Commerçants étrangers d’origine africaine à Maputo (Mozambique). Quels droits à la ville ? -une publication de C. Fournet-Guérin

En décembre 2018, Catherine Fournet-Guérin a publié dans la revue en ligne Cybergéo un article intitulé « Les commerçants étrangers d’origine africaine dans les quartiers de Maputo (Mozambique).Quels droits à la ville ? », que vous pouvez consulter ici : https://journals.openedition.org/cybergeo/29808#quotation)

Cet article est issu de séjours de terrain effectués en 2015 et 2017 et d’échanges au sein du groupe de recherche « Repenser le droit à la ville depuis les villes du Sud ». L’idée centrale est d’envisager comment l’approche à partir de groupes migrants installés en ville peut contribuer à enrichir la notion de droit à la ville. En effet, loin de situations souvent décrites où les migrants étrangers sont ostracisés, la situation à Maputo au Mozambique révèle en fait une bonne insertion dans la ville, la construction de pratiques citadines sur le long terme et une bonne cohabitation au quotidien entre locaux et étrangers.

L’article est construit comme suit. Le Mozambique en tant que destination migratoire méconnue est tout d’abord présenté. On y explique pourquoi des Africains de nombreux pays s’y sont installés, en particulier dans le commerce de détail et de proximité dans les quartiers centraux et populaires, périphériques. Le contexte particulier du Mozambique y contribue : il s’agit d’un pays à orientation socialiste, qui déploie un discours accueillant et qui a noué des liens particuliers avec d’autres pays similaires, comme la Guinée-Conakry, d’où la présence de nombreux ressortissants. Surtout, nombreux sont les réfugiés originaires de la région des Grands Lacs, bienvenus au Mozambique. Ainsi le pays est attractif et plutôt accueillant comparé à d’autres Etats en Afrique. En outre, la capitale Maputo s’avère une destination privilégiée pour diverses raisons : possibilités d’activité économique, car c’est la seule métropole du pays ; mais aussi proximité géographique avec l’Afrique  du Sud, qui fait de la ville un sas pour certains migrants ayant ce pays pour objectif migratoire ; enfin, il ne faut pas négliger la part de hasard et le désir d’aventure qui conduit nombre de jeunes hommes africains à arriver à Maputo sans l’avoir réellement choisi.

Les représentations réciproques entre les locaux et les commerçants africains sont ensuite étudiées. Les Africains se déclarent très majoritairement satisfaits de leur vie à Maputo, développant une représentation positive de leur société et de leur ville d’accueil. Cela se traduit par une vie quotidienne bien insérée dans la citadinité locale, dans les loisirs, le culte ou les pratiques alimentaires par exemple. Réciproquement, les Maputéens développent des discours de tolérance et de bon accueil, tout en faisant état de craintes liées à la concurrence commerciale développée par les étrangers. Mais tous souhaitent se démarquer de l’image répulsive de l’Afrique du Sud voisine et des mauvais traitements infligés aux travailleurs étrangers, à commencer par les Mozambicains eux-mêmes. A cette aune est examinée la question du droit à la ville, entendu pour les étrangers comme le droit d’y habiter, d’avoir sa place dans l’espace public et d’être reconnu par tous comme citadins à part entière. Les lieux du quotidien et les spatialités des Africains à Maputo révèlent une bonne intégration à la vie citadine, avec l’existence de relations de sociabilité avec des Mozambicains. S’il existe certaines tensions (jalousie, crainte de la concurrence commerciale, réactions d’hostilité au nombre perçu comme important d’étrangers…), la situation à Maputo s’avère originale et atypique : des Africains ayant quitté leur pays, réfugiés ou non, apprécient leur ville d’accueil et y sont accueillis dans des conditions que tous considèrent comme positives, d’où la proposition de caractériser cet état de fait comme relevant de formes de droit à la ville pour ces étrangers.

Vidéos tirées de la conférence « Le Droit à Lefèbvre », Université de Caen ESO, mai 2018

Une partie des résultats du programme DALVAA a été présenté au cours d’une table ronde, en mai 2018, lors d’un colloque organisé par l’UMR ESO (Espaces et Sociétés), en lien avec l’UNAM (Mexico) les 29, 30 et 31 mai 2018 (http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/eso-caen/5209

Des vidéo de plusieurs communications et table ronde sont disponibles :

– Disputes autour de l’accès aux déchets de Montevideo à l’aire de l’homo detritus, Lucía Fernández Gabard http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/5413)

-Mise en ordre, mise aux normes et droit à la ville : perspectives croisées depuis les villes du Sud, table ronde, présentée et animée par Aurélie Quentin (LAVUE, Université Paris Nanterre), Marianne Morange, (CESSMA, Université Paris Diderot), Amandine Spire (CESSMA, Université Paris Diderot).  Discutants: Métilde Havard, Quentin Brouard Salas, Antonin Girardin (ESO-Caen) http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/5437

– Histoire de la « pratique urbaine », ses conceptions et limites dans « La révolution urbaine » de H. Lefebvre, Gustavo Toris (http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/5432)

– Le détournement de la critique de l’urbanisme moderne au service de la rénovation des grands ensembles, Joanna Quiros (http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/5423)

– Faire droit à Lefebvre, du Brésil populaire au périurbain nantais (http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/5418)

Pour le droit collectif à la ville. Initiative scientifico-citoyenne pour le relogement solidaire des populations affectées par le séisme du 19 septembre dans la Ville de Mexico, Juanita Ochoa (http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/5419)

– Henri Lefebvre et la nouvelle lecture de la Critique de l’économie politique, un héritage indispensable pour notre temps, Rolando Espinosa Hernández (http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/5417)



Parution : Cahiers des 2èmes rencontres de géopolitique critique de Grenoble (mars 2017)

Numéro coordonné par Claske Dijkema et Morgane Cohen

« La deuxième édition des Rencontres de Géopolitique Critique
a eu lieu du 8 au 11 mars 2017, dans différents lieux
de l’agglomération grenobloise. Il fut un moment fort de
rencontres entre une variété d’acteurs afin de construire
des ponts entre chercheurs et militants, là où des fossés se
creusent dans la ville et donc dans notre société (précarité,
exclusion, mise en illégalité, stigmatisation…), et pour
cela ouvrir un espace d’échanges où différents savoirs se
retrouvent à égalité pour dialoguer. Les rencontres bénéficient
d’un soutien financier du laboratoire de recherche
en sciences sociales PACTE et de Modus Operandi »

SOMMAIRE Continuer la lecture

Dossier spécial dans la revue Métropoles

Nous avons le plaisir de vous annoncer la sortie du numéro spécial « mise en ordre, mise aux normes et droit à la ville : perspectives croisées depuis les villes du Sud », revue Métropoles, 21/2017, qui reflète une partie des travaux menés dans le cadre du programme de recherches DALVAA.

Il rassemble six articles :

Colloque droit à la ville au Sud, expériences citadines et rationalités de gouvernement 15-17 novembre 2017

Le programme détaillé du colloque  « Droit à la ville au Sud, expériences citadines et rationalités de gouvernement », 15-17 novembre est en ligne :

Droit a la ville-programme du colloque-15-16-17 novembre2017-2

Brochure_english_version_08_11_17_reduite

Le livret rassemblant les résumés courts des communications est disponible ici /Short abstracts available :

word_résumé_des_communicants_10novembre

 

PARUTION : L’Afrique cosmopolite. Circulations internationales et sociabilités citadines, Presses universitaires de Rennes, 2017, 197 p., par Catherine Fournet-Guérin

L’ouvrage :

La célèbre écrivaine nigériane Chimamanda Ngozi Adichie mentionne souvent dans ses interviews que les mots « Afrique » et « cosmopolite » sont trop souvent considérés comme antagonistes. Or, loin d’être en dehors du monde, ou la marge de celui-ci, comme elles sont souvent considérées en vertu d’un regard condescendant, les villes d’Afrique sont pleinement actrices des changements qui le traversent et sont également des lieux où s’exprime une modernité foisonnante. Dans ce livre sont  étudiées les manières dont les villes d’Afrique au Sud du Sahara sont dynamiques, ouvertes à des influences internationales et à des circulations de personnes, d’idées ou d’objets : Continuer la lecture

Le droit à la ville, résonnances et appropriations contemporaines

Le 9 mars 2017, le programme de recherche DALVAA a été invité à participer aux rencontres de géopolitique critique sur le Droit à la ville, organisées par l’Institut de géographie alpine, l’association Modus Operandi et un collectif d’habitants et d’associations de Grenoble. Voir aussi le billet http://dalvaa.hypotheses.org/889 sur ce blog.

Ce fut l’occasion d’un retour sur l’actualité de la notion de droit à la ville, née il y a 50 ans sous la plume du philosophe et sociologue Henri Lefèbvre, et fortement remobilisée depuis les années 2000 dans des sphères très diverses, autant politiques que militantes ou académiques.

Le droit à la ville est en effet redevenu l’étendard d’une plus grande justice socio-spatiale et l’un des thèmes centraux de la pensée critique de l’urbain qui renaît en sciences sociales (Morange et Spire, 2017). Face à la diversification des usages de ce terme et face à l’ampleur des mutations urbaines (« planétarisation » de l’urbain, étalement des villes, métropolisation…), faut-il renoncer à mobiliser ce concept ou faut-il le refonder et l’actualiser ? Que peut-on faire aujourd’hui du droit à la ville ? Continuer la lecture

Retour de terrain de Marie Bridonneau à Addis-Abeba (décembre 2016)

Retour de terrain de Marie Bridonneau à Addis-Abeba (décembre 2016)

La mission de décembre 2016 à Addis-Abeba fait suite à celle réalisée avec Sabine Planel en juin 2015 (http://dalvaa.hypotheses.org/462) et au partenariat monté avec une équipe de l’Université d’Addis-Abeba en 2016 (http://dalvaa.hypotheses.org/670).
Continuer la lecture

Publication de S. Planel et M. Bridonneau, Journal of Eastern African Studies

A partir du travail de terrain réalisé à Addis-Abeba entre 2015 et 2016, Marie Bridonneau (Université Paris-Nanterre, UMR Lavue) et Sabine Planel (IRD, IMAF) ont publié l’article (Re)making politics in a new urban Ethiopia: an empirical reading of the right to the city in Addis Ababa’s condominiums dans le Journal of Eastern African Studies, vol. 11, 2017, Issue 1.
Lien vers l’article : http://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/17531055.2017.1285105

Continuer la lecture

Réguler le commerce de rue au Cap, Afrique du Sud (1900-1935). Aux origines de la construction d’un domaine de l’action publique locale

A partir du travail qu’elles ont réalisé dans les archives de la municipalité du Cap (https://dalvaa.hypotheses.org/639), Sophie Didier (Université Marne-la-Vallée, Lab’Urba) et Marianne Morange (Université Diderot, CESSMA) ont communiqué leurs premiers résultats de recherche lors du congrès de la société française d’histoire urbaine qui s’est tenu le 20 janvier 2017, à l’UPEM (Université Paris-Est, Marne-la-Vallée – laboratoire ACP), sur le thème « Réformer le gouvernement des villes » (http://calenda.org/377927?lang=pt.) Continuer la lecture

Deuxièmes rencontres de géopolitique critique, Grenoble, 8 au 11 mars 2017 : le droit à la ville

Les deuxièmes rencontres de géopolitique critique se sont tenues à Grenoble, du 8 au 11 mars 2017. Le thème des rencontres était le droit à la ville (programme disponible sur le site de l’UMR Pacte : http://www.pacte-grenoble.fr/blog/2emes-rencontres-de-geopolitique-critique/

Lors de ces rencontres, une table ronde intitulée « Qu’est-ce que le droit à la ville ? » s’est tenue à la Cité des Territoires, Institut de Géographie Alpine : Continuer la lecture

Appel à communications

Colloque international »droit à la ville au Sud, expériences citadines et rationalités de gouvernement » : Université Paris Diderot, CESSMA, 15-16-17 novembre 2017.
L’appel à communications est disponible ici, jusqu’au 4 mai 2017.

Séminaire 3 mars 2017

Séance du séminaire du programme DALVAA – « Repenser le droit à la ville depuis les villes du Sud » le 3 mars 2017 – Salle 870, Olympe de Gouges, rue A. Einstein, 75013

9h30 -12h. Neiva Vieira da Cunha, Professora da Universidade do Estado do Rio de Janeiro/UERJ, LeMetro/IFCS-UFRJ et Agnès Deboulet, Université Paris 8, UMR LAVUE : « Les enjeux du droit à la ville autour de HABITAT III. Nouveaux conflits et circulation d’expériences: Brésil/Moyen Orient »

14h -16h. Elisabeth Dorier, Géographe, Professeure des universités, Aix Marseille Université- Laboratoire Population Environnement Développement –   UMR 151 IRD / AMU : « Des recompositions urbaines sous pression en régime autoritaire: grands aménagements Vs précarités et injustices spatiales à Brazzaville (république du Congo) »