problème public » du commerce de rue au Cap, dans le temps long, c’est-à-dire à peu près depuis les débuts de la création de l’Union sud-africaine (1910). En explorant les dossiers des services techniques de la municipalité (échanges de correspondances avec des associations de résidents, des syndicats de commerçants de rue, ou des commerçants individuels, ou encore échanges entre les services techniques de la City), nous avons pu observer la mise en place progressive d’un encadrement politique de ces activités, encore largement insaisissables par le gouvernement local dans la première moitié du XXème siècle. Lire la suite

Retour de terrain à Quito, par Aurélie Quentin

Aurélie Quentin a réalisé un premier terrain à Quito en mars 2015. Elle nous présente les premiers résultats et pistes de réflexion.


1. La régulation du commerce de rue dans le centre historique de Quito

Après une période de très forte instabilité politique entre 1996 et 2006 (8 présidents se succèdent en 10 ans dont 3 sont révoqués dans des conditions « para-constitutionnelles) sur fond de grave crise économique, l’Equateur prend son « virage à gauche » en 2006 avec l’élection de Rafael Correa et renoue avec la croissance économique.

Durant cette même période, la municipalité de Quito a opéré son processus de modernisation municipale – avec l’appui de la banque interaméricaine de Développement, bénéficiant paradoxalement d’une certaine stabilité politique à l’échelle locale permettant une relative continuité de l’action. Lire la suite

Retour de terrain à Cape Town, par Myriam Houssay-Holzschuch

Myriam Houssay-Holzschuch a réalisé un premier terrain à Cape Town. Elle nous présente les premiers résultats et pistes de réflexion.


L’idée de droit à la ville en Afrique du Sud, Marianne Morange le soulignait ici « est désormais mobilisée dans un large spectre politique, à la fois par des associations de défense des citadins pauvres, par des think tank d’inspiration libérale, par des ONG réformistes, ou par des mouvements de contestation, notamment pour dénoncer les fondements idéologiques du projet politique de l’ANC ». L’auteure souligne ainsi l’ambivalence de l’expression, qui prend sur le terrain capetonien une dimension supplémentaire : la métropole est dirigée par le principal parti d’opposition à l’ANC, qui s’attache donc à faire de la ville une vitrine de son projet politique. Ce dernier s’inscrit précisément dans la tension entre marketing urbain – proposer une ville durable, attractive à l’échelle globale pour touristes, services et investisseurs – et politiques de réduction des inégalités, via notamment la fourniture de services urbains. Ce jeu de funambule est rendu plus périlleux encore par les entrecroisements de légitimités et de compétences au sein même de l’espace métropolitain, entre municipalité, province, organismes nationaux (certains services de protection de la nature par exemple) et État central, entrecroisements éventuellement doublés de concurrences politiciennes. Lire la suite