Le « droit à la ville » au Sud

Ce projet de recherche s’inscrit dans la lignée des travaux récents sur la justice spatiale qui offrent des pistes pour renouveler la question du droit à la ville dans le cadre transdisciplinaire des études urbaines. La question du droit à la ville (DALV) a été formulée par Henri Lefebvre dans (et sur) les villes du Nord et dans un contexte historique très précis ; elle était chargée, en 1967-68, d’une forte portée critique contre l’hégémonie de certaines formes d’urbanisme caractérisées par la planification et le fonctionnalisme et contre l’éviction des classes populaires des quartiers centraux. Henri Lefebvre incarne une sociologie à vocation militante et critique pour dénoncer le capitalisme en portant particulièrement attention à la vie quotidienne (marquée par l’entrée dans la ‘modernité’ commandée par le marché), en faveur de l’invention d’une nouvelle quotidienneté.

L’idée de droit à la ville bénéficie aujourd’hui d’un immense engouement dans le monde académique, dans les milieux militants et dans la sphère des grandes agences internationales. Elle a commencé à se diffuser au Sud, dans les villes notamment latino-américaines, indiennes et sud-africaines (voir notamment Parnell et Pieterse, 2010 ; Pereira, Perrin, 2011 ; Zerah, Dupont, Tawa-Lama, 2011 ; Samara et al. 2012).

Notre équipe de recherche propose de déplacer les débats sur cette notion, en discutant sa pertinence, son intérêt et sa valeur heuristique à partir des villes du Sud, loin du terrain sur lequel cette pensée a vu le jour et a été le plus discutée : les villes du Nord, pour les travaux en lien direct avec la pensée originelle de Henri Lefebvre (Lefebvre, 1968 ; Jouve, 2009 ; Costes, 2010), et surtout les villes nord-américaines qui cristallisent les débats les plus actuels sur les déclinaisons et variations récentes sur ces questions (Purcell, 2003 ; Mitchell, 2003 ; Brenner et al., 2002). Dans ce cadre, nous opérons une double rupture : on ne souhaite pas procéder à une simple translation au Sud, des travaux d’Henri Lefebvre ; on ne souhaite pas, par ailleurs, s’enfermer dans une querelle d’experts autour de la portée de l’œuvre lefebvrienne (souvent teintée d’une tendance à l’hagiographie et à l’orthodoxie théorique ou militante). Nous avons choisi d’utiliser la notion de droit à la ville comme un concept exploratoire de processus de normalisation éthique et de production de normes du juste et de l’injuste dans les villes du Sud.

 

Références bibliographiques

Brenner, N. & N. Theodore (eds.) , Spaces of neoliberalism: urban restructuring in North America and Western Europe, Blackwell : Oxford, 2002.
Costes L., 2010, « Le droit à la ville de Henri Lefebvre : quel héritage politique et scientifique ? », Espaces et Sociétés, vol. 140-141 (1-2), p.177-191.
Jouve, B., Colin B., Taylor P. (ed.), 2009, Urban policies and the right to the city : the UN-HABITAT and UNESCO joint project, Lyon : Presses universitaires de Lyon [congrès des Nations Unies]
Lefebvre, H., 1968, Le droit à la ville. Collection Société et Urbanisme. Paris, Anthropos
Mitchell, D., 2003, The Right to the City: Social justice and the fight for public space, Guildford Press: New York.
Parnell S., Pieterse E., 2010, The ‘Right to the City’: Institutional imperatives of a developmental state, International Journal of Urban and Regional Research 34(1), p. 146-162
Pereira E., Perrin M., 2011, « Le droit à la ville. Cheminements géographiques et épistémologique (France – Brésil – International) », L’Information Géographique, vol. 75, p. 15-36
Purcell M., 2003, “Citizenship and the right to the global city: reimagining the capitalist world order, IJURR, 27(3), p. 564-90
Samara T., Shenjing He, Guo Chen, 2012, Locating Right to the City in the Global South, To Be Published December 12th by Routledge, p. 312
Zerah MH., Dupont V., Tawa-Lama R. (dir), 2011, Urban Policies and the Right to the City in India. Rights, Responsibilities and Citizenship, New Delhi, Unesco et centre des sciences humaines

Une réflexion au sujet de « Le « droit à la ville » au Sud »

  1. Good afternoon,
    I would like to know if you might have postponed the deadline for the abstract submission. Thank you and best regards,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *