Retour de terrain à Mexico par Anna Perraudin

Anna Perraudin a réalisé un premier terrain à Mexico. Elle nous présente les premiers résultats et pistes de réflexion.

Le Droit à la Ville pour les populations indiennes à Mexico

à travers l’accès à la propriété du logement

Anna Perraudin

A l’instar d’autres pays du Sud, le Mexique a entrepris depuis les années 1990 de reconnaître la diversité culturelle de sa population : les populations autochtones (qualifiées, au Mexique, d’indiennes [1]), qui souffrent d’inégalités sociales persistantes et de discriminations ethno-raciales, sont visées  (Gros et Dumoulin Kervran 2011). Cette impulsion a pris une tournure particulière à Mexico, gouvernée depuis 1997 par le PRD, Parti Révolutionnaire Démocratique, qui s’identifie comme un parti de gauche [2]. La plupart des mesures qui ont été mises en place ont une portée essentiellement symbolique (comme la décision en 2008 de faire des langues indiennes des langues officielles à Mexico), mais d’autres ont des effets sur l’agencement de l’espace urbain. La mesure la plus significative de ce point de vue est un programme d’accès à la propriété du logement destiné aux populations indiennes. Géré par l’Instituto de Vivienda (INVI) du District Federal (D.F.), l’institution en charge du logement social dans la capitale, il prend acte des inégalités d’accès au logement dont souffrent les populations indiennes et ouvre à des familles constituées en associations les programmes sociaux de logement, sur le principe de l’accès à la propriété. Grâce à un système de subventions et de micro-crédits, les familles deviennent propriétaires de logements neufs. Le premier immeuble réalisé dans le cadre de ce programme a été inauguré en 2003 au numéro 125 de la rue Guanajuato (colonia Roma) et a gagné l’année suivante le prix de la Production sociale de logement (photos 1 et 2).

Photos 1 et 2. Immeuble de la rue Guanajuato

photo1_Guanajuato         photo2._Guanajuato

(c) A. Perraudin

La façade extérieure de l’immeuble de la rue Guanajuato (colonia Roma), première réalisation du programme de logement pour les Indiens, inauguré en 2003 (photo 1) et détails de la décoration intérieure de l’immeuble de la rue Guanajuato (photo 2).

 

Dans le cadre de mon doctorat, j’ai travaillé sur les premières réalisations de ce programme qui venait d’être mis en place [3]. Avec ce projet, il s’agit de revenir dix ans plus tard sur les apports de ce programme afin d’évaluer si, et dans quelles conditions, il ouvre un droit à la ville à des populations doublement marginalisées, en tant que pauvres et en tant qu’indiennes. En dépit du nombre très limité de logements qui ont été financé, le programme constitue un véritable laboratoire qui pose la question du droit au logement, de la production de l’ethnicité, de l’accès à la centralité urbaine, de la gentrification.

Ce qui m’intéresse ici n’est pas tant le programme en soi que les conditions de son émergence, les rapports sociaux qui l’ont institué, ceux qu’il engendre, et les transformations de l’espace urbain qu’il produit (photo 3).

Photo 3. Immeuble de la rue Belisario Dominguez (centre historique), construit dans le cadre du programme, inauguré en 2006.

photo 6(c) A. Perraudin

Fixer les populations indiennes pauvres dans les centralités urbaines : un double renversement.

Les premiers projets réalisés dans le cadre du programme permettent d’en entrevoir les lignes directrices.

Deux éléments permettent de bien comprendre la portée des transformations auxquelles il prétend. D’abord, l’existence même du programme est l’affirmation du droit à s’établir en ville, de façon pérenne, en y construisant un patrimoine, de populations dont la citadinité reste au Mexique problématique. Les Indiens sont encore largement associés au monde rural, en dépit de l’importance depuis plus d’un demi-siècle des migrations internes qui les ont conduits à s’installer dans les villes mexicaines  (Bonfil Batalla 1990; Molina, González et Yanez 2005). Lorsqu’ils y sont identifiés, c’est le plus souvent en tant que migrants : leur présence reste pensée comme temporaire. L’octroi du logement, de surcroît à travers la propriété, va donc à l’encontre de ces représentations en prenant acte d’une demande portée par certaines associations indiennes : être considérés comme des citadins à part entière, non comme des ruraux en transit.

Le second renversement opéré par le programme concerne la localisation des logements octroyés, plutôt situés dans le centre de la ville. La localisation des populations indiennes dans les quartiers centraux de Mexico n’est pas, en soi, une nouveauté : au siècle dernier, ces quartiers périphériques étaient un des points d’entrée pour de nombreux arrivants dans la ville, logés dans des pensions bons marchés, des vecindades (immeubles des quartiers populaires constitués de très petites pièces organisées autour d’une cour commune), ou à la suite du tremblement de terre de 1985, dans des immeubles délabrés ou des terrains vagues squattés (photos 4, 5, 6).

Photos 4 et 5. Occupations urbaines par les populations indiennes

 photo3photo4

(c) A. Perraudin

Terrain vague occupé dans la rue Zacatecas (colonia Roma), par un groupe candidat au programme (photo 3) et immeuble occupé dans la rue Durango, par un groupe candidat au programme (photo 4).

Photo 6. Intérieur d’un terrain vague occupé dans la rue Chapultepec, par un groupe candidat au programme.

photo 5

(c) A. Perraudin

Le centre historique de Mexico et le quartier de la Roma sont donc identifiés comme l’une des zones de la ville dans lesquels résident des Indiens, l’une de celle surtout dans lesquels ils sont les plus visibles, en raison des ressources commerciales et touristiques offertes par ces quartiers – de nombreux indiens candidats au programme sont commerçants ambulants. Toutefois, au cours des dernières années, un ambitieux programme de rénovation du centre historique a abouti à sa réappropriation par les classes moyennes et aisées, un mouvement accompagné d’une spéculation immobilière  (Diaz 2014). Inscrire les populations indiennes à long terme, par la propriété, dans les quartiers centraux, les faire sortir des interstices où ils étaient nichés pour régulariser leur occupation de l’espace, va donc a priori à contre-courant d’une logique de marché qui tendrait à en écarter ces résidents pauvres. La mise en visibilité et la pérennisation de la présence de ces populations ne vont d’ailleurs pas de soi. Elles ont suscité de vigoureuses protestations de voisins, relayées par les médias, lorsqu’a été construit dans la Roma le premier immeuble pour les Indiens.

En définitive, il s’agit donc d’un double renversement de l’ordre spatial: par l’accès à la propriété, le programme permet à des populations pauvres de s’installer durablement dans la ville, et pérennise dans des quartiers centraux leur présence auparavant établie sur un mode précaire. En ce sens, le programme peut être lu comme l’affirmation et la réalisation d’un droit à la ville de facto. Cependant, le décalage entre la portée symbolique du programme et la modestie de ses réalisations, ainsi que le profil très spécifique des populations à qui il ouvre des droits, font question.

Questionnements

Les questions que je me pose s’insèrent dans l’axe 1 du projet collectif : elles ont trait à la prétention et capacité de ce programme de logement à produire de nouvelles normes d’occupation de l’espace. Comment le renversement symbolique que propose le programme a-t-il pu s’imposer ? quelle est la portée des transformations ? l’ordre établi est-il transformé, comme l’annonce le programme, ou bien observe-t-on le déplacement, voire le renforcement, d’inégalités sociales et spatiales ? Le programme de logement doit en effet être analysé dans un contexte plus large de gentrification, mais aussi, selon les termes de Guillaume Boccara, d’application néolibérale de la notion de multiculturalisme  (Boccara et Ayala 2012).

1. Comment s’est imposé comme principe d’action publique le double mécanisme d’une action spécifique envers les populations indiennes, et d’une défense de leur accès aux espaces centraux ?

Les réalisations du programme sont-elles justifiées par la nécessité de créer des politiques spécifiques pour des populations minoritaires ? par un principe d’accès aux droits universels et de compensation des inégalités ? par le souci d’établir une mixité sociale dans des quartiers en voie de gentrification ? Autrement dit, il s’agit de comprendre à la fois quels sont les dispositifs qui permettent à des populations pauvres de devenir propriétaires dans le centre ville (définition des bénéficiaires, critères d’accès au crédit, spécificité par rapport à d’autres programmes sociaux), quels registres discursifs ont légitimé leur mise en place, et comment ces derniers évoluent en fonction des acteurs et au fil du temps.

Je me propose donc 1/ d’identifier les différents acteurs impliqués dans le processus ayant abouti à la réalisation des immeubles (associations indiennes, organisations du mouvement urbain populaire, ONG engagées pour l’habitat social ou le droit à la ville, architectes, institutions publiques), 2/ d’analyser les registres discursifs qu’ils déploient, 3/ de retracer les différentes étapes par lesquelles passent les projets, du squat à l’inauguration de l’immeuble, afin de faire ressortir les modes de coopération ou de conflits entre les différents acteurs.

2. Peut-on considérer les réalisations réalisées dans le cadre de ce programme comme faisant norme, ou à l’inverse comme le fruit de rapports de force contingents ?

A première vue, les réalisations dans le cadre du programme de logement sont très diverses, en terme de localisation, de taille, ou d’architecture du bâti, malgré des éléments communs. Sans restreindre l’analyse au cadrage législatif qui régit le traitement de la question indienne dans le D.F. ou la production d’habitat social, il est donc pertinent de se demander si le programme de logement instaure de nouvelles normes sur ce que peut et doit être un habitat pour les Indiens en ville. Dans quelle mesure ses réalisations sont-elles réplicables ? Le renchérissement de l’immobilier dans les quartiers centraux est un élément déterminant à prendre en compte. Il rend bien le coût d’accès à la centralité plus élevé pour les groupes qui entrent dans le programme aujourd’hui pour ceux qui en ont bénéficié il y a dix ans. Considérer le potentiel de ce programme à établir de nouvelles normes implique par ailleurs d’analyser les attentes qui naissent chez les populations qui pourraient en bénéficier. Les populations indiennes considèrent comme acquis qu’elles pourront obtenir un logement dans ce cadre, et adaptent-elles leurs stratégies résidentielles ou leurs stratégies de présentation de soi en fonction?

3. En terme de rapport à l’espace urbain et d’expérience de la ville, quelles dynamiques produit cette modalité d’accès au logement?

Il s’agit ici de tâcher de comprendre en quoi l’accès à cette offre de logement a modifié pour les bénéficiaires les pratiques du logement, du quartier, de la ville. Cela implique de recueillir l’expérience des habitants ayant obtenu un logement, mais aussi de replacer l’obtention du logement dans un parcours résidentiel plus large, dans la constitution d’un patrimoine individuel et collectif, dans les transformations du quartier (gentrification), dans l’articulation entre accès au logement et accès à l’emploi. Est-ce que le fait de quitter l’habitat précaire pour entrer dans un logement neuf, et de constituer un patrimoine dans un quartier en pleine revalorisation permet aux occupants de se sentir légitimes dans la ville ?

Je voudrais aussi réfléchir aux nouvelles inégalités que produit ce programme entre ceux qui en bénéficient et ceux qui n’y sont pas éligibles, et entre les bénéficiaires. Est-ce que de nouveaux effets de relégation ou de mise à l’écart se produisent ? (difficultés à s’approprier l’espace dans un quartier en pleine gentrification, endettements pour le paiement du crédit, de l’eau, de l’électricité).

Objectifs de la première mission

Au terme de la première mission, je souhaitais

  • observer les modalités d’attribution du programme, les mécanismes de financement sur lesquels il repose pour proposer l’accès au centre à des populations pauvres,
  • identifier les différents acteurs impliqués
  • comprendre si le programme était rattaché à un discours explicite sur le « droit à la ville », puisque Mexico fait partie des villes dans lesquelles la notion a été travaillée par une ONG comme Habitat International Coalition

Pour cela, j’ai réalisé des entretiens

  • avec les différentes institutions en charge de la question indienne (CDI, Sederec, Delegacion Cuauhtemoc)
  • avec celles en charge de la question du logement : l’INVI m’a permis d’obtenir une liste détaillée des opérations rattachées à ce programme.
  • Avec les responsables de quatre associations indiennes ayant bénéficié du programme de logement et avec quelques uns des résidents
  • Avec Habitat international.

Premiers résultats et pistes de recherche

Cette première étape de l’enquête a confirmé les importantes variations entre les projets réalisés, en fonction de l’engagement ou du désengagement des acteurs impliqués. Tous les groupes indiens n’ont ainsi pas les mêmes opportunités, en terme de pouvoir politique ou de pouvoir financier. Cette variation des partenaires complique par ailleurs le travail de reconstruction de la généalogie d’un programme initié il y a dix ans, alors que les personnes, et souvent les institutions impliquées, sont labiles.

Un acteur appartenant au mouvement social urbain est toutefois apparu central dans cette dynamique. Il opère comme intermédiaire entre les associations indiennes (ayant bénéficié du programme ou en situation d’attente), les institutions en charge des politiques publiques, mais aussi les ONG porteuses d’une réflexion plus abstraite sur le droit à la ville. L’un des objectifs de la seconde mission sera de le rencontrer.

Enfin, un travail plus poussé sur la production d’habitat social et sur les dynamiques immobilières dans le centre de Mexico est apparu indispensable afin de mieux comprendre les dynamiques opposées qui sont à l’œuvre (reconnaissance des minorités, production d‘habitat social, logiques de marché).

Quelques références

Boccara Guillaume et Ayala Patricia, 2012, « Patrimonializar al indígena. Imagi-nación del multiculturalismo neoliberal en Chile », Cahiers des Amériques latines, 15 mai 2012, vol. 2011/2, no 67, p. 207‑228.

Bonfil Batalla Guillermo, 1990, México profundo : una civilización negada, México, D.F., Grijalbo : Consejo Nacional para la Cultura y las Artes.

Diaz Jeronimo, 2014, La gentrification négociée : anciennes frontières et nouveaux fronts dans le centre historique de Mexico,Toulouse Le Mirail, s.l.

Gros Christian et Dumoulin Kervran David, 2011, Le multiculturalisme au concret : un modèle latino-américain ?, Paris, Presses Sorbonne nouvelle.

Molina Virginia, González Oscar et Yanez Pablo, 2005, Urbi indiano la larga marcha a la ciudad diversa, México, Secretaría de Desarrollo Social : Universidad Autónoma de la Ciudad de México, Dirección General de Equidad y Desarrollo social.


[1] « Indien » est une catégorie socialement et historiquement construite. Elle désigne les populations qui descendraient des peuples pré-hispaniques, identifiés en fonction de marqueurs sociaux (la pauvreté), ethno-raciaux (la couleur de la peau, la pratique d’une langue ou d’une culture spécifique), géographique (le lien avec le monde rural).

[2] La ville de Mexico s’étend de fait sur deux unités administratives: la première, le District Federal (D.F.) est gérée par le PRD ; la seconde, l’Etat de Mexico, par le PRI, Parti Révolutionnaire Institutionnel. Le terme exact pour désigner la métropole, au-delà de cette division administrative, est Zona Metropolitana de la Ciudad de México (ZMCM). Par souci de lisibilité pour un public non spécialiste, j’utiliserai ici le terme de Mexico de façon large, mais en me référant (sauf mention contraire) au territoire qui correspond au D.F.

[3] Dans ma thèse de doctorat, soutenue en 2011 et intitulée Ethnicité et mobilité : l’expérience migratoire des indiens mexicains, entre migration interne et internationale, j’ai travaillé sur les premières réalisations de ce programme de logement, en analysant les jeux de catégorisations sur lesquelles il reposait.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.