Retours de terrain d’Amandine Spire à Lomé (Togo), février 2016

Etre un citadin « affecté » à Lomé : l’ordinaire et la « douce » contrainte

Amandine Spire
14 – 23 février 2016

En fin de journée, à la « cité » de Djagblé, les enfants parcourent les larges voies non asphaltées et rectilignes qui n’ont pas été baptisées. Peu d’activités occupent l’espace public jalonné de tas de briques, de sable et de divers matériaux de constructions qui côtoient de jeunes arbustes sous lesquels errent quelques chèvres et poules. Le château d’eau domine la cité symbolisant l’histoire particulière et récente de la cité : il s’agit du secteur de réinstallation de citadins ayant quitté l’emprise d’une nouvelle infrastructure majeure de la métropole, le Grand Contournement de Lomé. Eloigné, la cité est un terrain nu que les citadins ont investi sous les directives de l’Etat, en compensation des logements quittés en 2011. La Cité de Djagblé m’évoque les narrations des habitants du Nouveau Zongo qui, dans un tout autre cadre, avaient dû reconstruire leur vie dans le secteur de Togblékopé, en 1977 après le déguerpissement du centre-ville, à l’époque au-delà des limites de la ville…

Cette mission de terrain réalisée  avec Pascale Philifert et Francesca Pilo’ (billets à venir) avait pour objectif d’interroger la manière dont les opérations de mobilité contrainte produisent de nouveaux agencements socio-économiques et politiques qui reconfigurent le droit à la ville à Lomé, dans la perspective des travaux de l’axe 2. Dit autrement, ce travail de recherche repose sur l’idée que la situation du replacement, considérée dans un temps ordinaire (et non le moment des luttes et des mobilisations) permet de questionner les processus normatifs et les dispositifs de contrainte qui encadrent le droit à la ville  dans une dynamique d’ajustements réciproques entre citadins et autorités urbaines. L’angle d’approche esquissé en 2014 a été consolidé grâce à une enquête auprès des ménages (entretiens avec les citadins replacés) aux confins de la ville, à la Cité de Djagblé (projet de l’Etat financé grâce à un prêt accordé par une banque chinoise) et à une observation des espaces alloués aux commerçants déplacés de la rue au Nouveau Marché d’Agbalépédogan (Programme d’Urgence de Réhabilitation des Infrastructures et des Services Electriques – PURISE – financement BM) dans la périphérie Nord.

Ces deux projets permettent de mettre en perspective les normes de l’action publique dans le traitement des mobilités contraintes et de la réinstallation qui rime avec formalisation : résidentielle dans le cas de Djagblé, commerciale à Agbalépédogan. Dans les deux cas, il s’agit de petites opérations en termes de nombre de citadins replacés (quelques centaines). Tous les citadins replacés ont initialement reçu « un accompagnement » inédit au Togo. Sous conditions, ils ont pu négocier les modalités de leur départ, obtenir des compensations et recevoir de nouveaux emplacements. Les distances entre les lieux quittés et les places attribués diffèrent : dans le cas de Djagblé il s’agit d’une dizaine de kilomètres (des quartiers périphériques qu’empruntent la nouvelle rocade urbaine aux confins de l’espace urbanisé) et dans celui d’Agbalépédogan de quelques centaines de mètres (de la rue 195 au Marché voisin). Dans les deux cas, la réinstallation s’accompagne de la mise en place d’un dispositif très cadré pour gérer le départ des ménages affectés. Les modalités d’action de l’Etat dans le cadre de ces deux opérations constituent un enjeu qui va au-delà des projets puisqu’il s’agit alors de mettre en visibilité l’amorce de nouvelles pratiques de gouvernement : faire accepter le projet de modernisation, remettre en ordre les usages de l’espace, instiller un mode de « bonne conduite », être à la « bonne place »…

La méthode de terrain repose parallèlement, comme en 2014, sur des entretiens avec les acteurs en charge des politiques urbaines et des projets conduisant à la « réinstallation » des « affectés » (Ministère Urbanisme, CII, AGETUR, Planification stratégique du Grand Lomé). Ces enquêtes ont exploré les modalités de redéfinition des normes et l’évolution des référents des modes d’action publique. Le recours à de nouveaux outils, le certificat d’entente qui contractualise la relation entre l’Etat et les affectés par exemple, témoigne de l’apparition de contrainte « douce » dans la gestion des évictions.

En complément de ces enquêtes, il s’agissait d’interroger les ressorts des registres juridiques dans l’allocation des usages de l’espace et leur persistance/transformation au cours du temps. Les données recueillies auprès d’avocats et de notaires permettent d’éclairer les différentes strates de pratiques qui produisent le droit à formuler, transmettre et transformer les usages de l’espace. Ce détour par les discours des représentants du droit positif permet de mesurer les agencements entre prescriptions/pratiques dans les processus de reconnaissance du droit à se maintenir en ville.


Une réflexion au sujet de « Retours de terrain d’Amandine Spire à Lomé (Togo), février 2016 »

  1. Ping : Retour de terrain de Francesca Pilo’ à Lomé (février 2016). | DALVAA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *