PARUTION : L’Afrique cosmopolite. Circulations internationales et sociabilités citadines, Presses universitaires de Rennes, 2017, 197 p., par Catherine Fournet-Guérin

L’ouvrage :

La célèbre écrivaine nigériane Chimamanda Ngozi Adichie mentionne souvent dans ses interviews que les mots « Afrique » et « cosmopolite » sont trop souvent considérés comme antagonistes. Or, loin d’être en dehors du monde, ou la marge de celui-ci, comme elles sont souvent considérées en vertu d’un regard condescendant, les villes d’Afrique sont pleinement actrices des changements qui le traversent et sont également des lieux où s’exprime une modernité foisonnante. Dans ce livre sont  étudiées les manières dont les villes d’Afrique au Sud du Sahara sont dynamiques, ouvertes à des influences internationales et à des circulations de personnes, d’idées ou d’objets : personnes venues du monde entier, mais plus particulièrement d’autres pays du Sud, idées vagabondes ou objets et pratiques que l’on décèle dans l’alimentation, l’architecture ou dans des formes d’expression artistique très variées, comme la bande dessinée, le cinéma ou la peinture. Le développement intense des migrations internationales et l’installation d’étrangers en Afrique est au cœur du propos : comment ces étrangers s’installent en ville, comment ils y vivent au quotidien, quels lieux de sociabilité nouveaux ils créent, etc. Ainsi ces étrangers résidant dans les villes d’Afrique contribuent à enrichir la vie citadine et les sociabilités quotidiennes. Dans ces nouveaux lieux de sociabilité cosmopolites, on observe des pratiques qui relèvent du cosmopolitisme, tout comme des représentations nouvelles. Ces lieux ne sont pas uniquement destinés à une clientèle « ethnique », mais sont également tournées vers les habitants locaux. Ainsi, restaurants étrangers, casinos, mais aussi lieux jouant sur la nostalgie coloniale, parfois construite de toutes pièces, attirent tout à la fois des étrangers et des locaux, qui apprécient particulièrement l’exotisme proposé, que ce soit dans le décor, l’ambiance ou l’alimentation. Il est alors possible de qualifier ces lieux de créolisés, en considérant que de nouvelles formes d’échanges culturels s’y développent. Toutefois, le désir de modernité et d’ouverture sur le monde ne doit pas occulter le fait que des crispations identitaires émergent en réaction.

Les villes qui font l’objet d’une étude plus approfondie sont Tananarive à Madagascar et Maputo au Mozambique. Dans les deux cas, il s’agit de capitales économiques et politiques, donc des centres importants à l’échelle de leur territoire national, mais peu connues à l’échelle internationale, en dehors des classements habituels sur les grandes métropoles mondialisés. Il est donc intéressant de voir quels modes de vie et quelles pratiques créolisées s’y déploient, dans des temporalités quotidiennes et dans un espace local.

L’approche retenue relève de la géographie sociale et culturelle, avec une attention portée aux habitants, à leurs pratiques et à leurs représentations.

Pour la question du droit à la ville, la manière dont les étrangers non seulement s’insèrent en ville, mais aussi contribuent à la vie citadine, à son développement, à son enrichissement au sens noble du terme, constitue un axe de lecture original qui permet de transcender la catégorisation entre « ici » et « ailleurs », et « nous » et « eux » puisque les conclusions mettent en évidence des pratiques cosmopolites, qui traversent toutes les catégories sociales, y compris les plus modestes.

L’auteur :

Catherine Fournet-Guérin est géographe et Professeur de géographie sociale et culturelle à l’Université Paris Sorbonne ( Paris IV). Sa thèse de Doctorat, soutenue en 2002, a été publiée en 2007 sous le titre Vivre à Tananarive. Géographie du changement dans la capitale malgache, Paris, Karthala. Ses travaux de recherche portent sur les sociétés urbaines d’Afrique. Elle interroge les pratiques et représentations des citadins, leurs vies quotidiennes, les mobilités internationales et elle mobilise pour ce faire les concepts de cosmopolitisme, de modernité et de créolisation.

Table des matières détaillée :

 

L’Afrique cosmopolite – Table des matières

 Avantpropos et remerciements

Introduction

Villes d’Afrique, Des provinces du monde ?

 Chapitre I – Des villes d’Afrique pleinement inscrites dans des circulations anciennes et à toutes les échelles

 Vers une histoire du cosmopolitisme urbain en Afrique et de ses représentations

Les villes d’Afrique, carrefours depuis l’Antiquité ?

Les villes d’Afrique à l’époque coloniale, des villes cosmopolites ?

Une diversité sous-estimée dans les images actuelles de la ville de l’époque coloniale

Une géographie des villes cosmopolites : un « archipel cosmopolite africain » ?

 De l’usage du cosmopolitisme en géographie : définitions, interprétations et discussions

Des citadins cosmopolites… .

… à la définition de la ville cosmopolite

« Cosmopolitisme » : de la séduction du mot

 L’intensification actuelle des circulations internationales : les villes d’Afrique « au carrefour du monde »

L’étranger dans la ville en Afrique : visibilité, invisibilité

Le constat de villes d’Afrique de plus en plus cosmopolites

L’Afrique dans la mondialisation : les causes de l’intensification des migrations et des circulations internationales

De la perception locale à l’étude scientifique de ces mobilités internationales à destination urbaine

 Conclusion : pour des études de l’archipel cosmopolite africain

 Chapitre II – Modernités citadines en Afrique : formes, pratiques et représentations

Une modernité urbaine « créolisée » ? Essai de définition

 Des formes de « modernité hybride » (Morton, 2002) élaborées de longue date en ville

Hybridité, métissage, interculturalité, créolisation ? Du choix des mots

Architectures : formes de modernité créolisée inscrites dans l’espace

Musiques, pratiques langagières, alimentaires et vestimentaires : formes de modernité créolisée non spatialisées

 Les perceptions contrastées de cette modernité créolisée

Des réactions de crispations identitaires

Une instrumentalisation folklorique du cosmopolitisme ? Promotion touristique et marketing urbain

 Modernité créolisée, lieux de sociabilité cosmopolites et mobilités internationales dans les œuvres artistiques

La ville d’Afrique et la littérature

Films, dessins, photographies, peintures, bandes dessinées et littérature de jeunesse : d’autres œuvres mettant en scène

la ville et des formes de modernités créolisées

Les étrangers et les individus en circulation internationale dans les œuvres d’art

Conclusion : modernes aussi !

 Chapitre III – Lieux de sociabilité et cosmopolitisme citadin .

Vies citadines, entre ici et ailleurs, entre ancrages et mobilités

 La ville sans lieux ? Pour une géographie du local

Quand la ville se défait : en Afrique aussi ?

Pour une étude de la ville qui se fait et de ce qui fait la ville

Du lieu de sociabilité urbain en Afrique

Nouveaux lieux de sociabilité liés aux nouveaux cosmopolitismes

 L’impact de la mondialisation dans l’organisation spatiale des métropoles secondaires d’Afrique : l’émergence de nouvelles centralités

Les nouveaux lieux de sociabilité à l’échelle micro-locale : identification et localisation

Qui fréquente ces nouveaux lieux ? De la clientèle « ethnique » à l’adoption par les citadins locaux, essai de typologie des pratiques citadines

Pratiques « ethniques »

Pratiques créolisées

Pratiques internationales standardisées

Qui fréquente ces lieux ? Approche sociologique

Nouveaux lieux génériques et anciens lieux de sociabilité urbaine : quels liens ? quelle place dans la vie des citadins ?

Les lieux génériques, des « non-lieux » ?

Créolisations actuelles de lieux anciens de sociabilité coloniale : la nostalgie mise en scène

 Les lieux d’origine coloniale du contact avec l’ailleurs : recompositions et recréations

La gare et le Café de la Gare à Tananarive

Nouveaux usages des salles de cinémas coloniales

Les parcs zoologiques, lieux de sociabilité et d’évasion

L’insertion urbaine des centres culturels étrangers

La réaffectation de bâtiments coloniaux en musées et salles d’exposition

« C’est chic, dêh ! » : les lieux du paraître et de l’ostentation

 Lieux du cosmopolitisme et cosmopolitisme des lieux ?

 Des représentations négatives de ces nouveaux lieux de sociabilité

Quand la coprésence ne donne pas lieu à du cosmopolitisme : de la séparation spatiale

Un « cosmopolitisme de circonstance » ?….

… mais aussi un désir d’ailleurs : pour un droit des citadins africains à la quête d’exotisme

Conclusion

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *