Les membres de l’équipe

Le programme s’articule principalement autour de trois laboratoires parisiens connus pour leurs traditions de recherche sur les Suds et sur les questions urbaines : le CESSMA (porteur du projet), l’UMR PRODIG et l’équipe Mosaïques de l’UMR LAVUE. Le groupe est constitué de géographes, de trois urbanistes, d’une historienne, d’une sociologue et d’une politiste tous spécialistes des métropoles du Sud.

Porteur du projet: Amandine Spire

Coordination scientifique : Marianne Morange, Francesca Pilo’ et Amandine Spire

Membres de l’équipe: Marie Bridonneau, Armelle Choplin, Sophie Didier, Laurent Faret, Catherine Fournet-Guérin, Karine Ginisty, Myrian Houssay-Houzschuch, Aurélia Michel, Marianne Morange, Anna Perraudin, Pascale Philifert, Francesca Pilo’, Aurélie Quentin, Amandine Spire.


marieMarie Bridonneau, Maître de Conférences en géographie à l’Université Paris Ouest Nanterre, membre de l’UMR LAVUE, équipe Mosaïque, bridonneaumarie@gmail.com

Mes activités de recherche questionnent les relations entre patrimoine, pouvoir et ville, relations qui se donnent particulièrement à voir dans le cadre des processus de restructuration urbaine, tout particulièrement dans le contexte éthiopien. Dans le cadre du programme DALVAA, Sabine Planel et moi adoptons une entrée commune sur la recréation d’un rapport à la ville à l’occasion d’un changement d’habitat plus ou moins marqué par la violence du déracinement. Cette réinvention de la place en ville est traitée par des enquêtes ethnographiques menées dans différents condominiums (en centre et en périphérie), c’est-à-dire dans ces nouveaux ensembles résidentiels résultant de politiques publiques de logement engagées dans les années 2000. Tandis que Sabine Planel s’intéresse à la reconstruction des appartenances via le renouvellement des structures associatives, je questionne les mémoires et le maintien (ou non) des liens au lieu de vie précédent que ce soit dans les pratiques ou dans la mobilisation des imaginaires.


armelle choplinArmelle Choplin, Maître de Conférences, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, armelle.choplin@univ-paris-est.fr

Je m’intéresse à la production urbaine en Afrique et dans le monde arabe. Je m’attache à confronter la ville planifiée par les acteurs institutionnels et privés avec celle fabriquée par les habitants. Je m’intéresse aux questions de circulation des modèles urbains, des conflits et mobilisations des populations marginales. Mes travaux portent tout particulièrement sur les questions foncières, l’habitat précaire, la planification urbaine et sa réception, les migrations. Dans le cadre de DALVAA, je conduis des recherches à Accra (Ghana). L’objectif est de travailler sur la fabrique urbaine en regardant les normes qui se mettent en place, celles-ci émanant à la fois des instances dirigeantes de la ville et des pratiques quotidiennes des habitants. Le travail de terrain porte sur un quartier précaire qui a fait l’objet d’un programme de régularisation foncière et par conséquent d’évictions.


dalvaSDSophie Didier, Maître de Conférences en géographie à l’Université Paris 13, chercheure à l′UMR LAVUE 7218 – équipe Mosaïque, sofdidier@gmail.com

Géographe spécialisée dans les études urbaines, je travaille depuis vingt ans sur des processus de moyenne et longue durée de construction du pouvoir dans la ville. Jai travaillé en Californie sur lévolution des régimes de croissance du comté dOrange, et en Afrique du Sud avec Marianne Morange sur la circulation, la réception et la transformation locale des modèles de sécurisation des espaces publics au Cap. Je minterroge actuellement sur la notion de crise et sa signification pour les producteurs de la ville, à Johannesburg en particulier. Dans le cadre du programme DALVAA, je mintéresse plus particulièrement à la manière dont les processus de légitimation des populations dans la ville sappuient sur des registres mémoriels, et de manière annexe à la façon dont le tri se fait entre différentes échelles de mémoires dans la construction et la représentation des identités urbaines.


P1010997Laurent Faret,  Professeur en géographie à l’Université Paris-Diderot et membre du laboratoire CESSMA (UMR 245, Paris Diderot, INALCO, IRD), faret@univ-paris-diderot.fr

Mes travaux portent sur les dimensions territoriales des migrations internationales dans les Amériques, en particulier sur la production d’espaces transnationaux de circulation et d’ancrage, sur la mise en réseau des groupes et des territoires et sur l’impact des mobilités sur les dynamiques du développement local et régional. Dans le cadre du programme DALVAA, je m’intéresse aux conditions d’arrivée et d’insertion des migrants centraméricains dans la ville de Mexico. A partir d’une lecture des trajectoires de mobilité incluant différents espaces (de départ, de transit, d’installation plus ou moins longue), j’interroge les modalités d’un droit à la ville pour des populations dont les modes d’ancrage sont spécifiques, pris dans des processus concomitants d’installation/migration, de visibilité/invisibilité, de participation ou non à des formes d’expression d’un droit. Dans le cadre de la démarche collective du programme, il s’agit d’interroger les modalités d’expression d’un droit à la ville pour des populations dont les représentations sont construites dans un cadre plus large que l’espace urbain d’insertion.


MINOLTA DIGITAL CAMERACatherine Fournet-Guérin, Maître de Conférences HDR à l’Université de Reims Champagne Ardenne, catherine.fournet@univ-reims.fr

Je travaille notamment sur les minorités étrangères dans les villes d’Afrique, sur la notion de cosmopolitisme urbain issu des nouvelles circulations migratoires Sud-Sud, et sur les pratiques et les représentations des habitants et sur les questions d’inégalités socio-spatiales, dans une perspective de géographie sociale et culturelle. Dans le cadre du programme DALVAA, je s’intéresse à Maputo aux modalités d’insertion urbaine d’habitants d’origine étrangère. En particulier, les habitants récemment installés dans la capitale tels les Chinois et les Burundais feront l’objet de l’attention : quelles pratiques et représentations de la ville ? quelle reconnaissance en tant que citadin de la part de la société locale ? Être reconnu comme citadin peut être considéré comme une des formes du droit à la ville. Leur situation sera comparée à celle des Indiens nés à Maputo mais qui sont toujours considérés comme extérieurs à la citadinité et à la citoyenneté mozambicaine.


Karine Ginisty, post-doctorante à PRODIG, k.ginisty@gmail.com

Je suis titulaire d’un doctorat sur les inégalités d’accès aux services urbains (eau potable, traitement des déchets), les politiques publiques de justice spatiale et l’expérience citadine de l’injustice à Maputo au Mozambique.


MYRIAM HOUSSAY-HOLZSCHUC, GEOGRAPHE, PARIS, LE 20 MAI 2014.Myriam Houssay-Holzschuch, Professeure de géographie à l’Université Joseph Fourier de Grenoble, myriam.houssay-holzschuch@ujf-grenoble.fr

Je travaille sur les questions urbaines en Afrique du Sud et à Cape Town en particulier, dans une optique de géographie sociale, culturelle et politique. Je m’intéresse en particulier aux questions de ségrégation et déségrégation, d’espaces publics et de violence. Dans le cadre du programme DALVAA, j’examine d’un côté les questions de mémoires et les spatialités du changement social dans la ville, dans le contexte de l’Afrique du Sud contemporaine, pot-apartheid depuis plus de vingt ans. De l’autre, je m’intéresse aux espaces vacants, comme lieux de confrontation de légitimités au sein de la ville, et de constitution de publics spécifiques. (crédits photo: Didier Goupy)


 

portait AM FSSAurélia Michel, Maître de Conférences en Histoire des Amériques noires à l’Université Paris-Diderot et responsable de l’axe ville du laboratoire CESSMA. aurelia.michel@univ-paris-diderot.fr

Je travaille depuis quinze ans à la fois sur l’Amérique latine et la ville, à travers plusieurs projets interdisciplinaires (en géographie, sociologie et anthropologie). Mes recherches récentes portent sur la caractérisation des ressources urbaines et la manière dont les sociétés s’organisent pour y accéder, les produire ou les pérenniser, notamment parmi les populations vulnérables et les catégories populaires. Je m’interroge sur la manière dont les populations noires issues de l’économie esclavagiste brésilienne intègrent la métropole de Rio de Janeiro au début du vingtième siècle : comment se constituent des quartiers à forte concentration de population noire, comment ces populations cohabitent avec d’autres communautés migrantes, quels sont leurs différents usages de la ville entre termes de logement, d’accès aux ressources et de localisation. J’espère mettre ainsi en évidence les enjeux d’un droit à la ville qui structurent les rapports sociaux dans la ville brésilienne.


photoblogMarianne Morange, Maître de Conférences en géographie à l’Université Paris-Diderot, membre du laboratoire CESSMA (UMR 245, Paris Diderot, INALCO, IRD) et membre de l’Institut Universitaire de France, marianne.morange@univ-paris-diderot.fr

Je co-dirige le programme Dalvaa avec A. Spire. Je suis urbaniste et géographe, spécialiste des villes sud-africaines sur lesquelles je travaille depuis 15 ans, et j’ai travaillé de manière plus anecdotique à Nairobi (Kenya). Mes travaux actuels portent sur les liens entre néolibéralisation et dynamiques urbaines. Dans le cadre du programme Dalvaa j’interroge plus spécifiquement les processus de pouvoir qui président à la mise en ordre du commerce de rue au Cap, en particulier dans le centre-ville « régénéré » par les politiques de développement économique local néolibérales. Je mobilise pour cette analyse une grille de lecture néofoucaldienne.


???????????????????Anna Perraudin, Post-doctorante LabexMed, LAMES – UMR 7305, anna.perraudin@gmail.com

Je suis diplômée de l’IEP Paris et docteure en sociologie de l’EHESS (CADIS) depuis 2011. Dans le cadre du programme DALVAA, je travaille sur un programme de logement mis en place à Mexico au début des années 2000, à destination de groupes indiens (c’est-à-dire autochtones). Il prétend ouvrir, pour des populations pauvres, discriminées, migrantes, une insertion durable à la ville, en leur permettant de devenir propriétaires de leur logement, souvent dans des espaces centraux en voie de gentrification. L’intervention publique vise donc à contrer les dynamiques immobilières du marché privé. Mon objectif est d’analyser les discours et les normes qui légitiment ce projet de logement, en mettant en exergue les rapports de pouvoir entre acteurs, de comprendre les ressorts de cette politique originale, et d’en évaluer les résultats, plus de dix ans après la construction du premier immeuble.


photo PhilifertPascale Philifert, Géographe et urbaniste, professeur à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense et responsable du parcours M2 « Projets urbains et montage d’opérations », pascale.philifert@u-paris10.fr

Mes travaux portent principalement sur les politiques urbaines et les recompositions des systèmes d’acteurs en aménagement, les valeurs, les pratiques et les compétences des professionnels de l’urbanisme au Maroc confrontés aux changements des paradigmes de l’action et aux nouveaux processus d’action publique. Lors d’un précédent programme (Corus 2003-2006) il s’agissait d’étudier la ville de Lomé à travers la structuration des services municipaux (les services techniques notamment), la gestion des services urbains (propreté, ordures ménagères) confrontés aux nouvelles modalités de leur mise en œuvre (privatisation, gestion territoriale…) et les inégalités territoriales que ces politiques induisent. Dans le cade du programme Daalva, il s’agit d’analyser les relations entre projets urbains (projets infrastructures, etc) et déplacements de populations à Lomé. Il s’agit plus spécifiquement de comprendre et de confronter les registres de l’action publique et les registres d’action des ménages.

 


FrancescaPilo Francesca Pilo’, Post-doctorante au CESSMA, Université Paris 7, francescapilo.p@gmail.com

Depuis février 2015, je suis titulaire d’un doctorat en Aménagement Urbain réalisé dans le cadre d’une co-tutelle entre l’Université Paris-Est (France) et l’Université Fédérale Fluminense (Brésil). Mes recherches doctorales ont porté sur l’étude des politiques de gestion et d’accès au service d’électricité dans les favelas de Rio de Janeiro. Elles ont en particulier reposé sur l’analyse empirique des projets de régularisation du service d’électricité en confrontant leur conceptualisation par les acteurs institutionnels et leur appropriation par les habitants (abonnés particuliers et commerçants dans deux favelas). A travers une approche socio-technique des services urbains, mes travaux s’intéressent aux questions de citoyenneté et de traitement de quartiers irréguliers par les acteurs publics et privés. Dans le cadre de DALVAA, j’assure une mission d’appui à la gestion scientifique du projet, je favorise le dialogue comparatif entre les 8 terrains et je contribue à la production scientifique. Je souhaite poursuivre mes réflexions autour de la relation entre services urbains et droit à la ville dans les villes du Sud.


Sabine Planel, Chargée de recherche à l’IRD et membre de l’UMR PRODIG, Sabine.Planel@ird.fr

Je pratique une géographie du politique et m’intéresse particulièrement au fait autoritaire que je cherche à aborder par sa spatialisation et donc par son hybridité. J’ai travaillé sur des situations marocaines et travaille maintenant en Ethiopie. Dans le programme DALVAA, je conduis avec Marie Bridonneau et Woldeab Teshome une enquête sur les changements de résidence à Addis-Abeba à travers laquelle je travaille plus spécifiquement la question des « tontines ».  Pour les nouveaux accédants à la propriété en grande périphérie de la ville, le déplacement est l’occasion de redéfinir les liens sociaux, les subjectivités individuelles et les formes d’entraides financières. Si ces repositionnements répondent à des injonctions politiques nouvelles, je chercherais à savoir dans quelle mesure ils y résistent et affirment, par ce nouvel accès à l’espace urbain, un droit politique nouveau.


Quentin AurélieAurélie Quentin, Maître de Conférences à l’Université Paris-Ouest-Nanterre.

Dans le cadre du programme DALVAA, je travaille au sein de l’axe « Normes et contraintes dans les pratiques d’occupation de l’espace urbain ». J’explore les pratiques quotidiennes actuelles des vendeurs informels, issues du processus de rationalisation du commerce de rue opérée dans le cadre de la politique de régénération du centre historique de Quito depuis la fin des années 80.


photo amandineAmandine Spire, Maître de Conférences en géographie à l’Université Paris Diderot et membre du laboratoire CESSMA (UMR 245, Paris Diderot, INALCO, IRD), amandine.spire@univ-paris-diderot.fr

Avec Marianne Morange, je coordonne le programme DALVAA. Je travaille sur des questions urbaines et migratoires en Afrique subsaharienne dans une perspective de géographie sociale et du politique. Je suis actuellement engagée dans une recherche sur les rapports de pouvoir en ville, à travers l’étude des déplacements forcés intra-urbain et le droit à la ville. Dans le cadre du programme DALVAA, je mène des travaux à Lomé en binôme avec Pascale Philifert en interrogeant les processus de remise en ordre et en norme de la capitale togolaise (marquée par des pratiques de pouvoir autoritaires) par le biais de changements de places : que ce soit dans le cas d’un déguerpissement résidentiel ou dans le cas de la création d’un marché de quartier regroupant les commerçants de rue. A Accra, avec Armelle Choplin, nous explorons des processus similaires de production de nouvelles normes citadines dans un contexte politique considéré comme moins verrouillé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *