Retour de terrain Cape Town, par Marianne Morange (23 nov. au 5 déc. 2014)

Retour de terrain Cape Town, par Marianne Morange

Mission de recherche menée du 23 novembre au 5 décembre 2014

Recherche dans le cadre de l’axe 2 « Normes et contraintes dans les pratiques d’occupation de l’espace urbain ».

  1. Le droit à la ville en Afrique du Sud : quelques éléments de contexte

 L’Afrique du Sud post-apartheid se situe apparemment en bonne place au court palmarès des pays du Sud qui contribuent à promouvoir l’idée de droit à la ville. Elle n’a cependant pas inscrit ce droit dans sa Constitution, comme l’a fait le Brésil, mais elle évoque plutôt des droits humains liés à la ville, tels que le droit de propriété, au logement ou à « l’environnement » (chapitre 2, Bill or Rights, sections 24, 25 et 26 www.gov.za/documents/constitution). Néanmoins, ce slogan est devenu très populaire en Afrique du Sud. Cela, sous la double influence des réformes néolibérales des années 2000 et de la préparation de la coupe du monde de la FIFA (2010) qui a causé de nombreuses polémiques liées au « nettoyage » social de l’espace urbain. L’idée de droit à la ville est désormais mobilisée dans un large spectre politique, à la fois par des associations de défense des citadins pauvres, par des think tank d’inspiration libérale, par des ONG réformistes, ou par des mouvements de contestation, notamment pour dénoncer les fondements idéologiques du projet politique de l’ANC. Ils en donnent évidemment des lectures contrastées. Cela reflète donc l’ambiguïté de cette notion qui peut prendre des contenus et des tours inégalement progressistes. Le projet politique des gouvernements ANC reflète également cette ambigüité. Ce dernier oscille entre développement, justice sociale et recherche de compétitivité économique globale. Cependant, le droit à la ville n’est pas réalisé pour tous les citadins. L’exclusion socio-spatiale se développe à l’encontre de ceux, fort nombreux, qui ne peuvent pas payer les services urbains désormais marchandisés, n’ont pas accès au sol urbain et restent exclus de l’économie urbaine formelle (le taux de chômage officiel est de 25% environ- SSA, labour force survey 2014).

 

  1. Le projet de recherche : du droit à la ville « dénié » au droit à la ville « de fait » pour les commerçants du centre-ville du Cap

 

Dans tous les cas, le droit à la ville est mobilisé autour de questions de logement et de services urbains, ce qui est aussi largement le cas au Nord d’ailleurs (voir les revendications de la RTTC Alliance aux Etats-Unis http://righttothecity.org/). Pourtant, l’injustice en ville ne se limite pas à ces questions. Dans toutes les grandes villes du pays, les pouvoirs métropolitains issus de la réunification du début des années 2000 (les « Unicities »), de puissantes entités politiques et gestionnaires très autonomes politiquement, promeuvent aussi des agendas de régénération urbaine qui sont souvent qualifiés « d’entrepreneuriaux », en référence aux travaux de D. Harvey (1989). Cette stratégie très territorialisée concerne surtout les centres-villes.

Malgré la commodification et gentrification du centre-ville du Cap, les mouvements contestataires n’ont pas inscrit la lutte contre ces phénomènes dans leur agenda. Les enjeux sociaux et les urgences sont ailleurs : dans les townships et les camps de squatters, là où se trouvent les logements populaires et les « débranchés ». Les seuls à réclamer le « droit au centre-ville » semblent être les commerçants de rue qui font l’objet de mesure de restriction de leur activité dans le cadre de la régénération urbaine. Leur présence est en effet problématique pour le gouvernement local car leurs pratiques s’insèrent mal dans le projet et la « vision » d’une métropole africaine de rang mondial. La remise en ordre dont ce commerce fait l’objet, lit-on dans la littérature académique et dans la presse, passerait par le déploiement d’un appareil répressif : réactivation d’un arrêté municipal colonial sur le commerce de rue et mise en place d’un document de politique publique locale spécifique visant le commerce dit « informel » qui ont permis de juguler, réguler et contrôler le commerce de rue dans le CBD. Les commerçants ne sont que 1400 environ et tous travaillent sous un système de permis unifié, centralisé par la Ville du Cap.

