Thèse en cours sur les processus de légitimation citadine dans les espaces irréguliers de Douala au Cameroun

« Les processus de légitimation citadine dans les espaces irréguliers de Douala au Cameroun »

Thèse en cours dirigée par Laurent Faret (CESSMA) et Marianne Morange (CESSMA)

Carole Bignon, Doctorante (géographie), Laboratoire CESSMA, Université Paris Diderot

 

Objectifs de la thèse

Ma thèse de doctorat porte sur l’affirmation d’un « droit à la ville » compris comme processus de légitimation citadine dans des espaces irréguliers centraux et périphériques de Douala (Cameroun). Par « légitimation citadine » j’entends l’ensemble des processus par lesquels les citadins vivant dans des quartiers où l’irrégularité foncière est la norme parviennent à se faire une place en ville en affirmant leur bon droit à y demeurer.

Il s’agit d’interroger la manière dont se manifeste et s’exprime, dans un contexte d’État autoritaire, une forme de droit à la ville, quand ce dernier ne peut pas être revendiqué politiquement de manière ouverte, à l’inverse de ce que l’on observe dans certains pays émergents notamment. Alors qu’au Cameroun la liberté d’expression est contrôlée, non seulement dans le domaine politique mais aussi en ce qui concerne les questions foncières, c’est à travers l’analyse des pratiques quotidiennes et ordinaires, des trajectoires résidentielles et des moments de confrontation avec l’État que peuvent s’observer les réponses citadines face à la répartition inégale des terres et à l’insécurité de la tenure foncière. Dans une situation de forte pression sur le foncier urbain, de concurrences et de conflits autour de l’appropriation et de l’usage du foncier urbain, comment se faire une place en ville ? Ou comment la réinventer dans le cas des déguerpis ?

Terrains d’étude et éléments de contexte

J’ai retenu trois terrains d’étude : les quartiers d’Akwa (Douala I), Bonabéri Sud (Douala IV) et New Bell (Douala II) (voir carte ci-dessous).

Carte 1. Terrains d’études à Douala

carte 1

Source:  Carole Bignon, fond de carte CUD Douala, 2010.

Les arrondissements les plus peuplés sont concentrés géographiquement à Douala IV, Douala V, Douala III, et Douala II où l’on enregistre des densités atteignant 880 hbts/km2. Par contre, Douala I, est lé moins peuplé avec une densité autour de 26 à 150 hbts/km2.1

Akwa est l’un des quartiers historiques de Douala : à l’origine (xvie siècle) il s’agissait d’un village occupé par les Dualas, tout comme Deïdo, Bonassama et Bonanjo. Ces quatre villages sont aujourd’hui devenus des quartiers de la capitale économique. Centre des affaires où se situe le port, Akwa est une zone centrale dont le tissu urbain est tramé et l’occupation du sol dominée par des entreprises et des immeubles de bureaux et d’habitations. L’appartenance historique d’Akwa est revendiquée par les dits autochtones, qui souvent regrettent d’avoir vendu, dans les années 1950, les terres à vil prix aux investisseurs étrangers ou aux « allogènes ».

New Bell est un quartier péricentral considéré comme le quartier historique des dits allogènes, qui en sont les premiers habitants au début du xxe siècle. La sécurité foncière y est très incertaine étant donné que la grande majorité de la surface de ce quartier correspond à un unique titre foncier appartenant à l’État : il s’agit du titre foncier n° 3843/W dont la superficie est de 257 ha. Le ministère du Domaine et des Affaires foncières qualifie d’anarchique l’occupation de New Bell par ses habitants, une vaste campagne de régularisation à travers la vente de gré à gré des parcelles est donc lancée depuis 2008. Sa position géographique au sein de la ville et l’aspect confus de l’appartenance de sol entraînent des revendications et des convoitises sur l’espace.

Enfin, le sud de Bonabéri et, plus particulièrement, Nkomba et Mambanda sont des zones d’habitat périphériques récemment et densément peuplées, qualifiées d’inconstructibles car marécageuses et donc sans sécurité foncière. Les constructions à Nkomba ont été presque entièrement détruites en 2014 au profit de la zone industrielle. Ces espaces sont occupés principalement par des migrants camerounais venus plus récemment à Douala (années 1970) que les habitants de New Bell. C’est généralement pour accéder à la propriété que les habitants quittent le centre-ville où ils sont locataires pour venir acquérir une parcelle à Mambanda. Cette démarche est possible en passant par les procédures du droit coutumier qui garantissent une relative sécurité foncière, non pas sur le plan légal mais sur le plan coutumier.

Dans ces quartiers, l’irrégularité peut s’observer à différentes échelles, de la parcelle à la rue, voire au quartier et à la métropole. De même, les processus de légitimation s’expriment à plusieurs échelles et ils relèvent de dynamiques diverses : mobilisation de mémoires urbaines, affirmation d’une légitimité à être en ville par la convocation des pratiques économiques et sociales, ce que je désigne comme une matérialité pratique de la reconnaissance. C’est à la fois l’articulation entre ces registres de légitimité et entre ces niveaux scalaires que je me propose d’étudier afin notamment de questionner le clivage fondamental qui oppose, à Douala, les groupes dits autochtones et les groupes de population considérés comme allogènes.

Les jeux et enjeux fonciers engagent une multitude d’acteurs : ménages, autorités administratives et coutumières, politiques. Tous exercent une forte pression sur l’espace urbain en tant que celui-ci constitue une ressource économique, politique et sociale. Dans la majorité des cas, la procédure passant par les chefs coutumiers est incontournable pour acquérir un lopin de terre. Elle donne aux acquéreurs un sentiment de légitimité à occuper la parcelle. Cependant, droit positif et droit coutumier coexistent. La légitimité de certains habitants, même quand ils ont accédé au sol par le biais d’une autorité coutumière, peut ne pas être reconnue, voire être contestée par la municipalité qui s’appuie sur des réglementations foncières. Les objectifs que se fixe la Communauté urbaine dans le plan directeur d’urbanisme de Douala à l’horizon 2025 et les efforts de « modernisation » que ce dernier propose, incitent les autorités locales et nationales à exercer une forte pression sur le sol dans le cadre de la maîtrise de l’urbanisation.

Dans ce contexte, les fonctionnaires municipaux invoquent le caractère légal de leur action pour la justifier. Les citadins, quant à eux, contournent la loi pour négocier leur espace de vie, s’exposant parfois à des déguerpissements. En traitant des politiques publiques – dont on peut questionner la légitimité, bien qu’elles soient légales, et que contestent en partie les citadins précisément par leurs pratiques – on aborde la question des concurrences concernant la revendication de la légitimité pour l’occupation du sol, mais aussi les modes d’occupation « tranquille » de l’espace qui s’inventent au quotidien.

 

Méthodologie

Je m’appuie sur un dispositif d’entretiens semi-directifs avec les habitants, des entretiens avec les représentants de l’État, les acteurs privés concernés par la planification urbaine et les enjeux fonciers et les chefs coutumiers, ainsi que sur une observation in situ des pratiques spatiales et des modes d’appropriation de l’espace urbain à plusieurs échelles.

Ces entretiens et ces observations ont été menés lors de missions de terrain en partie financées par le CESSMA : de janvier à juin 2014, en novembre 2014 et en mai-juin 2015.

 

Mémoires urbaines et autochtonie : une clé de lecture centrale ?

Les concurrences sont souvent influencées par l’appartenance à des groupes dits ethniques. Les quatre millions d’habitants de Douala sont en effet originaires de l’ensemble des régions du Cameroun, et particulièrement de l’Ouest du pays, ainsi que de l’étranger. Une minorité (11 % selon le RGPH de 19872 y est dite « autochtone », c’est-à-dire qu’ils appartiennent au groupe ethnique des Dualas qui a donné son nom à la ville. Ce clivage remonte à la période coloniale : en 1910, l’administration allemande organisa le déguerpissement des riverains du plateau Joss de Bonanjo. Le roi Douala Manga Bell protesta et résista pendant trois ans avant d’être pendu. Cet événement reste gravé dans les mémoires doualaises, en particulier chez les Dualas.

Ce processus a été renforcé à partir des années 1950 : l’achat massif de terres par des ménages de toutes classes sociales, provenant majoritairement de l’ouest du Cameroun, correspondant à la période d’explosion de la croissance urbaine, a exacerbé un sentiment d’injustice chez les Dualas. Aujourd’hui, ces derniers invoquent une légitimité historique, se considérant comme les premiers habitants de Douala et, à ce titre, seuls fondés à posséder le sol, et à en contrôler les usages. Les chefs coutumiers sont Dualas et contrôlent l’accès à la terre. Parmi ceux que j’ai interrogés, les discours à caractère xénophobe ont été fréquents, affirmant que seuls les Dualas auraient une légitimité à être propriétaire de la terre à Douala.

 

Déguerpissements : se réinventer une place en ville face à l’autoritarisme de l’État

Parallèlement, je m’interroge sur les processus de réinvention d’une place en ville après un déplacement forcé. Les autorités locales et nationales procèdent en effet, comme c’est le cas dans de nombreuses villes d’Afrique, à des déguerpissements violents. Mon terrain a notamment porté sur le déguerpissement survenu en mars 2014 à Nkomba dans la zone industrielle de Bonabéri (Douala IV). En août de la même année, un vaste déguerpissement a également eu lieu à Diboum 1, à Bassa (Douala III), ne faisant pas partie de mes quartiers d’étude mais dont j’ai néanmoins suivi le déroulement, en lien direct avec ma recherche.

Images 1 et 2. Zones ayant fait l’objet de déguerpissement  DSC00243 DSC07338

(c) C. Bignon

Diboum 1, quartier Bamenda, zone industrielle Bassa (Dla III) (image 1, 11/05/15) et Nkomba, Bonabéri Sud, Douala (Dla IV) (image 2, 07/05/14)

Il s’agit de terrains publics rétrocédés par l’État à l’établissement public de la Magzi (Mission d’aménagement et de gestion des zones industrielles), en 1968 dans le cas de Diboum 1 et en 1971 concernant Nkomba. Ces terrains n’ont pas été entièrement exploités et mis en valeur par la Magzi. Des ménages s’y sont donc progressivement installés. En 2014, la Magzi a décidé de récupérer ces terrains par la force, entraînant l’éviction brutale des habitants de Nkomba à Bonabéri (photographie 2), et de Diboum 1 à Bassa (photographie 1). Ces déguerpissements ont eu pour conséquence le déplacement forcé d’environ 15 000 personnes dans le cas de Nkomba et 40 000 dans celui de Diboum 1.

Les habitants de ces quartiers y étaient installés pour certains depuis plus de trente ans. L’investissement financier pour la construction de leurs habitations et le passage par des procédures coutumières ont favorisé le fait qu’ils se considéraient comme propriétaires légitimes du sol et de leurs maisons. Il s’agissait surtout de migrants camerounais qualifiés d’allogènes ainsi que d’étrangers, également considérés comme « indésirables », par les Dualas et par la municipalité. Jusqu’à ce jour, les déguerpis n’ont connu ni relogement, ni dédommagement, contrairement aux recommandations des instances internationales.3

Le cas des déguerpissements illustre la concurrence entre politiques publiques et légitimités citadines quant à l’usage du sol. Mon travail, désormais, consiste à suivre les trajectoires des personnes déplacées pour comprendre comment elles se refont une place en ville, dans un contexte où la contestation politique est très difficile. Les déguerpis doivent donc se réinventer une place en ville, à travers des trajectoires diverses, souvent en s’étant d’abord fait héberger dans l’urgence par des connaissances, puis en louant un logement à bas prix. Cela permet d’étudier, à travers un exemple très concret, les processus de légitimation citadine dans le contexte où la citadinité a été refusée.

Dans cette thèse, la question foncière apparaît donc comme une entrée, tant à travers l’étude de la parcelle de terrain qu’à travers celle des activités installées dans l’espace public de manière irrégulière, permettant d’analyser comment se faire – ou se refaire – une place en ville. Questionner le droit à la ville dans un espace comme Douala à travers le prisme du foncier urbain incite à observer finement, au quotidien, les pratiques citadines des Doualais. Cette observation amène à comprendre que ce droit s’exprime de façon discrète, rarement sous forme de revendications collectives mais plutôt à travers des initiatives individuelles qui cherchent à remédier aux carences de l’État, notamment en matière d’infrastructures urbaines ou de chômage.

 

Bibliographie

Blot Julie et Spire Amandine, « Déguerpissements et conflits autour des légitimités citadines dans les villes du Sud », L’Espace politique, 2014.

Harvey David, Le Capitalisme contre le droit à la ville. Néolibéralisme, urbanisation, résistances, Paris, Éditions Amsterdam, 2011.

Körling Gabriella et Escusa Elodie, « La matérialité de la reconnaissance : les mobilisations locales pour la fourniture de services publics à Niamey », Politique africaine, 2013 n° 132, p. 27-47.

Mainet Guy, Douala, croissance et servitude, Paris, L’Harmattan, 1985.

Mbaha Joseph Pascal et Assako Assako René Joly, « Recompositions territoriales et gouvernance urbaine sur fond de conflits multiformes à Douala », Chapitre 8 de Regards multidisciplinaires sur les conflits fonciers et leurs impacts socio-économico-politiques au Cameroun, 2010.

Paupert Maeva, « Conflits fonciers et compétition ethnique au Cameroun. L’autochtonie ou le mérite aux fondements de la justice spatiale » BREF, Bernard (dir): Justice et injustices spatiales, Nanterre : Presses universitaires de Paris Ouest, 2010.

  1. Joseph Pascal Mbaha, Joseph Magloire Olinga et Gratien Tchiadeu, Cinquante ans de conquête spatiale à Douala. D’héritage colonial en construction à patrimoine socio-spatial vulnérable aux risques naturels, p. 11 []
  2. Joseph Pascal Mbaha, Joseph Magloire Olinga et Gratien Tchiadeu, Cinquante ans de conquête spatiale à Douala. D’héritage colonial en construction à patrimoine socio-spatial vulnérable aux risques naturels, p. 3 []
  3. Le droit à un logement décent est reconnu par l’article 25-1 de la Déclaration universelle des droits de l’homme. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.