Retour de terrain d’Amandine Spire à Accra, avril 2016

Accra, 29 mars 2016. Retour au Ghana avec Armelle Choplin et Marianne Morange. Quelques mois ont passé depuis les différents repérages et une première série d’enquêtes en 2015 cherchant à interroger, à travers un objet concret, les significations de la notion de droit à la ville dans la capitale du Ghana.

La première mission menée avec Armelle Choplin avait été marquante, s’achevant sous le choc. C’était le lendemain d’une intense pluie tropicale qui avait provoqué de violentes inondations dans de nombreux quartiers de la ville. Le paroxysme s’était déroulée en tout fin de journée, à quelques mètres de « notre » terrain balbutiant, à Circle. Les inondations s’étaient conjuguées à l’explosion d’une station service devant laquelle s’étaient abritées des citadins dans l’attente d’une accalmie pour s’arrimer au premier trotro (minibus local) ayant défié les trombes d’eau.

Le scénario catastrophique : l’eau et le feu réunis à une heure de pointe à quelques mètres du carrefour stratégique de Circle, le long du « ring » du centre-ville. Des dizaines et des dizaines de morts, des grands brûlés, des voitures et des étals emportés et retournés par les flots. Le marché d’Odorna, à une centaine de mètres de la station service est en désordre. Le traumatisme, le besoin de raconter, de nous rappeler le « désastre », se révèle omniprésent dans la reprise de contact avec nos interlocuteurs en cette fin de mois de mars 2016.

L’événement dramatique de juin 2015 a laissé des traces et des blessures. Il a renforcé aussi le besoin de reconnaissance de la part de citadins qui se sont sentis piégés par l’histoire de leur relocalisation. La demande d’ordre et de réaction des autorités urbaines s’énonce avec insistance.

Images. Le marché des commerçants réinstallés à Odorna : « inside » – outside

DSCF1224 DSCF1242

Source : clichés Amandine Spire, 2016.

Ce marché est une traduction de la politique de « décongestion » (des activités informelles, de l’espace public) qui vise la transformation de l’image du centre-ville de la capitale du Ghana. La mise en ordre et aux normes de la capitale se traduit notamment par des opérations d’éviction qui fait rejouer le droit à la ville. La trajectoire des commerçants du Novotel Market, contraints par les autorités urbaines de quitter le cœur du CBD en 2008 pour un emplacement moins stratégique, dangereux et néanmoins formalisé questionne les ressorts de l’expérience de la régularisation et de la relocalisation à l’aune d’un léger recul temporel (8 ans). A travers ce processus, les enquêtes de terrain avaient pour but d’explorer la nature des reconfigurations sociales et politiques produites dans le temps de l’après éviction, de l’après conflit dans le maintien des citadins au cœur d’un nouveau marché public de denrées périssables, Odorna Market.

Le groupe de commerçants ciblé par l’opération d’éviction en 2008 est loin d’être homogène. Différents collectifs ont rapidement vu le jour dans des logiques de coalition ou d’opposition avec les autorités urbaines. Chaque sous-groupe est régi par une queenmother symbolisant la garantie de droits et devoirs de collectifs sous contrôle. Concrètement, l’infrastructure précaire d’Odorna Market, adossée au Pedestrian Shopping Mall, ressemble à une halle surmontée de tôles dans un état critique, prolongé et concurrencé par le développement de Novotel Market #2 et Peace Market, animés par deux autres collectifs en concurrence avec l’association mère dans le droit à stabiliser certaines normes sociales et spatiales, faire respecter l’ordre et dialoguer avec les autorités urbaines.

Le travail d’enquête a consisté essentiellement en une série d’observations répétées et prolongées sur le marché à différents moments de la journée complétée par deux volets d’entretien.

Le premier consistait à approfondir la manière dont les associations concurrentes s’emparent du pouvoir dans le site de réinstallation, dans le prolongement ou en rupture avec les organisations pré-existantes au déplacement. Les investigations étaient articulées autour de leur prise de position au regard des autorités urbaines et entre collectifs institués.

Le deuxième volet nous a permis de rassembler une dizaine d’entretiens approfondis avec des commerçantes réinstallées dans le marché, pour saisir les pratiques ordinaires, répétées au quotidien, et le poids des contraintes dans le possible maintien dans le marché et en ville.

 


2 réflexions au sujet de « Retour de terrain d’Amandine Spire à Accra, avril 2016 »

  1. Ping : Retour de terrain, Accra, avril 2016 | DALVAA

  2. Ping : Retours de terrain, Accra, 2016 | DALVAA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *