Retour de terrain Sophie Didier et Marianne Morange,– mission au Cap (Afrique du Sud), 29 janvier 2016

Retour de terrain – mission au Cap (Afrique du Sud), 29 janvier 2016

Sophie DIDIER & Marianne MORANGE

Lors de cette mission de 2 semaines, nous avons travaillé sur les fonds d’archives de la City of Cape Town qui sont conservés au centre-ville du Cap. Il s’agissait de reconstituer les modalités de « construction du problème public » du commerce de rue au Cap, dans le temps long, c’est-à-dire à peu près depuis les débuts de la création de l’Union sud-africaine (1910). En explorant les dossiers des services techniques de la municipalité (échanges de correspondances avec des associations de résidents, des syndicats de commerçants de rue, ou des commerçants individuels, ou encore échanges entre les services techniques de la City), nous avons pu observer la mise en place progressive d’un encadrement politique de ces activités, encore largement insaisissables par le gouvernement local dans la première moitié du XXème siècle. Il s’agissait de comprendre comment se dessinaient progressivement les contours et les limites d’une forme de droit à commercer dans l’espace public qui est aujourd’hui assez bien normé et respecté dans le centre-ville du Cap (ce n’est pas le cas dans d’autres parties de la métropole). Une autre partie de notre recherche a consisté à collecter les principaux textes règlementaires et légaux qui encadrent et régulent le commerce de rue depuis la période coloniale et à étudier leur élaboration, leurs transformations et les modifications successives dont ils ont fait l’objet, au rythme des recompositions institutionnelles, de l’évolution politique locale et nationale, de l’affirmation d’un gouvernement local au Cap, mais aussi de la croissance urbaine. Ce travail a été fait à partir d’un entrée spatiale, en privilégiant deux sites d’études, les deux grandes places publiques du centre-ville du Cap, constituées dès les débuts de la période coloniale : le Greenmarket Square et Grand Parade.

Ce travail en archives n’a pas de prétention historique, au sens disciplinaire. Il vise à éclairer les modes de gouvernements présents du commerce de rue au Cap, en les resituant par rapport à un processus de construction normatif dans le temps long (un siècle), en abordant le gouvernement du commerce de rue dans une perspective généalogique. Cette mission a par ailleurs permis de réaliser une mise à jour sur le gouvernement actuel du commerce de rue, que nous avions documenté lors de missions précédentes, et de resituer le travail ethnographique réalisé en 2014 par Marianne Morange sur les pratiques commerciales et la mise en ordre de l’espace public du marché « africain » du Greenmarket Square (voir billet 21-04-2015 sur ce blog). Nous sommes aussi retournées sur ce marché pour effectuer un travail de relevé de terrain et des croquis à partir d’une observation directe non participante, afin d’analyser les modes d’appropriation de l’espace commercial du stand (l’emplacement de 2 mètres sur 2 mètres attribué par la Ville aux vendeurs patentés), à une échelle micro-locale (voir illustrations) et d’étudier la marge de manœuvre des commerçants dans ce dispositif spatial.

étal1 étal2 étal3

croquis terrain 2016CT

Travailler sur des documents historiques nous a permis d’aborder trois questions :

  1. dans quelle mesure les textes actuels s’inspirent de, ou s’appuient sur, des architectures juridiques antérieures ;
  2. d’où viennent les normes qui régissent actuellement ces activités (comment elles ont émergé et se sont consolidées dans le temps) ;
  3. quelles étaient déjà les marges de manœuvre, de résistance et de contestation de ces normes par les citadins concernés.

C’est évidemment le volet des pratiques qui est le moins aisément livré par les archives, du moins celles que nous avons étudiées. Néanmoins, le retour de certaines questions, de certains problèmes, jamais réglés, montre la lenteur d’ajustement de certaines pratiques ou des résistances de fait.

Ce travail donnera lieu à un article, courant 2017.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *