Les axes de recherche

Le programme est structuré autour de trois axes qui questionnent chacun différemment les processus de construction de normes. Ces trois entrées sont travaillées par trois sous-groupes de travail coordonné chacun par un ou deux membres de l’équipe :

Axe 1. Répertoires et registres de légitimations

Responsable d’axe : Sophie Didier

Il s’agit de centrer l’analyse sur les processus de légitimation, explicités dans la sphère publique, via des discours militants et politiques au sens large (il ne s’agit pas seulement des politiques publiques ou de la politique, mais ce qui est relatif à la chose publique, à la cité). Quels sont les registres mobilisés et par quels acteurs ? Et surtout quelle est la portée normative de ces revendications ? Cet axe de travail intègre notamment les travaux sur la légitimation par le recours à la mémoire, en tant qu’elle est publiquement exprimée et clairement formulée par ceux qui s’en saisissent, et où elle peut être articulée sur les politiques urbaines.

Objets d’étude : Enjeux de mémoires et droit à la ville à Mexico ; politique du logement à Mexico ; action publique au Cap et à Lomé

Chercheurs associés à cet axe : Sophie Didier, Myriam Houssay-Holzschuch, Anna Perraudin, Pascale Philifert.

Villes concernées : Le Cap, Lomé, Mexico,

Axe 2. Normes et contraintes dans les pratiques d’occupation de l’espace urbain

Responsables d’axe : Marianne Morange et Amandine Spire

Cet axe questionne ce que l’on appelle ici le “droit à la ville de fait”: la manière dont les citadins ordinaires dessinent les contours de « leur » droit à la ville à travers des pratiques quotidiennes et routinières dont la régularité et la prévisibilité questionnent la norme. Il analyse le sens que ces citadins accordent à leurs pratiques (la construction pratique d’une idée du juste dans l’expérience citadine) et la fabrique des subjectivités liées à l’émergence de nouvelles logiques de pouvoir et de contrôle socio-spatial.

Objets d’étude : commerçants de rue et marché au Cap, à Quito et Lomé ; espaces-temps post-éviction à Addis-Abeba, Lomé et Accra ;  droit à la ville électrique à Rio de Janeiro

Chercheurs associés à cet axe : Marie Bridonneau, Armelle Choplin, Marianne Morange, Francesca Pilo’, Sabine Planel, Aurélie Quentin, Amandine Spire.

Villes concernées : Accra, Addis-Abeba, Le Cap, Lomé, Rio de Janeiro, Quito

 

Axe 3. Invisibilité/visibilité des pratiques minoritaires

Responsables d’axe : Laurent Faret et Catherine Fournet-Guérin

Ce groupe met l’accent sur la question de l’arrivée et du maintien en ville : le droit à être en ville et à le sécuriser (en fonction de temporalités et trajectoires diverses). Privilégiant une approche ethnographique, le groupe interroge les processus de socialisation et de maintien en ville au prisme de la notion de visibilité, dans ses relations ambivalentes à la ville : quel sens et rôle attribué à l’invisibilité de certains groupes citadins ? Est-ce une ressource ou une contrainte, une forme d’assignation ? Peut-on défendre un droit à être invisible en ville ?

Objets d’étude : prostituées de Maputo, quartier de Rio de Janeiro, quartier de groupe étranger à Maputo, migrants originaires d’Amérique centrale à Mexico.

Chercheurs associés à cet axe : Laurent Faret, Catherine Fournet-Guérin, Karine Ginisty, Aurélia Michel

Villes concernées : Maputo, Mexico, Rio de Janeiro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *