Retour de terrain à Accra par Armelle Choplin et Amandine Spire (mai-juin 2015)

Amandine Spire et Armelle Choplin ont réalisé un premier terrain à Accra en mai – juin 2015 (27/05-5/06/2015).

Ambitions métropolitaines, politiques urbaines et processus de “decongestion”

La ville d’Accra connaît une croissance urbaine soutenue qui se manifeste par un fort étalement urbain (de 133 km2 en 1980 à 344 km2 en 2000 – Owusu, 2012). La métropole (Greater Accra Metropolitan Assembly – GAMA) serait ainsi passée de 828.000 habitants en 1970 à 2,5 millions en 2000 et plus de 3,6 millions en 2010 (Recensements de la population in Owusu, 2012). Elle compterait près de 4 millions d’habitants aujourd’hui.

Plusieurs rapports et plans ont essayé de contenir l’étalement urbain mais en vain. S’il existe des documents définissant les grandes orientations urbaines nationales (National Urban Policy framework 2012 – Ghana National Urban Policy Action Plan 2012), la métropole d’Accra n’a actuellement pas de schéma directeur ni de projet métropolitain. Le dernier master Plan date de presque 25 ans (1992). Malgré ce déficit, la Municipalité, appelée Accra Metropolitan Assembly (AMA) semble détenir un fort contrôle de la ville et de la répartition de l’usage des espaces, relayée à l’échelle locale par les autorités traditionnelles (qui détiendraient 80% du foncier pour seulement 20% au gouvernement).

La priorité actuelle, affirmée par le maire Alfred Oko Vanderpuije (nommé par le gouvernement et non élu), est celle de “la modernisation” de la capitale du pays. Accra est souvent présentée comme un “modèle” pour sa bonne gouvernance et ses “avancées démocratiques” en Afrique subsaharienne. Dans une perspective de compétitivité internationale, AMA a ainsi pour ambition de “nettoyer” la capitale ghanéene en mettant en place une politique de régénération du centre-ville. Le mot d’ordre est celui de la “decongestion” du CBD (zone recouvrant partiellement la zone de Tudu – du stade national jusqu’a Adabraka au Nord et Jamestown au Sud).

Ce secteur regroupe l’essentiel des bureaux, hôtels et institutions internationales, nationales et municipales. Cette politique de décongestion vise principalement à éradiquer les activités de rue et l’habitat informel. Sont ciblés en priorité les vendeurs de rue, perçus comme des entraves à la circulation, et les “slums” qui occupent les interstices urbains regroupant la déviance, la marge et l’insalubrité.

Photo 1. Makola Market, le principal marché du centre-ville.

Photo 1

(c) les auteurs 

Plusieurs opérations récentes ont eu pour objectif d’éliminer les pratiques jugés non conformes au destin du centre-ville, sensé incarner l’espace vitrine et moderne du pays : déguerpissements de vendeurs de rue devant l’Hotel Novotel, harcèlement des petits vendeurs sur les trottoirs par des employés de la municipalité supposés les chasser (près du grand marché central de Makola notamment), destruction du bidonville de « Art Center » en novembre 2014 suite à la propagation d’une épidémie de choléra. Les lieux visés sont souvent stratégiques : l’ancien marché informel devant le Novotel a laissé place à un immense complexe résidentiel luxueux en construction (Dream Reality – Octagon Real Estate project/http://www.dreamrealty.com.gh/index.php?id=11_services), tandis que l’emplacement de l’ancien bidonville du Art Center correspond à un projet chimérique de complexe touristique (tout le waterfront d’Accra a pour projet d’être transformé zone résidentielle et marina).

Photos 2 et 3. Grand complexe d’hôtels et de bureaux en construction à l’emplacement de l’ancien « Novotel Market »

Photo 2Photo 3

(c) les auteurs

Cette politique de décongestion se traduit donc par des évictions, parfois violentes (passage des bulldozers dans le cas du déguerpissement du slum), et sans compensation. Selon AMA, elle est motivée pour “le bien être des habitants d’Accra”. Quelques ONG, communautés de base et collectifs de vendeurs (et surtout de vendeuses) se mobilisent régulièrement pour éviter ces déguerpissements. C’est le cas de l’ONG People’s Dialogue On Human Settlement (http://www.pdfghana.org), qui intervient auprès des habitants des bidonvilles pour les aider à faire valoir leurs droits lors de déplacements forcés. Les commerçantes informelles, victimes de déplacements, menacent régulièrement de descendre dans la rue dénudée, jusqu’aux portes du Parlement pour faire “entendre leur voix”.

 

Objet et terrain d’enquête :

Notre enquête porte sur l’analyse “post-éviction” des vendeurs de rue (street vendors et hawkers), déplacés de force dans le cadre du processus de “décongestion” du centre-ville (assignés donc à une nouvelle place par la coercition même si celle-ci rencontre de nombreuses limites). L’objectif ne consiste pas à étudier et comprendre l’éviction en tant que telle mais la façon dont les déguerpis se (re)font (ou non) une place en la ville. La reprise du contrôle des espaces centraux est considéré ici à travers les modalités de mise en œuvre du pouvoir de la ville à travers la mise en application de lois (by law) interdisant le commerce de rue, selon des processus de mise aux normes dictées par la compétitivité des métropoles à l’échelle internationale. Face à cette norme, les commerçants ne contestent pas en bloc mais dialoguent dans des logiques de coalition ou de transgression qui contribuent à l’invention d’un droit à la ville de fait, produit au quotidien par les citadins qui se redéploient dans des espaces non assignés et selon des conduites ordonnées (alignement, organisation en association, règlements, etc.)…

Notre recherche de terrain nous a conduit dans le quartier d’Odorna, près de Nkrumah Circle, l’un des plus grands nœuds de communication de la ville, actuellement en grands travaux. Cet échangeur fait aujourd’hui l’objet d’un colossal chantier de réaménagement sur trois niveaux, financé par les Brésiliens (€74-million – Société Queiroz Galvao project) sur trois ans (2013-2016). En juin 2015, les travaux semblent prendre plus de temps que prévu.

Photo 4 et 5. Le secteur du marché d’Odorna en grands travaux  : l’échangeur de « Circle » en chantier

Photo 4 Photo 5

(c) les auteurs

Dans ce quartier d’Odorna, deux marchés ont récemment été construits en vue d’“accueillir” les vendeurs de rue déguerpis du centre ville : il s’agit du Pedestrian Shopping Mall (PSM) créé en 2006 et du Novotel Market créé en 2010 pour recevoir les vendeurs déplacés du marché informel occupant l’espace auparavant vide devant l’Hotel Novotel (celui correspondant au grand programme résidentiel luxueux Octogon, qui ouvrira fin 2015). Le PSM est destiné à la vente de biens non alimentaires tandis que le Novotel market est le lieu de vente de fruits, légumes, oeufs, etc…

Photo 6. Localisation du Pedestrian Shopping Mall (PSM) et du marché d’Odorna

Photo 6 Sur cette photographie aérienne google map on repère le Pedestrian Shopping Mall (PSM) et le marché d’Odorna qui joustent la rocade délimitant le centre ville, au niveau de Circle, le grand carrefour en chantier en 2015.

L’arrivée de ces deux marchés étaient sensés faire d’Odorna une nouvelle centralité commerciale en lien avec la modernisation du carrefour de Circle.

Méthodes et acteurs ciblés

Cette première mission exploratoire à Accra avait pour but de cerner les dynamiques politiques et sociales actuelles de la métropole, d’identifier un objet d’analyse possible et si possible un lieu propice pour étudier les processus de construction des normes politiques et sociales participant à la définition d’un « droit à la vill de fait ».

En discutant avec les représentants institutionnels (Accra Metropolitan Assembly notamment), les collègues universitaires, les habitants et commerçants, la question de la “décongestion” et du déguerpissement des vendeurs de rue est apparue comme un enjeu crucial, fortement médiatisé.

En recoupant nos lectures, des recherches sur Internet et nos observations sur le terrain, nous avons finalement décidé de conduire des enquêtes dans le marché Novotel relocalisé à Odorna. Nous nous sommes alors entretenus avec des commerçantes ainsi que les « gérants » du marché. Des entretiens ont également été conduits dans d’autres marchés (Makola, Kaneshie) de façon à pouvoir établir des comparaisons.

Problématisation, hypothèses et pistes…

L’étude de la relocalisation du Novotel market nous semble particulièrement intéressante car, dans un premier temps, le déplacement été l’occasion de fortes mobilisations. Par la suite, le replacement a permis d’établir de nouvelles règles. Notre objectif est de voir comment les commerçants nouvellement installés à Odorna suivent et respectent ces nouvelles règles imposées par la formalisation de leur activité sans réelle coercition des autorités urbaines. Après la forte contrainte de l’éviction contre laquelle il y a eu mobilisation et contestation, comment se met en place un certain ordre au sein duquel les citadins négocient pour garder leur place dans la longue durée ? Un intérêt tout particulier est porté à l’instauration d’un contrôle insidieux (ce que l’on a droit/pas droit de faire ; où l’on a droit/pas d’être) et la mise en place de règles/normes de conduites, pas forcément énoncées ou écrites mais finalement “acceptées” (ex : enregistrement des commerçants selon les produits qu’ils vendent).

Dans ce cas d’étude, l’éviction n’est pas forcément synonyme de “dépossession” comme dans de nombreux autres cas. S’il n’y a pas eu compensation financière, les commerçants sont prioritaires pour obtenir un étal dans le nouveau marché. Bien qu’il soit contesté, le replacement permet aux commerçants d’obtenir une place légale dans la ville et ainsi d’être légitime. Cette éviction participe également d’un processus de normalisation des conduites et de mise sous contrôle des commerçants.

Plusieurs pistes de réflexion se dégagent à l’issue de ce terrain :

  • Comment s’opère la mise en ordre de la ville selon des normes contestées lors du rapport de force direct (autorités urbaines/citadins et collectifs d’association dans un espace public relativement ouvert) et pourtant mises en pratique au quotidien dans le temps de l’après éviction ?
  • La question du contrôle et de la contrainte dans un espace de la quotidienneté et de l’ordinaire, dans une phase de post-déguerpissement. Lorsque le pouvoir coercitif et direct disparaît (moment de l’éviction comme moment d’affirmation du pouvoir de l’Etat via AMA) et dans un contexte démocratique, d’autres formes de contrôle apparaissent, moins visibles, plus diffuses… et tout autant efficaces. Qui met en ordre ? Comment se construisent les règles et sont-elles respectées ? Qui est chargé de les faire appliquer ?
  • Justice / Injustice : Qu’est-ce qui est perçu comme juste ou injuste, notamment dans le cadre du déguerpissement ? Qu’(est-ce qui est accepté ? Critiqué ? Pour quelles raisons s’organise-t-on ? Se mobilise-t-on ?
  • Une place dans le marché pour une place dans la ville : Comment les commerçants se (re)construisent une place dans le marché ? Comment négocie-t-on sa place dans la ville au quotidien ? Et plus largement dans la société capitaliste ghanéenne ?
  • Vers l’avènement du « bon commerçant » et in extenso du citadin-citoyen entrepreneur : Comment l’individu se responsabilise ? Quels comportements individualistes se mettent en place (au prisme des modalités du micro-crédit ?) ? Quelles démarches de reconnaissance de ses droits individuels à la ville et à la propriété ? Les futures enquêtes conduites devraient nous permettre de voir si devenir un “bon commerçant” aux yeux des autorités locales a plus largement des répercussions sur la vie citadine. Est-ce que ce nouveau statut et légitimité confèrent d’autres “droits” et rôles sociaux ou politiques ?

3 réflexions au sujet de « Retour de terrain à Accra par Armelle Choplin et Amandine Spire (mai-juin 2015) »

  1. Ping : Retour de terrain, Accra, avril 2016 | DALVAA

  2. Ping : Retours de terrain, Accra, 2016 | DALVAA

  3. Ping : Retour de terrain, Accra, avril 2016 | DALVAA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *