Retour de terrain à Maputo par Catherine Fournet-Guérin (24 avril au 2 mai 2015)

Retour de terrain à Maputo, par Catherine Fournet-Guérin

Mission de recherche menée du 24 avril au 2 mai 2015

Recherche dans le cadre de l’axe 3 « Invisibilité/visibilité des pratiques minoritaires »

L’avion, le hub, le monde

Pour rallier la capitale du Mozambique depuis la France en avion, plusieurs choix s’offrent. Depuis quelques années, le moins onéreux consiste à prendre un billet sur la compagnie Ethiopian Airlines, avec une escale de quelques heures à Addis Abeba. Heureux choix ! Le travail de terrain a pu commencer dès l’aéroport, où jamais je n’avais mieux ressenti ce qu’était un hub aéroportuaire : dans la vaste salle d’attente, circulent, mangent, discutent, somnolent, flânent ou jouent aux cartes des gens venus de Chine, d’Europe, d’Amérique du Nord, de toute l’Afrique, notamment francophone, et des pays du Golfe.

Les vêtements, leurs idiomes ou encore leur physionomie contribuent à les identifier. Jamais je n’avais eu l’occasion d’observer en Afrique de tels côtoiements cosmopolites. Je constate avec étonnement à quel point les travailleurs chinois sont nombreux, en groupes exclusivement masculins, attendant des vols pour différentes destinations en Afrique. Dont Maputo ! Assise à côté d’un ressortissant de RPC, je tente d’engager la conversation, mais en vain : mon voisin ne parle pas de langue européenne. A l’arrivée à Maputo, plusieurs de ces travailleurs sollicitent mon aide pour remplir le papier d’entrée sur le territoire, en caractères latins qu’ils ne peuvent ni lire ni écrire. J’apprends ainsi qu’ils ont entre vingt et cinquante ans, qu’ils ont un visa d’un mois, qu’ils résident dans Maputo, qu’ils sont déjà venus et qu’ils sont là pour un motif de travail. Ils arrivent en groupe, mais seuls, sans personne pour les aider à se repérer dans le monde administratif local.

Des lieux de sociabilité cosmopolites

Le chercheur dans la ville fréquente des lieux de sociabilité, ne serait-ce que pour se restaurer. L’observation de la fréquentation de ces lieux, tous situés dans la cidade, a été riche d’informations. Le caractère cosmopolite des restaurants est frappant, qu’il s’agisse des snacks tenus par des Indiens fréquentés le midi par une clientèle d’actifs riverains, des restaurants chinois bon marché ouverts ces dernières années, d’un restaurant indiano-chinois chic ouvert par un Indien originaire de Bombay[1] ou des voitures-cantines installées à l’heure du déjeuner dans le quartier d’affaires et commerçant de la Baixa : des femmes cuisinent, emportent marmites et couverts dans le coffre de la voiture, s’installent et proposent ces repas sur la pouce, dans la rue :

Photo 1

© Catherine Fournet-Guérin, avril 2015.

Le restaurant chinois sans nom – il s’est installé dans un ancien restaurant grec dont il reste l’enseigne – est emblématique de ces circulations cosmopolites fluides dans l’espace urbain central. Situé à un carrefour fréquenté, entre la rue du 24 Juillet et l’avenue Lénine, ce restaurant possède une décoration composite et témoignant de multiples influences culturelles : de grandes guirlandes de Noël accrochées en croix à un lustre en style rappelant le vénitien ; des rideaux roses en polyester avec des froufrous dorés ; entrée marquée par un rideau en plastique anti-mouches, fatigué ; des tableaux au mur, aux cadres dorés, mettent en valeur des plats chinois très colorés ; une télévision toujours allumée diffusant une chaîne sud-africaine anglophone payante, DSTv. Au mur pendent des fils électriques, signalant une installation vétuste, autour du climatiseur ou du grand réfrigérateur installé dans la salle centrale. La clientèle est diverse : Chinois certes, à toute heure du jour et du soir ; mais aussi familles mozambicaines de classe moyenne, dont un couple manifestement venu célébrer un événement heureux ; visiteurs européens de passage ; et l’activité à emporter rencontre un franc succès : le soir, plusieurs personnes, maputéennes, font la queue en regardant DSTv. Le restaurant chinois, qui ne propose qu’une cuisine chinoise, avec une carte en portugais, en anglais (tous les plats sont photographiés) et en chinois, attire ainsi une clientèle très diverse. Bien loin d’être un restaurant ethnique, il est ouvert à tous les citadins, résidents ou de passage, locaux ou étrangers. On y observe ce que j’ai appelé des « pratiques créolisées », à savoir que les citadins fréquentent des lieux à l’origine identifiés comme exclusivement ethniques, puis rapidement appropriés par les citadins locaux, précisément pour leur caractère exotique qui s’exprime dans le décor et dans la cuisine proposée. On est alors très loin des représentations courantes et dévalorisantes qui s’appliquent aux Chinois installés dans les villes d’Afrique : on leur reproche de vivre en groupes fermés, en marge de la ville. Ce restaurant, comme bien d’autres lieux en ville, montre au contraire une intégration à la vie citadine, mieux, une participation à la construction de celle-ci. Pour mes questionnements relatifs aux droits à la ville pour les étrangers, voici une première remise en cause de l’hypothèse selon laquelle ils seraient tenus en marge de la citadinité…

Les étrangers dans l’espace public

Maputo est une ville cosmopolite : c’est un lieu commun depuis l’époque coloniale, repris à l’envi par les guides touristiques, les livres relatifs à la ville et les discours relevant de la communication institutionnelle. Or c’est mon objet d’étude : dans quelle mesure les étrangers sont-ils visibles dans l’espace public, comment s’y déplacent-ils, comment y sont-ils perçus, comment s’y sentent-ils – invisibles ou non ?

L’observation est riche d’enseignement : partout dans la cidade, des étrangers non-Africains sont visibles, manifestement dans des situations où ils se sentent à l’aise. Chinois, Indiens originaires du pays, Européens installés sur place sont présents en ville, circulent, conduisent (c’est le cas des femmes indiennes : à Madagascar, celles-ci m’avaient dit à quel point c’était impossible pour elles, pour des raisons de sécurité personnelle) ou développent des pratiques de loisir : des Chinois font leur jogging le long de l’avenue Marginal qui fait front de mer ; des Indiens se rendent au cinéma moderne Digital dans la Baixa, s’attablent dans des bars en famille ou entre amis, flânent sur la plage.

La présence de citadins musulmans dans l’espace public est marquée dans une ville où ils ne sont que très peu nombreux en proportion : femmes portant le hidjab, originaires du Nigeria m’a-t-on dit, hommes d’origine indienne (du Gujarat) portant dans la rue couvre-chef et tunique longue les identifiant comme musulmans. Les mosquées sont grandes, très visibles de la rue, ouvertes, sur celles-ci et nombreuses dans la cidade[2]. Le cimetière musulman, qui jouxte un vieux cimetière chrétien en piètre état, est bien clos, bien entretenu. Dans d’autres villes, les cimetières musulmans sont loin des espaces centraux et sont soustraits aux regards, ce n’est pas le cas ici.

Le « droit au cimetière » constitue une autre dimension du droit à la ville : cette thématique qui n’a pas pu être étudiée sera creusée lors de la prochaine mission.

 Photo 2 Photo 3

© Catherine Fournet-Guérin, avril 2015.

Cette impression, celle d’un accès libre et fluide à la ville à tout étranger qui le souhaite et qui en a les possibilités, qui sera à confirmer par des entretiens auprès de ces citadins d’origine étrangère lors d’une prochaine mission, est en tout cas confortée par ma propre perception : habituée à Tananarive où en tant qu’Européenne blanche, je ne peux pas me mouvoir dans l’espace public sans être interpellée, où ma visibilité en raison de la couleur de ma peau est de chaque instant, jamais à Maputo je ne me suis sentie blanche. Impression troublante et signifiante.

Il semblerait bien que l’étranger, dans les quartiers centraux, ait bien le droit à la ville au sens du droit à être en ville, à se déplacer librement dans l’espace urbain et à fréquenter des lieux de sociabilité sans restriction apparente.

Si cela est à confirmer par des entretiens, ce résultat tiré de l’observation ne correspond pas non plus à l’hypothèse que j’avais formulée avant mon départ.

Des entretiens menés avec des étrangers installés à Maputo : premiers résultats

Il s’agit d’une partie importante du travail effectué sur place. En 9 jours, j’ai pu rencontrer et mener des entretiens semi-directifs, avec 15 personnes. Leur durée la plus fréquente était d’une quinzaine de minutes, certains ont duré une demi-heure et le plus long 1 h 30. La grille d’entretien était très légère, elle sera à étoffer pour la prochaine mission, en intégrant les résultats de ces premiers entretiens et d’autres thématiques.

J’ai ainsi interrogé :

des ressortissants originaires d’Afrique occidentale (auto-dénomination sur place). Parmi lesquels se singularisent les Guinéens (de Guinée-Conakry), nombreux, et arrivés au Mozambique dans le cadre de la coopération entre la Guinée de Sékou Touré et le Mozambique nouvellement indépendant après 1975. De ce fait, les Guinéens de Maputo sont nombreux, connaissent bien le pays, et disposent souvent de relais familiaux antérieurs. Il s’agit d’une circulation migratoire ancienne.

Autres nationalités : Sénégalais, Maliens, Nigérians, Ghanéens.

Toutes les personnes rencontrées sont commerçants et l’entretien a eu lieu sur leur lieu de travail. Ils tiennent des magasins de prêt-à-porter, de tissus africains, ou sont tailleurs ou épiciers.

Contentores, épiciers des barrios :               Mohamed, de Guinée Conakry, Fajardo

Photo 4         Photo 5

© Catherine Fournet-Guérin, avril 2015.

Magasins de prêt-à-porter du quartier central de la Baixa gérés par des Africains de l’ouest :

Photo 6     Photo 7

© Catherine Fournet-Guérin, avril 2015.

des personnes originaires de la région des Grands Lacs (Burundi, RDC, région du Kivu principalement). Dans ce cas, ces personnes ont quitté leur pays en raison des guerres. Beaucoup ont eu un parcours très heurté, séjournant dans plusieurs pays avant d’arriver à Maputo. Toutes les personnes rencontrées étaient gérantes de « contentores », c’est-à-dire de containers dans lesquels sont installées des épiceries de quartier. Il semblerait qu’ils détiennent le quasi-monopole de cette activité.

Femme réfugiée du Burundi et le contentor qu’elle gère avec son mari, Mafalala

Photo 8        Photo 9

© Catherine Fournet-Guérin, avril 2015.

des personnes originaires de Chine. Un long entretien avec le gérant d’une Guest House à la clientèle principalement chinoise. Beaucoup de travaux de recherche ont déjà été menés à propos des Chinois à Maputo, mais peu dans une optique ethnographique. Néanmoins, mes interlocuteurs (tant des chercheurs que cet homme) ont tous souligné la relative difficulté d’enquêter auprès de ce groupe, qui se sent sur la défensive et dont nombre de membres ne parlent aucune langue européenne. Se poserait également le problème de la langue et de trouver un interprète, alors que les deux groupes précédents sont composés de personnes francophones ou anglophones. Je ne sais pas si cette piste sera suivie ou non dans le travail ultérieur.

J’ai ainsi rencontré des étrangers qui tous étaient commerçants : de prêt-à-porter, épiciers ou gérant d’hôtel. Ceci constitue un biais qui sera à redresser : il faudra identifier d’autres secteurs d’activités que le commerce et, si possible, rencontrer les personnes concernées.

A ce stade de la recherche, le principal résultat qui se dégage est que les étrangers en ville se sentent bien insérés, bien acceptés et ne souffrent pas de leur situation d’extranéité. Les étrangers aisés se déplacent en ville, jouissent d’une bonne mobilité, d’une liberté dans leurs circulations, en ville comme dans le pays, comme l’illustrent les extraits d’entretiens suivants[3] :

« La vie ici c’est très bien, c’est OK ici », Mohamed (photo), un gérant d’épicerie dans le quartier populaire de Fajardo.

« On se sent bien ici, il n’y a pas de racisme », un commerçant sénégalais de la Baixa, commerce de vêtements.

« Mon père, maintenant il a changé, il est mozambicain ! », idem.

« Je suis à l’aise ici. Je préfère la vie ici [par rapport à la Guinée] : il y a la sécurité, il y a l’eau courante, tout ça, il n’y a pas de coupure d’électricité », gérant de commerce de vêtements dans la Baixa (photo).

« La ville de Maputo, c’est bon. Le dimanche, on se promène, on va à Matola, à Costa do Sol [la plage, évoquée plus haut] », idem.

« Le dimanche, on va à Maputo Shopping, on s’assoit là, voilà », un autre gérant dans la même rue.

« Je me sens libre ici, comme si j’étais au pays », une femme réfugiée de RDC, installée depuis 2000, gérante d’épicerie au nord du barrio de Mafalala, à un carrefour très fréquenté.

Le seul discours discordant a émané du gérant chinois de la Guest House située en pleine ville, avec une clientèle chinoise de passage. Celui-ci explique, en anglais, qu’il est victime de harcèlement policier dans la rue (contrôle des papiers, demande de pot-de-vin), quand il se déplace à pied ou en voiture. Il en irait de même pour toutes les personnes chinoises qu’il connaît. Il me demande si je me fais également contrôler, en tant qu’étrangère : quand je lui réponds « jamais », il est décontenancé et déçu. Il comprend alors que cela cible spécifiquement les ressortissants chinois. Il insiste cependant après pour dire que c’est le seul problème qu’il ressent dans la ville, dans laquelle il se sent bien. Il y réside depuis 17 ans (fin des années 1990) : « It’s my second country now ».

Réciproquement, aucun discours hostile aux étrangers n’a été entendu ou lu, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y en a pas, mais que des propos xénophobes ne sont pas très diffusés, contrairement à d’autres pays connus, comme Madagascar. La question de la concurrence commerciale a été abordée, mais de manière allusive. Ont été évoqués les cambriolages de contentores, voire des attaques, mais mes interlocuteurs ont toujours souligné que la cause était économique (on cible les épiceries) et non ethnique (ne sont pas spécifiquement ciblés les étrangers), à la différence de l’Afrique du Sud ou de Madagascar. Ce sera à approfondir et à documenter.

En termes de localisation dans la ville, il semblerait que les étrangers soient répartis dans l’ensemble des barrios, et, pour les plus aisés, dans la cidade, sans quartier de concentration particulier. Cela a été confirmé tant par les étrangers rencontrés que par des Mozambicains à qui j’ai posé la question. L’une de mes interlocutrices emploie le terme de « mistura » (mélange) pour caractériser cette répartition diffuse des étrangers dans la ville, même si certains quartiers abritent une concentration plus importante et donc identifiée comme telle d’étrangers. C’est le cas par exemple des barrios situés à l’ouest immédiat de la cidade, comme Alto Mae, Fajardo ou Urbanizaçao, où habitent nombre d’Africains de l’ouest.

Les personnes interrogées ont développé un discours sur la ville très limité : questions mal posées ? ou absence de représentation distanciée par rapport à celle-ci ? A confirmer également.

Les étrangers ne se projettent pas dans l’avenir, ils ne savent pas s’ils vont rester ou non. Presque aucun n’a formulé de projet d’avenir, de désir de rester vivre à Maputo ou de partir ailleurs : « Pour le moment, on est ici, l’avenir c’est devant ! [rires] » (femme guinéenne installée depuis 20 ans, tenant un commerce de vêtements de mariage dans une rue chic). Seul un tailleur ghanéen a discuté devant moi, avec un ami guinéen, de la question de l’entrée sur le territoire Schengen…

Tous évoquent les ressources qu’offre Maputo en termes de travail, c’est central dans leurs propos.

Les parents de jeunes enfants mettent en avant de façon positive le droit du sol et le fait que ceux-ci soient donc mozambicains.

Les trajectoires de vie sont très riches d’informations. La plupart ont vécu dans plusieurs pays d’Afrique auparavant, qu’ils soient réfugiés ou non, ou bien ont accès à une mobilité internationale de courte durée (voyages de quelques jours à semaines) : la France, l’Asie pour aller chercher leurs marchandises, l’Afrique du Sud également, etc.

Les étrangers dans la ville à Maputo sont visibles et clairement identifiés comme tels par les locaux (par leur habillement, leur accent, leur maîtrise du portugais, leur accent…). Mais ils semblent jouir d’une bonne acceptation par la population locale, ainsi que de la reconnaissance de leur présence et de leur apport à la ville : avant les contentores, plusieurs Mozambicains m’ont dit qu’il n’existait pas de réel commerce de détail dans les barrios. Les étrangers ont donc contribué à améliorer la vie quotidienne de tous les citadins. Y ont-ils ainsi gagné des formes de droit à la ville ?

[1] Incarne-t-il un renouveau des circuits d’émigration de l’Inde vers le Mozambique ?

[2] 4 repérées, plus sans doute – 8 selon le site islamicfinder.org qui répertorie les mosquées dans le monde pour que les fidèles en déplacement les localisent

[3] Entretiens réalisés en français, certains en anglais avec des Nigérians, et parfois mêlé de portugais. Plusieurs personnes ont dit avoir partiellement oublié le français ou en tout cas ne le pratiquent plus au quotidien.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.