Commerçants étrangers d’origine africaine à Maputo (Mozambique). Quels droits à la ville ? -une publication de C. Fournet-Guérin

En décembre 2018, Catherine Fournet-Guérin a publié dans la revue en ligne Cybergéo un article intitulé « Les commerçants étrangers d’origine africaine dans les quartiers de Maputo (Mozambique).Quels droits à la ville ? », que vous pouvez consulter ici : https://journals.openedition.org/cybergeo/29808#quotation)

Cet article est issu de séjours de terrain effectués en 2015 et 2017 et d’échanges au sein du groupe de recherche « Repenser le droit à la ville depuis les villes du Sud ». L’idée centrale est d’envisager comment l’approche à partir de groupes migrants installés en ville peut contribuer à enrichir la notion de droit à la ville. En effet, loin de situations souvent décrites où les migrants étrangers sont ostracisés, la situation à Maputo au Mozambique révèle en fait une bonne insertion dans la ville, la construction de pratiques citadines sur le long terme et une bonne cohabitation au quotidien entre locaux et étrangers.

L’article est construit comme suit. Le Mozambique en tant que destination migratoire méconnue est tout d’abord présenté. On y explique pourquoi des Africains de nombreux pays s’y sont installés, en particulier dans le commerce de détail et de proximité dans les quartiers centraux et populaires, périphériques. Le contexte particulier du Mozambique y contribue : il s’agit d’un pays à orientation socialiste, qui déploie un discours accueillant et qui a noué des liens particuliers avec d’autres pays similaires, comme la Guinée-Conakry, d’où la présence de nombreux ressortissants. Surtout, nombreux sont les réfugiés originaires de la région des Grands Lacs, bienvenus au Mozambique. Ainsi le pays est attractif et plutôt accueillant comparé à d’autres Etats en Afrique. En outre, la capitale Maputo s’avère une destination privilégiée pour diverses raisons : possibilités d’activité économique, car c’est la seule métropole du pays ; mais aussi proximité géographique avec l’Afrique  du Sud, qui fait de la ville un sas pour certains migrants ayant ce pays pour objectif migratoire ; enfin, il ne faut pas négliger la part de hasard et le désir d’aventure qui conduit nombre de jeunes hommes africains à arriver à Maputo sans l’avoir réellement choisi.

Les représentations réciproques entre les locaux et les commerçants africains sont ensuite étudiées. Les Africains se déclarent très majoritairement satisfaits de leur vie à Maputo, développant une représentation positive de leur société et de leur ville d’accueil. Cela se traduit par une vie quotidienne bien insérée dans la citadinité locale, dans les loisirs, le culte ou les pratiques alimentaires par exemple. Réciproquement, les Maputéens développent des discours de tolérance et de bon accueil, tout en faisant état de craintes liées à la concurrence commerciale développée par les étrangers. Mais tous souhaitent se démarquer de l’image répulsive de l’Afrique du Sud voisine et des mauvais traitements infligés aux travailleurs étrangers, à commencer par les Mozambicains eux-mêmes. A cette aune est examinée la question du droit à la ville, entendu pour les étrangers comme le droit d’y habiter, d’avoir sa place dans l’espace public et d’être reconnu par tous comme citadins à part entière. Les lieux du quotidien et les spatialités des Africains à Maputo révèlent une bonne intégration à la vie citadine, avec l’existence de relations de sociabilité avec des Mozambicains. S’il existe certaines tensions (jalousie, crainte de la concurrence commerciale, réactions d’hostilité au nombre perçu comme important d’étrangers…), la situation à Maputo s’avère originale et atypique : des Africains ayant quitté leur pays, réfugiés ou non, apprécient leur ville d’accueil et y sont accueillis dans des conditions que tous considèrent comme positives, d’où la proposition de caractériser cet état de fait comme relevant de formes de droit à la ville pour ces étrangers.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.