Retours de terrain, Lomé

Pascale Philifert et Amandine Spire ont réalisé un premier terrain à Lomé en novembre 2014

Recherche à l’articulation de l’axe 1 « Répertoires et registres de légitimation du droit à la ville » et de l’axe 2 « Normes et contraintes dans les pratiques d’occupation de l’espace urbain ».

Contexte et enjeux socio-politiques à Lomé

Inscrite dans le périmètre du Grand Lomé, la capitale du Togo regroupe aujourd’hui un peu plus d’1,5 million d’habitants (RGP, 2011) fruit d’une croissance démographique très rapide (4% en moyenne par an) et d’un étalement urbain considérable. Depuis 2009, les dynamiques politico-économiques de la métropole sont fortement marquées par la reprise de la coopération internationale suspendue après 1998 pour cause de « déficit démocratique ». Orientant directement l’agenda des politiques urbaines, la reprise de la coopération se traduit par une série de priorités développementales organisées selon trois directions : la lutte contre les inondations (l’entrée « risque ») ; la réfection des voies de circulation et la création de nouveaux axes routiers (création de rocades urbaines) ; l’électrification de l’espace public. Ces travaux s’accompagnent de nombreux déplacements de populations pour libérer des emprises foncières et « mettre en ordre » les espaces urbains.

La mise en chantier de la capitale togolaise s’inscrit toutefois dans un contexte politique autoritaire marqué par un profond blocage du processus de décentralisation (absence complète d’élections à l’échelle locale), particulièrement problématique dans une capitale acquise à l’opposition et pourtant gouvernée par le pouvoir central et son parti hégémonique (UNIR, ex RPT). L’espace public n’en est pas pour autant verrouillé dans la mesure où des demandes contestataires fortes s’expriment et s’affrontent sur le sol loméen. En novembre 2014, la demande de réforme constitutionnelle (en particulier la demande pour l’introduction d’une limite au nombre de mandats présidentiels consécutifs) cristallise le débat public et mobilise régulièrement les citadins.

Dans ce contexte politique autoritaire, les projets de création et de rénovation d’infrastructures se multiplient redessinant le rôle et la place de certains quartiers. La création des nouvelles infrastructures entraîne dans le même temps le déplacement et le replacement de certains citadins, contraints plus ou moins fortement à quitter leur lieu de résidence ou d’activité. Les déplacements intra-urbains induits par les projets urbains en cours à Lomé ne semblent pas l’objet d’un débat politique ou de mobilisations sociales quand bien même certains citadins sont déplacés malgré eux, dépossédés des ressources locales qui conditionnent leur activité et replacés dans des situations précaires qui paraissent dénier leur droit à la ville. Notre projet ne consiste pas à diagnostiquer ou analyser les grandes mutations induites par les récents projets urbains mais les considèrent comme le contexte principal pour questionner les processus de construction de normes vecteurs d’une redéfinition de la place du citadin et de son droit à être et avoir sa place en ville, dans les espaces temps post déplacements ou déguerpissements selon l’ampleur et la nature de la mobilité contrainte. La focale d’observation est tout d’abord celles des pratiques quotidiennes et des registres discursifs ordinaires, dans l’acceptation ou la contestation des places retrouvées ou assignées aux citadins.

 

Droit à la ville « de fait » : Vivre la ville après une période négociée

Le slogan programmatique du « droit à la ville » n’est pas connu ni reconnu à Lomé : nous n’avons relevé aucun usage à travers les échanges que nous avons pu avoir avec des acteurs institutionnels et ordinaires : représentants des institutions publiques (Municipalité, Service technique de la ville, Ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat, Comité Interministériel des Indemnités) ni du côté des structures associatives militantes et actives sur la question des droits urbains (LTDH, ATBEP, Mouvement Martin Luther King, etc.), ni lors des entretiens avec les citadins.

Les enquêtes ont cherché à questionner les processus de production de normes participant à la construction de la notion de droit à la ville. L’absence d’expression du droit à la ville sous une forme codifiée a entériné l’idée de placer la focale sur des situations normatives produites et traduites par des pratiques « normales » au sens où elles sont acceptées et mise en œuvre par tous. Comment, où et pourquoi ?

Nous essayons dès lors de saisir le droit à la ville à Lomé par le biais de la construction des registres discursifs de l’action publique, les pratiques ordinaires « des affectés » de grands projets urbains pour saisir la production et la reconstruction de normes sociales et éthiques. Le droit à la ville est alors analysé comme ce qui se construit à travers la négociation, la définition du sujet et des mécanismes de reconnaissance qui participeraient à faire accepter un nouvel ordre et de nouvelles normes urbaines.

Résumé des enquêtes

Cette première mission a consisté en la réalisation d’enquêtes qualitatives par entretiens essentiellement, articulés à des observations/visites de terrain accompagnée(s), avec des acteurs assez variés, dans des cadres d’énonciation permettant une certaine liberté de parole.

Une série d’entretien avec des acteurs institutionnels (Municipalité, Ministère Urbanisme, Grand Lomé), des représentants de mouvements politiques ou sociaux (Ligue Togolaise des Droits de l’Homme, Mouvement Martin Luther King, SADD, ATBEP) ont constitué un premier volet des enquêtes. Parallèlement, les enquêtes auprès des citadins ont mis l’accent sur la réception des politiques urbaines, sur les modes d’acceptation et de résignation face aux transformations urbaines, la genèse des objets de tensions et de contestation, l’inertie des pratiques et représentations après le déplacement forcé.

Deux objets d’études sont privilégiés pour saisir la reconstruction de normes sociales et éthiques post-déplacement :

De la route (en cours « modernisation ») au marché (Agbalépédogan)

IMG_0446IMG_0430

clichés auteurs, Lomé, novembre 2014

Le marché d’Agbalépodogan : quartier périphérique en cours de réaménagement (infrastructures) : réfection d’une large voie de circulation et construction d’un bassin de rétention d’eau (zone ciblée par le projet PURISE, projet européen « d’urgence de réhabilitation des infrastructures et des services électriques): récupération de foncier, déplacements (compensations sans relocalisation) déplacement des commerçants dans un nouveau marché.

Lors du terrain, le chantier de la route était en cours, les commerçants étaient déjà réinstallés dans le nouveau marché regroupant les commerçants installés auparavant le long de la route en travaux.

DSC04479IMG_0631

Clichés auteurs, Kégué, novembre 2014

La zone nord du grand contournement de Lomé (à l’Est de la route de Tsévié): récupération de foncier, destruction de bâti (tranchées visibles) déplacements dans un quartier délimité par la grande décharge de Lomé elle-même légèrement affectée par la déclaration d’utilité publique. Observation et entretien avec des riverains de la décharge et de la nouvelle rocade qui ont connu la période de travaux, l’expropriation de voisins, et la mise en place de la DUP. Le départ négocié des citadins installés sur l’emprise de la voie n’a pas fait l’objet de mobilisation politique et a été assez bien accepté. Dans l’après déplacement, deux directions d’enquête différentes : les riverains d’une part, les déplacés relocalisés dans le secteur de Djagblé (actuellement situé au-delà du Grande Lomé).

Questionnements

Quels sont les lieux et les moments qui nourrissent des discours de contestation ? Comment se construit l’idée d’injustice, à partir de quels objets, quels acteurs et comment se traduit-elle dans les pratiques citadines ? Si le projet en lui-même et le déplacement n’est pas source de contestation (et synonyme d’une injustice en soi) comment expliquer les glissements qui s’opèrent vers d’autres objets de contestation, liées à des pratiques routinières et quotidiennes ? Comment se construisent des gradients de tolérance différenciés face aux transformations urbaines en fonction des groupes sociaux et des recompositions du pouvoir ? L’hypothèse que nous posons devient la suivante : ce gradient de tolérance est fortement influencé à Lomé par la généralisation d’un traitement individualisé de la condition citadine par les pouvoirs publics dans un cadre prescriptif de plus en plus homogène et normé (qui ne revient donc pas à l’uniformisation des modalités de l’action publique).


2 réflexions au sujet de « Retours de terrain, Lomé »

  1. Ping : Mémoire de M1: réinstallation des commerçants de rue déguerpis à Agbalépédogan, Lomé. | DALVAA

  2. Ping : Retour de terrain de Francesca Pilo’ à Lomé (février 2016). | DALVAA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *