Les terrains

Huit villes alimentent un projet comparatif, fondé sur une série d’enquêtes de terrain inédites et situées à  Accra, Addis-Abeba, Le Cap, Lomé, Maputo, Mexico, Quito et Rio de Janeiro. Le recueil de données sur les terrain s’inscrit dans une démarche de recherche collective et qualitative.

Ces métropoles ont une ambition commune : se positionner en tant que villes compétitives et globales. A ce titre ce sont des villes qui font l’objet d’une attention particulière en matière de politiques publiques et où les compétences, les moyens et capacités institutionnelles sont suffisamment importantes pour porter l’innovation et la recherche de nouvelles manières de faire la ville, particulièrement dans les espaces vitrine que sont les centres-villes.

Une distinction fondamentale permet de souligner les complémentarités entre les 8 terrains retenus :

  • des villes où des processus de démocratisation sont en cours (décentralisation, participation citoyenne, gouvernance pluri-acteurs, etc.), où l’idée de droit à la ville est bien enracinée notamment dans la société civile, qui sont dotées d’une forte autonomie locale et apparaissent comme des émetteurs dans la circulation de cette notion : une ville postapartheid (Le Cap), une ville post-régime autoritaire où le pluripartisme et la participation citoyenne sont en essor (Accra) et les grandes villes latino-américaines (Rio, Quito, Mexico).
  • des contextes postcoloniaux autoritaires centralisés, où la constitution de l’idée de droit à la ville est revendiquée plutôt par le bas sous d’autres formes (les droits de l’homme dans la ville notamment). Les trois villes-laboratoires privilégiées pour ces questionnements renvoient à deux contextes différents : post-socialiste et post-conflit (Maputo), régime autocratique (Lomé, Addis-Abeba).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *