Retour de terrain à Cape Town, par Myriam Houssay-Holzschuch

Myriam Houssay-Holzschuch a réalisé un premier terrain à Cape Town. Elle nous présente les premiers résultats et pistes de réflexion.


L’idée de droit à la ville en Afrique du Sud, Marianne Morange le soulignait ici « est désormais mobilisée dans un large spectre politique, à la fois par des associations de défense des citadins pauvres, par des think tank d’inspiration libérale, par des ONG réformistes, ou par des mouvements de contestation, notamment pour dénoncer les fondements idéologiques du projet politique de l’ANC ». L’auteure souligne ainsi l’ambivalence de l’expression, qui prend sur le terrain capetonien une dimension supplémentaire : la métropole est dirigée par le principal parti d’opposition à l’ANC, qui s’attache donc à faire de la ville une vitrine de son projet politique. Ce dernier s’inscrit précisément dans la tension entre marketing urbain – proposer une ville durable, attractive à l’échelle globale pour touristes, services et investisseurs – et politiques de réduction des inégalités, via notamment la fourniture de services urbains. Ce jeu de funambule est rendu plus périlleux encore par les entrecroisements de légitimités et de compétences au sein même de l’espace métropolitain, entre municipalité, province, organismes nationaux (certains services de protection de la nature par exemple) et État central, entrecroisements éventuellement doublés de concurrences politiciennes.

J’ai choisi d’explorer cette ambivalence en tension, qui me semble une caractéristique essentielle de la condition sud-africaine contemporaine, par les espaces vacants. Ces derniers – qui peuvent avoir des statuts juridiques, et en particulier fonciers, divers – couvrent une grande partie de la surface métropolitaine (Ninot et Tallet, 2014). Au-delà du cas classique des zones périurbaines, agricoles ou naturelles, la localisation de ces espaces vacants relève largement du passé d’apartheid : c’est là que la distance spatiale et sociale que l’apartheid a voulu établir entre les « groupes raciaux » a précisément pris place, dans les zones tampons non constructibles autour des townships, dans les emprises démesurés des aménagements de transport, dans l’espace vide des quartiers détruits ou l’espace non aménagé des quartiers construits et imposés aux populations noires et coloureds. Ces espaces vacants sont particulièrement nombreux sur l’ancienne frontière urbaine entre zones blanches et le reste de la ville. Ils sont une cicatrice du régime précédent et accueillent aujourd’hui des usages nouveaux dans des espaces fossiles, créés selon une logique antérieure discordante à la ville actuelle. Enfin, ils servent d’espaces de projection d’un futur urbain possible, tant en termes d’aménagements possibles que de revendications. Lieux hérités, lieux pouvant servir d’outils de réparation des injustices du passé car accueillant potentiellement des logements sociaux ou des services manquant cruellement aux populations pauvres, ou lieux performatifs d’une ville se voulant durable et artistique, ils forment des laboratoires passionnants.

Le travail de terrain s’est effectué sur trois de ces laboratoires du droit à la ville : l’espace vacant de Rondebosch Common, lieu de l’avatar capetonien du mouvement global Occupy ; les mémoires de District Six ; la réhabilitation de l’espace public à Harare, dans le township de Khayelitsha. Chacun de ces projets est à un état différent d’avancement – clôture et publication pour l’un, en cours pour le second, en exploration pour le troisième

1. Occupy Rondebosch Common

Cette étude avait deux objectifs, conjoints :

  • Le premier, théorique : Proposer, dans le cadre épistémologique de la Southern Theory (Connell, 2007; Roy, 2009), une relecture de la notion très normative et occidentalo-centrée d’espace public ;
  • Le second, empirique : analyser et interpréter les mouvements sociaux liés à Occupy qui ont eu lieu sur l’espace vacant de Rondebosch Common en 2012. Cette étude empirique était utilisée pour tester le modèle théorique développé.

Rondebosch Common (Figure 1) est un ancien terrain de cantonnement militaire, utilisé par les troupes coloniales. Transformé progressivement en lieu de loisir non paysagé, consacré également à la protection d’une flore (le fynbos) et faune endémiques et menacées, c’est un terrain vide de quelques 38 hectares entre les banlieues sud, anciennement réservées aux Blancs, et le début des Cape Flats, lieu de relégation des populations discriminées sous l’apartheid.

Figure 1 : Rondebosch Common, vue vers l’ouest.

Image 1

Source : auteure

En Janvier 2012, différentes organisations de la société civile, principalement des associations de défense des citoyens pauvres, en coalition avec des organisations alternatives, ont voulu établir dans le contexte d’Occupy, un Sommet populaire pour l’emploi, l’accès à la terre et au logement (Figure 2). Ce sommet a été rapidement réprimé par la municipalité. D’autres revendications dans les jours et mois suivants ont choisi le site de Rondebosch Common : une cérémonie de purification et de réappropriation symbolique du site par les populations autochtones khoisan aboutissant à la restauration officieuse d’une toponymie autochtone – les revendications relevant de la problématique de peuples premiers s’ajoutant de manière croissante au discours sur le droit à la ville au Cap, (Figure 3) ; une marche venant des Cape Flats tentant de faire renaître l’United Democratic Front, mouvement multiracial des années 1980.

Figure 2 : Affiche pour le lancement de Occupy Rondebosch Common/’Take back the Commons’.

Image 2

Source : http://kaganof.com/kagablog/category/categories/rondebosch-common-occupied/, accédée le 23 septembre 2015.

Figure 3 : Tsui//Goab – ou « celui qui répand du vert à la surface de la terre ». Néotoponymie autochtone officieuse sur Rondebosch Common.

Image 3

Source : auteure

Les résultats de cette étude viennent d’être publiés (Houssay-Holzschuch et Thébault, 2015). En ce qui concerne la problématique du droit à la ville, ils soulignent la capacité de certains mouvements à produire du politique au sens de Rancière (Rancière, 2003; Davidson and Iveson, 2014), dans la mesure où ils se placent justement en dehors d’une pré-détermination sociale et où ils remettent en cause l’ordre spatial établi. En d’autres termes, pour reprendre ceux du militant Jared Sacks,

If the commons is for all in name only, then it does not exist. Thus, the ‘Take Back the Commons’ movement aims to liberate public spaces such as Rondebosch Common. It must be for all to use and enjoy, not only for a privileged few to hoard.”

 

2. District Six et la mémoire comme droit

 Autre espace vacant, iconique celui-là, le quartier péricentral de District Six, détruit sous l’apartheid, et largement demeuré non construit (Figure 4 et 5) (Houssay-Holzschuch, 2010). Ce quartier est pris dans des réseaux de revendications croisées, foncières, mémorielles et artistiques. Le District Six Museum, musée communautaire et lieu d’action militant, y organise la mémoire du quartier et des groupes d’anciens résidents. Les premiers retours des expulsés, suite au processus de restitution foncière datent de 2004, et se poursuivent depuis au compte-goutte. Les mémoires ordinaires du quartier (cf. axe 1 du programme) y sont à la fois un but en elles-mêmes et une manière d’obtenir le droit de revenir : le droit à la mémoire est lui-même générateur de droits.

Figure 4 et 5: le quartier détruit de District Six ; le District Six Museum.

Image 4 Image 5

Source : auteure.

En parallèle, des institutions tenter d’établir une présence légitime sur l’espace physiquement vacant et symboliquement plein du District, ou de légitimer une présence de fait : le Cape Peninsula University of Technology, installé sous l’apartheid dans une portion de l’espace, oscille entre mépris pour les mémoires que sa présence même bafoue, et concessions cosmétiques. La municipalité quant à elle tente d’établir par partenariats une zone créative, The Fringe (Wenz, 2014).

Dans ce terrain à la fois fondamental et miné par des conflits de mémoire entre ayant droit, ou entre voulant avoir droits, le prisme de l’art apparaît comme une manière de saisir les enjeux (Guinard, 2012). Le tournant spatial de l’art contemporain, la dimension participative avec d’anciens résidents, la manière dont le lieu est « œuvré d’art » (Volvey, 2012) forment des pistes prometteuses pour étudier les répertoires et les registres de légitimation.

 

3. Harare, Khayelitsha

Enfin, les espaces vacants peuvent être réappropriés et réhabilités, souvent dans le cadre du marketing urbain. Celui-ci s’applique de façon spectaculaire dans le centre ville (City Bowl) mais les espaces publics délaissés ou jamais aménagés des zones périphériques denses et pauvres font aussi l’objet de politiques publiques. En particulier, le petit centre du quartier de Harare, dans le grand township noir de Khayelitsha, a été réaménagé dans le cadre de la coopération internationale par VPUU (Violence Prevention though Urban Upgrading). La prévention situationnelle transforme des espaces publics pour y améliorer la sécurité, y créer un sens – bref, y faire lieu, voire territoire pour les habitants. Ce projet a été à son tour approprié par la municipalité (Figures 6 et 7), qui en a fait l’un des phares de son programme d’action de capitale mondiale du design en 2014 (Wenz, 2014).

La question des usages réels des espaces ainsi réaménagés se pose – comme celle de leur efficacité à offrir aux populations les plus vulnérables un peu d’urbanité. C’est cette piste qui sera poursuivie lors des terrains ultérieurs.

Figures 6 et 7 : Marketing urbain et World Design Capital – la promotion du projet Harare de VPU par la municipalité à l’aéroport du Cap.

Image 6image 7Source : auteure

 

Références

Connell R, 2007 Southern Theory. The Gobal Dynamics of Knowledge in Social Science (Polity, Cambridge)

Davidson M, Iveson K, 2014, « Occupations, mediations, subjectifications: fabricating politics » Space and Polity 18 137-152

Guinard P, 2012 Les espaces publics au prisme de l’art à Johannesburg (Afrique du Sud) : Quand la ville fait œuvre d’art et l’art œuvre de ville Thèse de géographie, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, Nanterre

Houssay-Holzschuch M, 2010 Crossing boundaries: vivre ensemble dans l’Afrique du Sud post-apartheid Habilitation à diriger des recherches en géographie, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Paris

Houssay-Holzschuch M, Thébault E, 2015, « Dis-locating Public Space: Occupy Rondebosch Common, Cape Town » Environment & Planning A

Ninot O, Tallet B, 2014, « Au delà des discours, quelles réalités pour les espaces ouverts en périphérie des métropoles des suds ? Approche comparative Le Cap/Mexico », in Métropoles aux Suds, le défi des périphéries ? Ed J-L Chaléard (Karthala, Paris) pp 411-429

Rancière J, 2003, « Politics and aesthetics: an interview » Angelaki: Journal of the Theoretical Humanities 8 194-211

Roy A, 2009, « The 21st-Century Metropolis: New Geographies of Theory » Regional Studies 43 819-830

Volvey A, 2012 Transitionnelles géographies : Sur le terrain de la créativité artistique et scientifique Habilitation à diriger des recherches en géographie, Université Lumière Lyon 2, Lyon

Wenz L, 2014 Worlding Cape Town by Design – Creative cityness, policy mobilities and urban governance in postapartheid Cape Town Ph.D. in Geography, Westfälischen Wilhelms-Universität zu Münster, Münster


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.