En 2008-2009, dans le cadre de deux autres programmes de recherche (le programme Jugurta sur la justice spatiale, dirigé par Ph. Gervais-Lambony et un programme CORUS « la voix des pauvres dans la gouvernance urbaine, dirigé par Cl. Bénit-Gbaffou et A. Mabin), j’ai commencé par étudier les conflits qui se sont déroulés, quand la Ville du Cap a déplacé les commerçants du centre-ville afin de « mieux » accueillir la coupe du monde de la FIFA. Les méga-évents constituent en effet des moments de crise où le droit à la ville est brutalement « dénié ». Pourtant, si les conflits étaient bien réels, ils n’ont pas mené à une bataille violente sur le terrain. J’ai montré que l’absence de recours massif à la violence d’Etat était lié à un processus de gouvernance spécifique au Cap, une « inclusion participative », qui a contribué au « succès » de la remise en ordre « douce » de 2010 (Morange 2015).

Dans le cadre du programme DALVVA, je m’intéresse à présent au moment post-crise pour comprendre les processus de pouvoir à l’œuvre. Au-delà du moment de la démonstration de force, de l’expression de la souveraineté de l’Etat local sur l’espace public, que se passe-t-il ? C’est la pérennité des mises en ordres spatiale et sociale opérées en 2010, leur routinisation, qui m’interroge : l’ordre spatial instauré au Cap en 2010 perdure et la place du commerce de rue dans le projet de régénération urbaine n’est toujours guère discutée publiquement, pour l’instant du moins. Je m’intéresse à la mise en ordre « tranquille », quotidienne, presque invisible des espaces marchands, 5 ans après la coupe du monde.

 

  1. L’enquête de terrain : un suivi ethnographique d’un « petit » laboratoire d’analyse

Pour cette mission, je suis revenue sur un « vieux » terrain d’enquête que je fréquente depuis le début des années 2000 : le greenmarket Square. Il s’agit de l’une des plus anciennes places publiques du centre-ville du Cap. Elle est dotée d’une forte valeur sur le plan patrimonial et économique. Elle attire le tourisme national et international et se situe au cœur du périmètre de « régénération urbaine ». Cette place publique est occupée depuis la fin des années 1980 par un petit marché d’artisanat, destiné aux touristes. Ce dernier a pris une forte ampleur dans les années 1990 avec l’arrivée de migrants venus de RDC, du Kenya, du Cameroun, du Sénégal qui se sont lancés dans le commerce de « souvenirs » africains (masques, statuts, tissus, bijoux…).

Ce petit marché (200 stands, voir photos) est doté d’une identité très spécifique. C’est le seul marché d’artisanat dit africain au Cap (outre les nombreuses boutiques du centre-ville). Il est ancien. On y trouve les mêmes commerçants, installés souvent depuis plus de 15 ans. C’est un « milieu » social et professionnel où les connaissances interpersonnelles sont fortes. Le marché est aussi parcouru par des tensions très fortes entre « migrants » africains et commerçants sud-africains (sur fond de xénophobie plus large de la société sud-africaine – on se souvient de la violence des tueries xénophobes de mai 2008). La question du droit à la ville pour les commerçants du greenmarket Square se pose donc en des termes très particuliers, et très différents de ce que l’on observe dans les townships où le commerce de rue fait aussi l’objet de régulation (système de permis, création de marchés…). Ici, c’est la faiblesse des revendications (elles sont plus nettes et plus fortes dans les townships) et leur faible articulation avec les débats sur la régénération urbaine néolibérale qui interroge. Le greenmarket Square constitue donc pour moi un laboratoire d’étude des processus de pouvoir dans la ville néolibérale. Mais les observations menées sur ce terrain ne sauraient être étendues à toute la ville. Pour cela, d’autres terrains doivent être développés dans le futur (projet en cours, voir volet formation).

P1080802P1280600  P1280631

Crédits photographiques: Marianne Morange © (2009 et 2014)

En 2009, la Ville avait tenté de déplacer ce marché pour créer un « FIFA fan park ». Les commerçants avaient résisté à cette tentative et négocié leur « normalisation sociale et spatiale » sur place à travers un processus participatif que j’ai analysé. Le prix de cette normalisation / stabilisation spatiale avait été une diminution de la taille du marché et un passage sous la tutelle du gouvernement local (le permis et une reprise en mains de la gestion du marché par la Ville). La participation avait par ailleurs enclenché un processus d’assimilation des commerçants dans la rationalité entrepreneuriale de la Ville, en promouvant une rhétorique de la respectabilité et de la responsabilisation individuelle qui avait fortement miné les possibilités de résistance collective (Morange 2015).

En 2014, je suis revenue mener une enquête dans ce marché. La force de l’ordre est-elle encore liée à une capacité publique de répression et de coercition ou voit-on émerger des rapports de pouvoir d’une autre nature ? Tous les commerçants sont désormais officiellement enregistrés auprès de la Ville et travaillent dans le cadre d’un système de permis individuel qui régule leur activité, en tant que commerçants individuels. Comment cette formalisation et cet encadrement de leur activité renforce-t-elle la normalisation sociale entamée en 2009 ? Quel type de contrat social s’est reconstruit entre l’Etat local et les commerçants ? Quels autres processus participent éventuellement de la « bonne » marche quotidienne du marché ? Outre les mesures de contrôle et de répression directes (l’expression d’une souveraineté de l’Etat qui s’exprime par la loi directement et par les agents de l’Etat), je fais l’hypothèse que d’autres processus de pouvoir sont à l’œuvre. Je mobilise un cadre de lecture néofoucaldien pour les cerner.

Mon enquête repose sur des entretiens semi-directifs et libres, combiné à un dispositif d’observation directe non participante. Il s’agit d’observer le droit à la ville « de fait », la manière dont se négocie au quotidien une place dans la ville pour ces commerçants et les relations de pouvoir à l’œuvre autour de cette négociation discrète et banale.

  1. Les principales questions de recherche

Dans ce cadre, je travaille dans 2 directions :

A) l’idée d’une mise en ordre de l’espace par la surveillance panoptique individuelle et collective de l’espace marchand et de ses abords liés à une discipline des corps. Ce travail repose sur une observation des micro-pratiques spatiales et sociales du marché, sur les effets de frontières, de limite, de débordement, de placement, de postures, de positionnement … Au-delà de l’apparente « indifférence » proclamée qui règnerait sur le marché (résumée pour grand nombre de commerçants par le « je m’occupe de mes affaires »), des règles de fonctionnement collectives sont instaurées, actualisées, mises en œuvre, mais aussi apprises et transmises quotidiennement qui relèvent de contraintes indirectes. Je m’intéresse à la fois aux régularités, à la transmission des normes de fonctionnement social, mais aussi aux moments de rupture de l’ordre, de micro-chaos qui perturbent les conduites ordinaires et introduisent de l’inattendu, de l’imprévisibilité dans les conduites.

B) je questionne par ailleurs la formation/promotion d’un ethos entrepreneurial individualiste parmi les commerçants qui fonctionnerait comme force de normalisation sociale par inclusion des pauvres dans le projet entrepreneurial de l’Etat. Cette partie de mon travail engage un travail sur la formation des subjectivités entrepreneuriales, leurs spécificités, leurs contours mais aussi leurs limites et la manière dont elles se combinent avec d’autres registres de rationalité (la xénophobie par exemple). Je m’inspire des études dites de gouvernementalité pour comprendre comment les commerçants sont des sujets libres, agissants et donc agis, qui participent de leur propre mise sous tutelle. Pour ce faire, je focalise mon attention sur plusieurs objets, espaces de subjectivisation, ou médiateurs, essentiellement :

  • Le rapport des commerçants aux normes légales (règlements, loi) : connaissance, marges de manœuvre, transgressions… et mise en pratique des normes légales.
  • Le sens qu’ils donnent à leur permis de travail individuel et la nature du contrat social avec l’Etat.
  • le rôle du comité qui représente les commerçants sur ce marché, structure située à l’interface avec la Ville, qui est présente sur le marché et qui « travaille » les subjectivités autant qu’il « réprime » les conduites.
  1. Quelques lectures

Harvey D. (1989) “From managerialism to entrepreneurialism: the transformation in urban governance in late capitalism”, Geografiska Annaler, Vol. 71b, n°1, 3–17.

Huchzermeyer Marie (2011). Cities with “slums”: From slum eradication to a Right to the City in Africa, Juta/UCT Press, Cape Town

Morange M. (2015 – sous presse) “Participation, neoliberal control and the voice of street traders in Cape Town: A Foucauldian perspective on ‘invited spaces’”, in Bénit-Gbaffou et al., The voice of the poor in urban governance: participation, mobilization and politics in South African cities, HSRC Press, Cape Town.

Oldfield S. & Stokke K. (2006). Building Unity in Diversity: Social Movement Activism in the Western Cape Anti-Eviction Campaign. In: Habib, A., Valodia, I., & Ballard, R. Globalisation, Marginalisation and New Social Movements. Durban: University of KwaZulu Natal Press, p. 25-49.

Pithouse Richard (2010) ‘Abahlali baseMjondolo & the Popular Struggle for the Right to the City in Durban, South Africa’ in Cities for All: Proposals and Experiences Towards the Right to the City, edited by Ana Sugranyes and Charlotte Mathivet, Habitat International Coalition, Santiago


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.